Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Otolaryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Intubation endotrachéale

La salivation et la sécrétion bronchique sont améliorées. La kétamine augmente le niveau de métabolisme dans les tissus cérébraux, augmente le débit sanguin cérébral et la pression intracrânienne (PIC) et peut provoquer une convulsion. La plupart des effets indésirables de la kétamine peuvent être atténués en les associant à des benzodiazépines ou à des barbituriques.
Le propofol a un puissant effet hypnotique et inhibe presque complètement les réflexes laryngé et pharyngé. Réduit la ICP et la perfusion cérébrale avec une diminution parallèle de la consommation d'oxygène. Réduit modérément la pression artérielle et les SV. Il a un effet anticonvulsivant et est donc utilisé chez les patients en état de convulsion.
Myorelaxants. L'utilisation de relaxants musculaires crée des conditions propices à la laryngoscopie et à l'intubation non traumatiques et sans douleur, et permet également un meilleur contrôle de la ventilation des poumons. Les doses de myorelaxants utilisés pour l’intubation trachéale sont présentées dans le tableau. 2.4. Lors du choix de médicaments spécifiques, il est nécessaire de prendre en compte les particularités de leurs actions et effets secondaires.
La succinylcholine provoque une fibrillation musculaire prononcée, en particulier chez les enfants dont les muscles sont bien développés. Cet effet peut être éliminé par l'administration préalable d'un relaxant musculaire non dépolarisant (1/10 de la dose requise pour l'intubation). Possédant une activité m-cholinomimétique, la succinylcholine peut provoquer une bradycardie et diminuer les CB, en particulier chez les enfants hypovolémiques. L'hyperkaliémie transitoire est dangereuse chez les patients présentant des brûlures et une insuffisance rénale. En outre, le médicament augmente la pression intraoculaire et ICP.
Le pancuronium est un médicament à action prolongée ayant un effet vagolytique, qui se manifeste par une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Avec des injections répétées, il peut s'accumuler dans le corps.
Tableau 2.4. Doses de myorelaxants pour l'intubation trachéale
Drogue Dose, mg / kg Durée d'action, min
Succinylcholine (écoutone) 1.5-2 5-7
Pankuronium (pavulon) 0,08-0,1 40-45
Pipekuronium (Arduan) 0,2% 0,08-0,1 40-45
Atracurium (tracrium) 1% 0,3-0,6 30-35
Tsisatrakurium (nimbex) 0,2% 0,12-0,15 30-35
Miwakurium (mivacron) 0,2% 0,2 5-7
Rocuronium (esmeron) 0.6 40-50
Vekuronium (norkuron) 0,2% 0,08-0,1 40-50




Si la ventilation contrôlée à long terme n'est pas prévue après l'intubation, il est préférable d'utiliser des relaxants musculaires non dépolarisants à action courte (atracurium) ou ultracourte (mivacurium). Avec l'introduction de ces médicaments, on n'observe pas de libération accrue d'histamine; ils n'ont presque aucun effet sur l'hémodynamique.
Intubation endotrachéale prévue
Algorithme d'intubation endotrachéale planifié:
• vérification de l'équipement et préparation du lieu de travail;
• la sédation;
• préoxygénation avec 100% d'oxygène;
• sédation par voie intraveineuse ou anesthésie par inhalation;
• l'introduction de myorelaxants;
• ventilation à travers le masque avec 100% d'oxygène;
• laryngoscopie et intubation.
La prémédication vise à bloquer les réflexes autonomes du nerf vague. Le plus souvent, à cette fin, l'atropine est utilisée à une dose de 0,01 à 0,02 mg / kg. Pour constituer une réserve d'oxygène, il est nécessaire de commencer l'inhalation de 100% d'oxygène au moins 4 à 5 minutes avant l'introduction des relaxants musculaires et de l'intubation. La laryngoscopie et l'intubation ne doivent pas durer plus de 30 s. Si l'intubation échoue, la ventilation des poumons reprend et, une à deux minutes plus tard, la tentative est répétée.
Intubation endotrachéale chez les patients avec «estomac plein»
En pratique clinique, il est fréquent que l'intubation endotrachéale soit réalisée chez des patients «l'estomac plein». Ceci s'applique aux patients admis avec un traumatisme, une occlusion intestinale, une péritonite, un choc, etc. Algorithme d'intubation endotrachéale chez les patients avec "estomac plein":
• préparation du lieu de travail et de l'équipement, y compris des cathéters de grand diamètre pour l'aspiration;
• la sédation;
• préoxygénation avec 100% d'oxygène;
• sédation par voie intraveineuse ou anesthésie par inhalation;
• pression sur le cartilage cricoïde jusqu'à la fin de l'intubation;
• l'introduction de myorelaxants;
• laryngoscopie et intubation.
