Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Hépatite virale

L'hépatite virale est un groupe de maladies infectieuses causées par des virus hépatotropes présentant une lésion primaire du foie. À l'heure actuelle, il existe cinq principales hépatites virales, généralement désignées par les lettres de l'alphabet latin: A, B, D, C et E. Tous les virus étudiés n'ont pas de volatilité.

Hépatite virale A

La source d'infection est uniquement la personne (le patient et le porteur du virus). La période d'incubation est d'environ 4 à 6 semaines à partir du moment du contact avec le patient jusqu'à l'apparition de la jaunisse. Les patients présentant des formes typiques d'hépatite virale A sont les plus infectieux à la fin de la période d'incubation et pendant toute la période préicterique. Avec l'avènement de la jaunisse, le virus des selles disparaît progressivement et, après 4-5 jours, il ne se retrouve que dans des cas isolés. Dans le sang, le virus est détecté avant que les signes de la maladie apparaissent et disparaissent dans les premiers jours de la période ictérique. Dans l'environnement, l'agent pathogène est principalement excrété dans les selles.

Le mécanisme de transmission de l'hépatite virale A est fécalo-oral. Modes de transmission - contacter le ménage, la nourriture, l’eau.

La susceptibilité au virus de l'hépatite A est très élevée. L'incidence la plus élevée est observée chez les enfants âgés de 3 à 7 ans.

L'hépatite A survient souvent chez les enfants vivant dans des conditions d'hygiène insatisfaisantes. Les épidémies d'hépatite sont décrites lors de l'utilisation d'eau ou d'aliments contaminés. Prouvé la possibilité d'infection par l'hépatite virale A par transfusion sanguine, ainsi que par les homosexuels.

La maladie chez la femme enceinte n’est pas associée au risque de fausse couche, n’a pas d’effet tératogène sur le fœtus et n’entraîne pas nécessairement le développement de la maladie chez le nouveau-né. Les anticorps maternels, circulant dans le sang du bébé, le protègent des maladies pendant les premiers mois de la vie.

La saisonnalité automne-hiver est caractéristique avec une augmentation de l'incidence en septembre-novembre. Le lieu d'infection est souvent les institutions pour enfants. Après avoir contracté l'hépatite A, une immunité stable et permanente est formée.

Clinique Chez les patients atteints d'une forme typique d'hépatite virale A, on distingue les périodes suivantes: incubation, pré-utérine, jaunisse, post-jaune et période de récupération.

Les enfants plus âgés et les adolescents souffrent d’hépatite plus que les adultes. L'hépatite A commence chez eux de manière aiguë, se manifestant par des troubles généraux, de la fièvre, une sensation de faiblesse et des dysfonctionnements des organes digestifs (nausée, vomissements, manque d'appétit ou même aversion pour la nourriture, malaises abdominaux). La douleur abdominale sourde peut augmenter avec l'effort. La peau et les muqueuses deviennent jaunâtres, l'urine - couleur foncée. La jaunisse peut persister pendant 2 à 3 semaines et être prononcée ou légère. Les excréments d'argile décolorés sont le résultat d'un blocage des voies biliaires. Les enfants malades deviennent irritables, sujets à la dépression, sont mécontents de tout. Au cours de la période de récupération, qui dure parfois plusieurs semaines, l’appétit et l’humeur du patient, la tolérance à l’activité physique sont normalisées. Chez les enfants, les déficiences sont moins prononcées et le rétablissement se produit plus rapidement que chez les adultes.

Complications. Complications spécifiques: dyskinésie du tractus gastro-intestinal, de la vésicule biliaire et du tractus biliaire. Les complications non spécifiques: pneumonie, otite, mal de gorge, etc., sont causées par des agents bactériens, viraux, parasitaires et autres.

Traitement. Les patients atteints d'hépatite virale A suivent un traitement de base comprenant un schéma thérapeutique rationnel, une nutrition thérapeutique, des multivitamines et de l'eau minérale. Dans la période aiguë de la maladie, repos au lit, plus tard - demi-lit, puis - épargné pendant 2-4 semaines. L'extension du schéma thérapeutique peut être réalisée tout en améliorant le bien-être de l'enfant, en normalisant l'appétit, en réduisant l'intensité de la jaunisse et en réduisant le contenu en enzymes de la bilirubine et de l'hépatocellule dans le sérum sanguin. Le régime alimentaire des patients atteints d'hépatite virale A doit être complet, adapté à l'âge, alimentaire, facilement digestible et riche en calories. Pendant toute la période aiguë de la maladie, les extraits, les viandes fumées, les marinades, les graisses réfractaires et les épices sont exclus du régime alimentaire. Les glucides sous forme de sucre, de miel, de pain blanc, de riz, de farine d'avoine et de semoule, de pommes de terre, de légumes et de fruits sont prescrits aux patients atteints d'hépatite virale A. Avec une diminution des symptômes d'intoxication dans le menu comprennent les viandes maigres, le poisson, les œufs. L'enfant reçoit des vitamines ainsi que des produits alimentaires naturels, ainsi que des préparations à base de multivitamines (sans sommets, unicup, duovit, hexavit, etc.).

Traitement médicamenteux. Les patients atteints d'hépatite A légère n'ont pas besoin de traitement médical. Dans les formes modérément sévères, la thérapie de désintoxication par perfusion est prescrite, les hépatoprotecteurs (Kars, silymarine, silibor, legalon). Pendant la période de récupération, l’utilisation de médicaments cholérétiques (cholosac, cholécinime, solution de sulfate de magnésium à 5%, etc.) est indiquée. Un bon effet est donné par le tuba avec de l'eau minérale alcaline 2 à 3 fois par semaine. Les médicaments antiviraux sont recommandés pour le traitement.

