Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Comment le cerveau sait-il qu'il est temps de tomber dans une dépression saisonnière?

Mais les victimes du trouble affectif saisonnier synthétisent également la mélatonine en hiver pendant neuf nuits, mais en été moins de huit heures et demie. En général, cela n’annule pas la principale conclusion selon laquelle les personnes dont les rythmes hormonaux internes sont particulièrement sensibles aux changements d’éclairage sont susceptibles de souffrir de dépression saisonnière, mais souligne que ce n’est pas la concentration de mélatonine elle-même, mais bien le fait que son niveau change. Les distorsions du rythme quotidien normal de la sécrétion de mélatonine, d'ailleurs, se retrouvent non seulement dans les troubles affectifs saisonniers, mais aussi dans d'autres formes de dépression et tentent même parfois d'être traitées avec l'apport supplémentaire de cette substance, avec des succès variables.
Si nous ne parlons pas de dépression en général, mais de désordre affectif saisonnier, alors oui, elle est certainement associée aux changements du niveau d'éclairage, mais le cerveau y réagit non seulement par la synthèse de la mélatonine, mais également par plusieurs autres voies biochimiques. Le principal centre de contrôle des rythmes quotidiens (on l'appelle généralement l'horloge biologique) est situé dans le noyau suprachiasmatique de l'hypothalamus. Un vrai pendule moléculaire y travaille: plusieurs protéines s’activent et inhibent la synthèse entre elles (et elles-mêmes) de telle sorte que leur concentration dans les neurones change de façon cyclique au cours de la journée: une combinaison momentanée correspond à l’obscurité de la journée, l’autre signifie que le matin est venu, l’après-midi change encore, et le soir tout revient à son état antérieur, et le cerveau le comprend dans l’esprit cette nuit vient et il est temps de dormir. Cette machine moléculaire fait un cycle approximativement égal à plusieurs jours, et cela dépend des caractéristiques génétiques d'un individu si ces horloges ont tendance à se dépêcher ou à prendre du retard (les chouettes et les alouettes, apparemment, sont déterminés) - mais, en outre, le noyau suprachiasmatique de l'hypothalamus reçoit des impulsions nerveuses la rétine et tout le temps resserrant leurs horloges internes, en les ajustant au rythme solaire réel (sinon, nous ne pourrions pas changer les fuseaux horaires et nous adapter au nouveau changement de jour et de nuit). On sait aujourd'hui que certains gènes impliqués dans le travail des horloges moléculaires (par exemple, Per2, Bmall, Npas2) sont présents chez différentes personnes sous différentes variantes, et cette diversité génétique permet de prédire avec une grande certitude si une personne est sujette à la dépression saisonnière. Quoi qu’il en soit, lorsqu’on compare l’ADN de personnes souffrant d’un trouble affectif saisonnier ou non, il s’avère que la fréquence d’apparition de variants de ces gènes dans ces deux groupes est très différente.
Naturellement, comme pour tout autre type de dépression, dans le trouble affectif saisonnier, des modifications de l'activité de la sérotonine et de la dopamine sont observées et certaines différences génétiques associées au travail de ces molécules dans le cerveau sont constatées20. Les antidépresseurs classiques, tels que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, aident à prévenir la dépression saisonnière. Mais la principale méthode de traitement des troubles affectifs saisonniers est l’effet banal de la lumière vive. Les gens se rendent au cabinet médical (généralement le matin, même s’il existe des études selon lesquelles la lumière du soir est également efficace) et restent assis pendant deux heures autour d’une ampoule lumineuse spécialement conçue pour que son rayonnement imite la lumière du soleil. La rétine reçoit le signal qu'il y a beaucoup de lumière, les impulsions nerveuses sont transmises à l'épiphyse, où la mélatonine est produite, et au noyau suprachiasmatique, où les horloges biologiques moléculaires fonctionnent, et le cerveau décide que, à en juger par l'intensité lumineuse, nous avons un ressort plutôt que l'automne, alors la dépression peut être arrêtée.
Dans cette histoire de dépression saisonnière, il me semble important de comprendre qu'il s'agit d'une vraie maladie, comme la grippe ou une fracture du radius. Comme pour toute maladie, avec la dépression matérielle, des changements complètement matériels se produisent, certaines molécules deviennent plus grandes, d'autres plus petites, le cerveau ne veut rien, mais ne peut pas fonctionner comme il se doit. Notre belle psyché subtile est un produit du travail des neurones et si leur état biochimique change, la perception du monde et sa place également en font de même. Bien qu’il n’existe toujours pas de compréhension complète et complète des mécanismes de la dépression saisonnière, celle-ci a néanmoins déjà été suffisamment étudiée pour que les médecins puissent l’aider. Et par conséquent, personne n’est obligé de souffrir désespérément chaque année en novembre - tout le monde a le droit d’aller chez le médecin et de faire quelque chose à ce sujet.