Ainsi, chez les patients ayant «l'estomac plein», la pré-oxygénation est réalisée uniquement dans le contexte d'une respiration spontanée et la ventilation forcée n'est pas utilisée. Une pression sur le cartilage cartilagineux est exercée à partir du moment de la perte de conscience et jusqu'à ce que le tube soit inséré dans la trachée et que le brassard soit gonflé. Les sédatifs et les relaxants musculaires sont administrés rapidement, un par un.
Intubation aveugle nasotrachéale
Dans certains cas (chez les patients avec une restriction importante de la mobilité de la mâchoire inférieure ou du cou, avec une épiglottite aiguë, etc.), il devient nécessaire de pratiquer une intubation à l'aveugle. Comme prémédication, on prescrit au patient du midazolam (0,025 mg / kg) en association avec du fentanyl (2,0 μg / kg). Les médicaments sont injectés lentement par voie intraveineuse pour prévenir la dépression respiratoire. La cocaïne est considérée comme la drogue de choix pour l'anesthésie locale du nez. Le patient est assis, la tête légèrement avancée. La sonde nasotrachéale est soigneusement injectée au niveau des cordes vocales, en se concentrant sur le bruit du mouvement de l'air dans la sonde. Lors de l'inhalation, le tube est avancé dans la glotte.
Des complications
Les complications de la laryngoscopie directe et de l'intubation peuvent être associées à un traumatisme des voies respiratoires, des réactions physiopathologiques à la manipulation et à une mauvaise localisation de la sonde endotrachéale. Une liste des complications les plus courantes est présentée dans le tableau. 2.5.
Bien que l’intubation trachéale soit une procédure de routine pour les médecins de certaines spécialités, elle doit être pratiquée avec le plus grand soin, avec la plus grande prudence et dans le strict respect du protocole.
L'extubation est une manipulation planifiée. Si le patient se trouvait en unité de soins intensifs, il fallait arrêter l'alimentation entérale 4 à 6 heures avant l'extubation et cesser la sédation. Avant de procéder à l'extubation, on assainit l'oropharynx, on extrait l'air du brassard. Le tube est retiré lors de l'expiration après une respiration profonde. L'oxygénation est poursuivie avec une tente ou un masque, ce qui augmente la concentration en oxygène de 10 à 20%.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Intubation endotrachéale

  1. Laryngoscopie et intubation endotrachéale
    INDICATIONS • Clairance des voies respiratoires. • Laryngoscopie diagnostique. • Réaliser une ventilation mécanique à l'aide d'un tube endotrachéal. • introduction de médicaments. • Hernie diaphragmatique, fistule trachéo-œsophagienne. • Aspiration de liquide amniotique nécessitant une purification de la trachée. CONTRE-INDICATIONS Aucune indication. LIEU DE MISE EN OEUVRE des maternités. ORIT Salle de maternité. COMPOSITION DE LA BRIGADA Médecin et infirmière.
  2. Intubation endotrachéale
    L'intubation trachéale est la technique la plus largement utilisée pour donner accès aux voies respiratoires du patient pendant l'anesthésie et les soins intensifs. Dans la très grande majorité des cas, l'intubation est réalisée dans des conditions de désactivation de la conscience et de relaxation complète des muscles par laryngoscopie directe, à l'aide de laryngoscopes de nombreuses structures à lame droite et incurvée (le plus souvent). Pour réussir et
  3. METHODE ENDOTRACHEALE D'ANESTHESIE GENERALE
    La méthode endotrachéale répond le mieux aux exigences de l'anesthésie moderne à plusieurs composants. Lors de l'utilisation de son anesthésie, on utilise divers agents pharmacologiques ayant un effet strictement dirigé, sélectif et potentialisant mutuellement. Pour la première fois en 1847, la méthode d'anesthésie avec de l'éther par voie endotrachéale a été appliquée. Pirogov. Intubation trachéale via
  4. Assainissement endotrachéal
    Assainissement du tube endotrachéal (assainissement de surface) Indications • La présence de crachats dans le tube endotrachéal. • Désynchronisation d'un enfant avec un respirateur présentant des difficultés respiratoires. • l'apparition soudaine d'une cyanose associée à un affaiblissement marqué ou à une disparition de l'excursion thoracique. • Collecte des expectorations pour examen bactériologique. Contre-indications Aucune. Lieu PITN
  5. Extraction du tube endotrachéal
    Une fois l’aide respiratoire interrompue, peu importe la situation, il convient d’évaluer la nécessité de poursuivre l’intubation trachéale. Bien que pratiquement tous les patients après extubation aient des problèmes de déglutition temporaires, il ne faut pas extuber ceux qui peuvent assumer des difficultés à long terme pour la protection des voies respiratoires après le retrait de la sonde (par exemple, en profondeur).
