Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, Premiers secours / Hygiène sanitaire et contrôle épidémiologique / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Nutrition de la mère allaitante


Parmi les mythes persistants sur l'allaitement, le mythe concernant le régime alimentaire spécial d'une mère allaitante est le plus souvent répété. Beaucoup de femmes, sur le conseil de leurs «bienfaiteurs», suivent un régime très strict pendant toute la période d'allaitement, ne se permettant pas un seul morceau de viande frite ou salée. La situation est aggravée par le fait que les recommandations sur la nutrition pour les mères allaitantes, qui sont maintenant distribuées dans les maternités et les dispensaires pour enfants, sont formulées dans le contexte d’une forte augmentation du nombre d’allergies chez les jeunes enfants. Dès les premiers jours d'allaitement, la mère nourricière commence à être restreinte, comme si elle souffrait déjà d'une allergie alimentaire héréditaire et devait la transmettre à son bébé. Cependant, en fait, ces cas ne sont pas si fréquents et les allergies alimentaires sous forme de diathèse sont plus fréquentes chez les enfants d’animaux artificiels et non chez les bébés. Par conséquent, une femme ordinaire n'a pas besoin de respecter des règles aussi strictes. Alors, que devrions-nous avoir peur de manger pendant l'allaitement? Risques imaginaires Pendant l'allaitement, le régime alimentaire d'une femme peut ne pas être différent de son régime alimentaire normal. La grossesse, l’accouchement et l’allaitement étant des processus physiologiques naturels, leur succès ne peut être fondamentalement lié au régime alimentaire d’une femme. En effet, pas un seul mammifère, que ce soit une chèvre, un gorille ou une louve, a changé de régime après son accouchement! En ce sens, la personne appartenant aux mammifères n’est pas très différente d’eux. Par conséquent, une mère qui allaite peut manger aussi bien qu'elle a mangé pendant la grossesse. Mais après tout, il est également conseillé aux femmes enceintes de suivre un régime alimentaire? Bien sûr, il est conseillé que les aliments soient variés, complets, contiennent davantage de produits naturels et moins de produits chimiques. Désolé, mais ces recommandations peuvent être données à quiconque a commencé à réfléchir à son régime alimentaire. La grossesse est peut-être une raison de penser à une alimentation saine et d'abandonner certaines de vos habitudes. Mais abandonner et se limiter n'est dans la mesure où une femme est prête à abandonner cela pour toujours. Il est beaucoup plus important de prendre soin de la diversité en mangeant tous les produits et en se concentrant sur les désirs alimentaires vifs. De même, vous pouvez manger pendant l'allaitement. Mais qu'en est-il des produits, à cause desquels l'enfant peut "gonfler"? Le chou et le pain noir, ainsi que toutes les légumineuses et bien plus encore, sont ajoutés à la liste de ces produits. En fait, il n'y a pas de lien direct entre ce que mange la mère et la composition du lait. Le lait est un liquide de composition très complexe, la concentration de chaque composant est déterminée par les mécanismes internes de la lactation. Le lait est synthétisé à partir des composants du sang et de la lymphe, et non à partir du contenu de l'estomac de ma mère. Seuls des suppléments artificiels dans l’alimentation, tels que des colorants chimiques ou des médicaments, entrent dans le lait maternel sous forme inchangée. La concentration de certains d’entre eux est alors comparable à celle du sang de la mère, tandis que d’autres sont beaucoup plus faibles. Aucun chou ne pénètre dans le lait et ne peut donc pas en «gonfler» un enfant. Alors que se passe-t-il lorsqu'un enfant réagit vraiment à un produit? Dans la moitié des cas, une évaluation impartiale de la situation (en particulier une répétition de l'alimentation de la mère avec un plat suspect chaque semaine) montre qu'il n'y a pas eu de réaction, l'enfant a réagi à autre chose, par exemple un changement de temps. Dans d'autres cas, il y a effectivement une réaction individuelle au produit, non de l'enfant mais surtout de la mère. Tous les aliments que nous digérons ne sont pas aussi bons. Il existe des produits qui provoquent des brûlures d'estomac maman, la flatulence, faible, renforcer. Selon la force de la réaction, le sang de la mère subit certaines modifications, dont certaines peuvent influer sur la composition du lait. Dans ce cas, l'enfant peut ou non réagir à ces changements. Chaque couple mère-enfant est individuel. Après un certain temps, la mère constatera