Une véritable dépression saisonnière - telle qu'elle constitue une menace pour la vie et le travail - ne concerne que les personnes prédisposées génétiquement, et même dans la plus terrible ville du nord, moins de 20% de ses habitants en souffrent. Mais même les formes les plus bénignes de trouble affectif saisonnier, telles que celles qui ne valent pas la peine d'être utilisées avec une ampoule électrique ou, en particulier, avec des médicaments, mais qui réduisent encore l'humeur, ne doivent pas être endurées héroïquement sans aucune lutte. Il est logique de rappeler que la mauvaise humeur de novembre est directement liée au manque de lumière et de faire consciemment attention au fait qu’il ya plus de lumière. Les ampoules ordinaires ne ressemblent pas beaucoup au soleil, mais trompent encore légèrement la rétine. À l'automne, il est donc logique d'allumer toutes les lumières de la pièce et de visser les lustres les plus brillants du magasin. Et plus important encore - même le soleil d'automne vaut mieux que pas de soleil, et donc, si vous souffrez, vous devez alors vous forcer à marcher le jour. Je crois comprendre qu’en novembre, ce temps ensoleillé est insuffisant et qu’il est entièrement occupé par le travail. Toutefois, le travail sera effectué plus rapidement et plus efficacement si les employés ne sont pas déprimés. Mieux vaut perdre une demi-heure pour une promenade que pour une demi-journée de procrastination. En passant, rien qu'aux États-Unis, les employés déprimés coûtent aux employeurs 44 milliards de dollars de manque à gagner par an. Ce chiffre n'a rien à voir avec les frais médicaux, il s'agit uniquement de réduire la productivité du travail. Les personnes déprimées ont tendance à penser lentement et ne peuvent se concentrer normalement sur rien. Bien sûr, nous parlons de toutes les dépressions, pas seulement de la forme bénigne du trouble affectif saisonnier, mais cela ne contribue pas au travail productif. Par conséquent, si vous êtes submergé par la morosité de l’automne et que vous ne voulez rien, la réadaptation devrait commencer par une promenade plus souvent, surtout par temps ensoleillé. Ce n'est pas de la négligence, c'est une science appliquée.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Comment le cerveau sait-il qu'il est temps de tomber dans une dépression saisonnière?

  1. Qu'est-ce qu'un déclencheur ou comment le ventilateur sait-il qu'il est temps de commencer à respirer?
    Le mot déclencheur est traduit par déclencheur, déclencheur, relais de déclencheur, début. Pour le ventilateur, il s’agit d’un circuit de démarrage incluant l’inhalation. Actuellement, différents paramètres peuvent être utilisés pour activer l'inspiration: 1. Heure. 2. Pression 3. Nourrir. 4. Volume. 5. Impulsion électrique passant à travers le nerf phrénique. 6. Signal du capteur de pression intra-oesophagien. 7
  2. Ce que vous pouvez déjà faire - 2, simplement ne pas le savoir ou prétendre que vous ne pouvez pas
    Vous pouvez réfléchir sur le sujet des "signes". De telles réflexions m'ont poussé vers une telle magie. Dans notre immense cour vivent plusieurs chats noirs - en même temps j'en ai vu trois. Leur impudence était sans limites et le pouvoir d'influence sur ma vie est incroyable en ce qui concerne la capacité de tout gâcher le jour où un chat noir m'est apparu sur la route. Et ainsi de suite jusqu'à ce que je devienne