  6. Compensation automatique de la résistance du tube endotrachéal
    Lorsqu'une IVL est réalisée par la méthode VFD, le patient rencontre une certaine résistance, soit au début de la tentative d'inspiration, soit pendant toute la phase d'inspiration, en raison de la résistance aérodynamique du tube endotrachéal ou de la canule de trachéotomie. Selon les caractéristiques individuelles de chaque patient et ses habitudes respiratoires, cette résistance peut jouer un rôle important dans le processus.
  7. La sonde trachéale at-elle une probabilité de pénétrer dans les bronches principales droite et gauche?
    Dans la plupart des cas, un tube d'intubation endo-bronchique involontaire se trouve dans la bronche droite, car il part de la trachée à un angle plus obtus que le tube gauche (ch.
  8. Intubation trachéale
    Equipement pour l'intubation trachéale. L'intubation orotrachéale ou nasotrachéale est une manipulation relativement complexe, limitée à 20-30 s, nécessitant une formation et un équipement spéciaux. En règle générale, un kit d'intubation trachéale comprend: 1) des masques rotuviaux de plusieurs tailles; 2) conduits d'air en forme de S (conduit d'air Safar); 3) un ensemble de tubes endotrachéaux thermoplastiques à usage unique avec
  9. Intubation trachéale
    Causes anatomiques d'une intubation difficile - Quand la laryngoscopie devrait donner un aperçu clair des cordes vocales. Des difficultés peuvent survenir si: les cordes vocales (1), les dents supérieures (2) ou la langue (3) sont déplacées dans la direction indiquée à la figure 41. Cela peut être dû à des caractéristiques anatomiques et n'est pas une pathologie. {foto171} Pic. 38. Laryngoscopie Classification des voies respiratoires supérieures.
  10. Intubation des voies respiratoires
    INDICATIONS Les principales indications pour l'intubation endotrachéale sont les suivantes: a) nécessité d'un soutien respiratoire ou apport de fortes concentrations d'oxygène inhalé; b) protection des voies respiratoires contre l'aspiration; c) élimination des sécrétions accumulées dans les voies respiratoires; d) diminution de la résistance dans les voies respiratoires supérieures. BESOIN DE SUPPORT DE VENTILATION ET DE PRESSION POSITIVE À LA FIN
  11. Complications d'intubation des voies respiratoires
    PERTURBATIONS PHYSIOLOGIQUES Les tubes endotrachéaux éliminent les mécanismes de défense naturels des voies respiratoires supérieures, contaminent les voies respiratoires inférieures et entravent considérablement l'efficacité de la toux. Malgré les progrès réalisés dans les matériaux des tubes et dans la conception des manchettes, tous les tubes peuvent endommager le larynx et la trachée et aucun d’entre eux ne protège complètement les poumons de l’aspiration de liquide. Outre
  12. Complications de la laryngoscopie et de l'intubation
    Les complications de la laryngoscopie et de l'intubation sont généralement causées par une mauvaise position de la sonde endotrachéale, des lésions des voies respiratoires, des réactions physiopathologiques aux manipulations des voies respiratoires, une altération de la fonction de la sonde endotrachéale (tableau 5-6). TABLEAU 5-6. Complications de l'intubation {foto74} Position incorrecte du tube endotrache L'intubation non intentionnelle de l'œsophage peut
  13. INTUBATION ALIMENTAIRE
    Définition L'intubation œsophagienne fait référence à l'introduction de l'ETT dans l'œsophage lors de l'intubation ou au déplacement ultérieur de l'ETT dans l'œsophage. Étiologie Difficultés de visualisation du larynx pendant l'intubation. Difficultés avec l'introduction de l'ETT. Changer la position de l'ETT après la bonne introduction. Cas typiques Après une intubation difficile ou "à l'aveugle" (voir. Situation 3, Intubation trachéale difficile). Après
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com