peut-être que, en mangeant n'importe quel type de produit, par exemple le même chou, le gaz de son enfant s'accumule ou devient endormi. En règle générale, un tel produit ne représente qu'un ou deux d'entre eux, et la même mère a des enfants différents qui peuvent réagir à différents produits. Prédire à l'avance quel type de produit il sera très difficile. Par exemple, je rencontre régulièrement des mères dont l’enfant ne réagit pas correctement au produit mais à une recette spécifique, par exemple la viande cuite à l’ail ou le chou cuit aux champignons. Il est déraisonnable de retirer d’avance toute la liste du régime car il est si possible d’appauvrir le régime de la mère qui allaite. Par conséquent, l'observation habituelle par essais et erreurs est plus compétente. La miette ne réagira peut-être pas du tout au chou, mais cela obligera la mère à limiter la consommation de soupe de betteraves ou de haricots. Et que faire avec des produits censés changer radicalement le goût et l'odeur du lait? Ceux-ci comprennent généralement les oignons, l'ail, les radis, le chou-fleur, les épices à odeur épicée, etc. Dans les recommandations traditionnelles du siècle dernier, il était conseillé aux mères allaitantes de les exclure complètement de leur régime alimentaire et de les utiliser pendant le sevrage. Comme la pratique l’a montré, ce n’est rien de plus que de la fiction. De tels produits peuvent affecter le goût et l'odeur du lait, mais l'appétit des enfants et la fréquence d'attachement au sein ne changent pas. Pour confirmer ce fait, une telle expérience a été réalisée en Angleterre: ils ont rassemblé une liste de deux douzaines de ces produits, les ont nourris à leurs mères et ont observé comment la fréquence des tétées et la quantité de lait tétée par le bébé changeaient, en fonction de ce que sa mère mangeait ou buvait.
Il s'est avéré que sur l'ensemble des produits «suspects», 2 seulement étaient affectés par le volume de lait aspiré: si les mères mangeaient de l'ail, les enfants suçaient le lait ... plus, et pas moins, l'odeur aiguë de l'ail leur plaisait! Si les mères buvaient de fortes boissons alcoolisées, les enfants tétaient lentement et pouvaient refuser de téter du tout. Il restait donc de la liste complète des produits «malodorants»… de l’alcool, qu’une mère qui allaite en lisant ce magazine ne mangera certainement pas. Ainsi, répétons-nous encore une fois, le régime alimentaire d’une mère allaitante ne devrait pas différer de son alimentation pendant la grossesse. Une diète spéciale peut être observée dans des cas particuliers lorsque la mère de l'enfant est une allergique prononcée ou que la famille est mal nourrie. Les dangers sont réels - les allergies Si la mère ou le père de l'enfant est allergique, c'est particulièrement vrai pour la mère, la femme doit alors faire preuve de plus de prudence dans son alimentation. Une allergie alimentaire de la mère, mais également une allergie aux odeurs, à la poussière, à la fourrure du chat, aux poils du peuplier, etc., peuvent avoir des effets néfastes sur le bébé, ce qui peut entraîner une tendance à la diathèse, qui apparaît parfois très nettement au premier abord. 2 mois de la vie. Bien sûr, ici la meilleure assistante maman sera un médecin. Si c'est un homéopathe, son traitement ne provoquera pas d'allergies supplémentaires dans les miettes, et les résultats sont simplement magiques. Cependant, chaque mère qui se trouve dans une telle situation devrait connaître les règles de sécurité élémentaires. Ainsi, chez les enfants prédisposés aux allergies, les aliments suivants peuvent provoquer une diathèse: · agrumes: citron, orange, mandarine, pamplemousse; Fraise, framboise, argousier; · Protéines étrangères: boeuf et produits laitiers, poisson et produits à base de poisson, volaille et œufs, soja et légumineuses, etc. Outre les aliments, les enfants peuvent être allergiques à: · des additifs chimiques utilisés dans l'industrie alimentaire, tels que des conservateurs, des colorants , arômes, etc. · aliments pour bébés. Les vaccinations prophylactiques entraînent généralement une exacerbation de la diathèse. Dans le cas d'un enfant sujet aux allergies, la mère devra respecter certaines restrictions alimentaires. En règle générale, dans les premières semaines d’alimentation, la nourriture de la mère est exclue: lait de vache, poulet, porc, poisson, œufs, noix, café, cacao, chocolat, agrumes, etc. Dans certains cas, la liste peut être beaucoup plus longue, parfois plus courte. . Après un certain temps, les produits sont introduits un à un dans le régime de maman avec toutes les précautions. Si