  3. Ce que vous pouvez déjà faire - 3, ne le savent pas encore.
    Vous pouvez choisir un numéro porte-bonheur. Ou vous pouvez rejoindre les Wizards avec nous, qui avons déjà choisi le numéro 27. Et tous les heureux événements se produisent après 27, et appelez le pays magique: 27-2727, et si vous achetez, disons, des beignets, achetez 27 pièces et il deviendra Donut magique! Vous pouvez essayer de donner des cadeaux fantastiques à ceux qui vous entourent et regarder,
  4. Ce que vous pouvez déjà faire - 1, mais ne le savez pas encore ou cachez vos compétences
    Vous pouvez faire un voeu en le prononçant fort et distinctement auprès de notre chat magique, Sonya - Golden Puzo, qui travaille jour et nuit, exauçant les désirs, et il sera sûrement exaucé, mais souvenez-vous de l'état de flambée! Ne forcez pas et ne soyez pas ennuyé - tous les désirs seront exaucés si vous êtes bien disposé et calme. Vous pouvez facilement dissiper une file d'attente ou un embouteillage sur la route ou dans le métro,
  5. Syndrome saisonnier
    Blocage physique Une personne atteinte du syndrome saisonnier ressent de la fatigue, de la somnolence et de la dépression pendant les périodes de l'année ou des jours caractérisées par une diminution de la lumière naturelle. Blocage émotionnel Il est intéressant de noter que tous les symptômes de cette maladie disparaissent après plusieurs journées ensoleillées et que la personne se sent bien à nouveau. Le fait de dépendre de la lumière ambiante
  6. Rhinite allergique saisonnière
    A. Pathogenèse. Le contact avec l'allergène conduit à la production d'IgE, qui se fixe sur les mastocytes de la muqueuse nasale. Avec le contact répété d'allergènes sur la membrane muqueuse du nez, il se produit une dégranulation des mastocytes et la libération de médiateurs inflammatoires - histamine, leucotriènes, prostaglandines, kinines, hydrolases (voir chapitre 2). Ces substances provoquent la dilatation des vaisseaux sanguins et une augmentation de leur perméabilité, ce qui
  7. VIE SAISONNIÈRE
    ... Et maintenant, comment vivre selon les saisons. Au début de l’hiver, les pores se ferment, la puissance du feu arrive, le vent s’excite, et s’il ya peu de choses à ce moment-là, la force de votre corps diminuera ... vous devez donc vous frotter à l’huile de sésame, manger de la viande, des soupes, grasses, grasses, porter constamment bottes, réchauffez-vous avec une bouillotte, au coin du feu, au soleil ... En hiver, du sable de la poitrine s’accumule et
  8. Exercice avec une ligne de temps: il est temps de nager
    Ces dernières années, le terme «voie de nage» est entré dans le lexique actif des gestionnaires de projet. Cela n'a rien à voir avec le sport. L'image du parcours de nage vous permet de montrer qui doit faire quoi et quand, ainsi que de comparer le travail de plusieurs employés en parallèle, en même temps. Par exemple, si Tom, Lika et Harry prennent leur pause déjeuner à la fois, «nage
  9. D'où vient l'énergie humaine?
    Pour comprendre un objet dans ce monde, nous devons d’abord nous demander en quelles parties l’objet se compose et comment il se compose, d'où provient son énergie et comment cette énergie est fournie aux canaux appropriés. Pour comprendre une voiture, nous devons d’abord décrire ses pièces et leur emplacement, puis examiner comment son mécanisme transforme l’énergie du gaz en énergie rotative.
  10. D'où viennent les toxines?
    Les résultats de la recherche montrent que chaque personne moderne a dans le corps des centaines de produits chimiques synthétiques en quantités mesurables. Ces polluants n'existaient qu'au début du vingtième siècle et ne jouaient aucun rôle dans la chimie de l'organisme. Nous pouvons sans risque supposer que nous sommes tous accablés par le fardeau toxique résultant de notre exposition à des fibres synthétiques.
  11. D'où vient ce grand besoin d'aide?
    Le besoin d’aide vient du plus profond de notre être, de cette partie de nous qui cherche constamment à nous améliorer, qui aspire à la perfection. En fait, nous sommes déjà parfaits - mais pas au courant. Nous nous considérons comme imparfaits, car nous nous jugeons par les apparences, par le monde extérieur, par ce que nous faisons et disons et par ce que nous savons. Nous croyons plus à vous.
  12. Structure et fonction de la relation. Problèmes de localisation de fonctions. Le cerveau en tant que système dynamique. Mécanismes de l'activité intégrative systémique du cerveau. Conscience, psyché, cerveau. Inconscient
    1. La relation entre structure et fonction en matière de santé et de maladie. Problèmes de localisation de fonctions. Selon l'académicien NP Bekhtereva (1988), il existe une sorte de contradiction dans les sciences neurologiques. D'une part, dans le cerveau humain, non seulement un très grand nombre de cellules et encore plus de connexions entre elles, mais aussi des populations de cellules nerveuses peuvent contribuer à fournir non pas une, mais plusieurs
  13. Mon mari a une peur panique de ne plus avoir d'argent. Et ceci en dépit du fait que lui et moi avons un emploi permanent. Que faire et que dire?
    Avez-vous essayé de lui parler de ce qui le dérange? Vous lui avez demandé s'il avait des questions à ce sujet, y a-t-il pensé? Son père avait-il peur de perdre de l'argent? Si oui, qu'a ressenti votre mari enfant dans cette peur de votre père? Il a condamné le père? Lorsque nous condamnons nos parents, nous finissons par devenir les mêmes. Ce serait bien de donner
  14. JOUR VINGT-DEUXIÈME - OU PAR LE ROI CUIR LES MALADIES DE LA PEAU OU LES PERSONNES DES TRACTEURS PERSONNELS
    Comme nous l'avons déjà constaté, et directement à partir de notre propre expérience, les problèmes de peau sont toujours associés à une mauvaise alimentation, à des produits de qualité médiocre et à un manque d'activité physique. Mais une bonne question se pose: pourquoi fait-il en sorte que tout le monde mange à peu près la même chose et que la peau souffre - seulement parmi les élus? Je ne vais rien vous dire de nouveau
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com