un nourrisson a une réaction allergique à l'un des produits injectés, pouvant se manifester par un rougissement de la peau des joues, une peau sèche sur les genoux et les coudes, une augmentation de la formation de gaz (gonflement), etc., ce produit doit être exclu du régime pendant un mois. et puis réessayez. Nous ne fournissons pas spécifiquement une liste complète des produits et le calendrier de leur introduction dans le régime alimentaire de la mère, soulignant encore une fois que ce problème devrait être résolu en collaboration avec un médecin ou un consultant expérimenté. Cependant, il est très important qu'aucun produit ne soit exclu pour toujours du régime de ma mère. Aujourd’hui, les experts estiment que l’introduction d’allergènes dans le lait maternel en petites quantités est une méthode efficace pour prévenir l’allergie à l’avenir. Avec l'aide du lait maternel, l'enfant s'adapte mieux à ces produits. Par conséquent, un enfant - une allergie potentielle - ne peut pas être sevré tant qu’il n’a pas appris à connaître tous les produits qu’il mangera à l’avenir. Sa connaissance des allergènes se produit d'abord par le lait maternel, puis directement lorsqu'il commence à se familiariser avec la nourriture des adultes. Si la familiarité avec les aliments se produit dans le contexte de l'allaitement, le nouvel aliment est digéré à l'aide du lait maternel et ne provoque pas de réactions fortement négatives chez l'enfant. Ainsi, le lait maternel aide à s'adapter aux allergènes, permettant à l'enfant d'absorber les aliments de la manière la plus optimale possible. Il convient également de noter que la réduction du risque d'allergies et de diathèses pendant l'allaitement dépend directement de la durée de l'allaitement. Ainsi, l'allaitement de l'enfant est allergique, bien sûr, il faudra que les mères soient plus attentives à leur régime alimentaire. Cependant, tout cela sera rentable si, à la suite des actes compétents de la mère, l’enfant a développé une allergie excessive avec des conséquences minimes. Je tiens également à souligner que les restrictions alimentaires sont généralement plus strictes pour les enfants d'un artificialiste que pour les nourrissons et que la famille devra toujours suivre un certain régime pour ne pas séduire le bébé avec quelque chose de délicieux, mais inacceptable pour lui. Par conséquent, même si maman n’allaite pas, elle devra quand même s’asseoir au régime et peut-être pas pendant un an. Il s'avère que l'allaitement et les régimes amaigrissants sont beaucoup plus bénéfiques non seulement pour la santé du bébé, mais également pour la commodité de la mère. Je veux faire appel aux mères qui doutent de leur capacité à allaiter un enfant en raison de restrictions alimentaires. Allaitez et mangez de tout! Les restrictions ne sont pas nécessaires pour tout le monde, et si elles sont nécessaires, elles ne peuvent toujours pas être évitées, quel que soit le type d'alimentation. Si vous avez besoin d'une consultation individuelle, contactez les spécialistes et ils vous aideront. J.V. Tsaregradskaya
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Nutrition de la mère allaitante

  1. ALIMENTATION MÈRE INFIRMIÈRE
    Nourrir Nourrissant
  2. Alimentation et régime de consommation d'une mère allaitante
    Pendant l'allaitement, le régime alimentaire d'une femme ne doit pas différer de sa ration habituelle dans la composition des produits. La grossesse, l’accouchement et l’allaitement étant des processus physiologiques naturels, leur succès ne peut être fondamentalement lié au régime alimentaire d’une femme. Pas une seule chèvre, gorille ou loup n'a changé de régime après l'accouchement. En ce sens, une personne mammifère ne suffit pas
  3. L'organisation des mères allaitantes
    Jeune mère qui allaite a besoin d’aide pour les tâches ménagères. Le principe de base à suivre: la mère est engagée dans l'enfant et les autres se soucient de sa mère, car tout le monde s'intéresse au fait que le bébé grandisse en bonne santé et qu'il soit calme. Par conséquent, il est nécessaire, tant que le bébé est très petit, de passer le plus clair de son temps à le nourrir. Après quelques mois, la situation changera, le besoin de lait dans
  4. ANXIÉTÉ CONVENTIONNELLE RÉSULTANT CHEZ LA MÈRE INFIRMIÈRE
    Au fur et à mesure que votre relation avec votre bébé se renforce au cours de l'allaitement, vous continuez à faire face à des situations différentes. Chaque fois que vous résolvez un problème, vous vous rapprochez de votre enfant et gagnez de l'expérience en allaitement. Vous trouverez ci-dessous les questions les plus courantes.
  5. L'importance de nourrir la mère
    Les femmes dont l'état nutritionnel est médiocre peuvent également produire suffisamment de lait de qualité suffisante pour assurer le développement physique normal du nourrisson. Cependant, les réserves nutritionnelles de la mère seront épuisées, ce qui peut être préjudiciable si les intervalles entre les grossesses sont courts et s'il n'y a pas assez de temps pour reconstituer les réserves. En outre, il existe des preuves que si la mère
  6. Nutrition maternelle
    si l'enfant a des allergies La tendance aux allergies est principalement héréditaire. Si vous ou votre mari souffrez de cette maladie, vous devez être prudent pendant la période d'allaitement. En règle générale, la réaction de l'enfant à ces composants ou à d'autres composants du lait maternel apparaît immédiatement après la naissance. Si, après un autre allaitement, le bébé a une éruption cutanée avec démangeaisons,
  7. Nutrition mère avec coliques chez un enfant
    Les coliques chez les nouveau-nés sont un phénomène très courant. Ils sont observés chez près de 20% des bébés. Le bébé devient agité, crie fort, tord ses jambes, les presse ensuite contre le ventre, puis le redresse avec force. Le visage du bébé peut soudainement rougir, il peut serrer les poings. En même temps, son ventre est gonflé et vous pouvez entendre les intestins "gronder". Enfin, les coliques disparaissent après six mois. Beaucoup
  8. Groupes de soutien aux mères pour les mères
    Si plusieurs mères qui allaitent vivent côte à côte, elles pourraient être intéressées par la création d’un groupe de soutien mutuel. De tels groupes de soutien direct pour les mères peuvent avoir le plus grand effet d'aider les mères à poursuivre l'allaitement après les premières semaines après la naissance. Peut-être peuvent-ils fournir une assistance encore plus efficace que
  9. Jumeaux se nourrissant la nuit
    Les mères jumelles ont besoin de repos supplémentaire, qu'elles peuvent obtenir si elles dorment et se nourrissent en même temps. Pour ce faire, amenez les enfants au lit (mettez-vous dans un lit king-size) et convenez-vous des conditions à remplir pour que maman, papa et les enfants dorment bien. Une mère expérimentée qui a nourri et dormi avec deux paires de jumeaux a découvert que se nourrir la nuit
  10. Sous-vêtements d'allaitement
    Un soutien-gorge ne doit pas seulement servir à orner une femme, mais pas à la préserver, pour préserver sa santé et celle de son enfant. Les modèles préférés n'altérant pas la circulation sanguine dans les glandes mammaires et ne comprimant pas les nerfs responsables de la régulation de leurs fonctions. Assurez-vous que votre soutien-gorge n'est pas trop petit et que ses bretelles ne sont pas enfoncées dans la peau (il est préférable qu'elles soient plus larges).
  11. La nutrition en tant que facteur de préservation et de promotion de la santé. Normes physiologiques de nutrition. La valeur des composants individuels des aliments dans la nutrition humaine. La valeur des protéines dans la nutrition humaine, leurs normes et leurs sources d'entrée dans l'organisme
    La nutrition est l’un des facteurs environnementaux les plus actifs et les plus importants. Elle a divers effets sur le corps humain, assure sa croissance, son développement, la préservation de sa santé, son handicap et sa longévité optimale. Tout cela est fourni par un repas quotidien réglementé avec un certain ensemble d'aliments. Les aliments sont complexes
  12. Femme enceinte et allaitante
    Essayez de ne pas planifier l’apparition du plus jeune enfant plus tôt que celui qui a au moins deux ans. C’est combien de temps il faut, selon les médecins, au corps pour récupérer de l’accouchement. Certaines femmes qui allaitent actuellement vont délibérément à la fourniture d'un autre bébé. Cependant, elles ne représentent pas le nombre de difficultés qui les attendent. Mais il arrive que la grossesse
  13. INFIRMIÈRE SAINE ET BELLE MAMAN
    INFIRMIER SAIN ET BEAU
  14. Toute mère qui allaite et qui pense avoir un rhume peut avoir une mammite
    POUR LES PROFESSIONNELLES: COMMENT POUVEZ-VOUS AIDER? La plupart des mères sont maintenant allaitées dans des circonstances variées et ont besoin du soutien de professionnels expérimentés, tels que des infirmières, des pédiatres, des médecins de famille et des assistantes médicales. Nous donnons des conseils sur la façon dont vous pouvez les aider. 1. Croire à l'allaitement. La foi est contagieuse. Plus vous
  15. L'entraînement au sommeil n'est pas pour les mères qui allaitent
    Depuis que les livres pour les parents se retrouvent dans les chambres à coucher, les auteurs devraient proposer des formules magiques qui promettent de faire dormir les enfants toute la nuit et respectent les horaires qui conviennent le mieux. Les enfants ont de nombreuses qualités merveilleuses, mais la vie dans les temps n’en fait pas partie. Veillez à utiliser un moyen quelconque pour endormir un enfant ou de manière prédéterminée.
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com