Les enfants sortent de l'hôpital avec un état général et un bien-être satisfaisants de l'enfant; l'absence de coloration ictérique de la peau et des muqueuses visibles; réduire le foie à la taille normale; normalisation de la bilirubine et d’autres paramètres biochimiques dans le sérum.

Observation dispensaire. Une fois guéris, les enfants sont examinés à l'hôpital un mois après leur sortie. À l'avenir, un pédiatre ou un spécialiste des maladies infectieuses d'un dispensaire pour enfants devrait être examiné à 3 et 6 mois.

La prévention. La prophylaxie non spécifique comprend le diagnostic précoce de l'hépatite virale A et l'isolement des patients, la prévention de l'introduction de l'hépatite virale A dans les institutions médicales et préventives pour enfants. Le contact pendant 35 jours est établi par observation médicale systématique (au moins 1 fois par semaine) (mesure de la température corporelle, contrôle de la couleur des matières fécales, de l'urine, de la peau, détermination de la taille du foie et de la rate). Les enfants fréquentant l’école maternelle font l’objet d’une inspection quotidienne. L'examen en laboratoire des personnes de contact est effectué 2 fois par semaine, à 10-15 jours d'intervalle. Si l'hépatite A est détectée dans un établissement préscolaire, le transfert d'enfants vers d'autres groupes est interdit pendant 35 jours à compter de la date d'isolement du dernier malade. Le respect des mesures sanitaires et hygiéniques revêt également une grande importance. La prévention spécifique est réalisée par les vaccins. La prophylaxie planifiée (pré-saison) n’est pratiquée que dans les régions à forte incidence d’hépatite virale A. Elle consiste à administrer des immunoglobulines aux enfants d’âge préscolaire et aux écoliers du primaire avant l’augmentation saisonnière de la morbidité. 1 ml d'une solution d'immunoglobuline à 10% est injecté à des enfants âgés de 1 an à 10 ans, 1,5 ml à 10 ans. Selon les indications épidémiques, la vaccination concerne les enfants âgés de 1 à 14 ans, ainsi que les femmes enceintes ayant été en contact direct avec des patients atteints d'hépatite virale A. Les membres de la famille d'une personne atteinte d'hépatite C doivent être immunisés immédiatement après le diagnostic. Même les nourrissons sont sujets à la vaccination dans ces familles.

Hépatite virale E

La source d'infection est une personne malade. La voie de transmission est principalement constituée d’eau, ainsi que de nourriture et de contact. L'augmentation de l'incidence est observée au printemps et à l'automne (période des pluies et des crues des rivières). La maladie est répandue dans les pays à climat chaud.

Parmi les cas, 30% sont des enfants et tous les groupes d'âge. Après le transfert de la maladie reste une immunité résistante.

Le traitement, les mesures anti-épidémiques et prophylactiques sont effectués selon les mêmes principes que pour l'hépatite virale A. Pour la prévention de l'hépatite E chez la femme enceinte, une immunoglobuline spécifique est utilisée.

Hépatite virale B

Les patients infectés par l'hépatite virale aiguë et l'hépatite B chronique ainsi que les porteurs du virus sont à l'origine du virus.

Voie de transmission. Le virus de l'hépatite B se transmet de personne à personne de l'une des manières suivantes: transplacentaire (infection intra-utérine), intranatale (pendant l'accouchement), postnatal (transmission du virus de la mère à l'enfant pendant l'allaitement ou l'allaitement), lors de l'utilisation d'outils de coupe et de perçage ménagers, articles d’hygiène personnelle (serviettes, gants de toilette, brosses à dents, etc.) contaminés par les fluides corporels du patient; sexuellement (chez les adolescents et les adultes). L'infection peut survenir par transfusion de sang ou de plasma infecté; mener des activités thérapeutiques et diagnostiques liées à la violation de l'intégrité de la peau et des muqueuses. Le niveau de virus dans le sang peut être très élevé. Même l’injection d’une aiguille, sur laquelle le minimum de sang du porteur de l’infection a été préservé, est à l’origine du développement de la maladie. L'incidence élevée des toxicomanes est due à l'utilisation des mêmes aiguilles. La transfusion sanguine d'un virus porteur crée le plus grand risque de développer une hépatite virale B.
Les enfants malades ayant besoin de transfusions sanguines répétées présentent le même risque élevé d'infection que les patients en dialyse rénale. Incidence accrue parmi les membres de la famille.

Hépatite virale congénitale B. Pendant une infection intra-utérine, un enfant peut être né avec des signes d'hépatite virale aiguë. L'hépatite B congénitale est une infection asymptomatique avec développement fréquent d'un processus chronique. Avec l'hépatite B congénitale chez les nouveau-nés, il n'y a pas de période préicterum. La jaunisse apparaît dans les premiers jours de la vie, exprimée de manière significative, augmente et persiste pendant une longue période (de 2-3 semaines à 2 mois). Dès les premiers jours de la vie, on observe une légère augmentation de la température corporelle, une augmentation du foie et de la rate, une coloration foncée des urines et des matières fécales décolorées. Il peut y avoir une augmentation du saignement au site d’injection. L'intoxication se manifeste par une léthargie ou une anxiété, une perte d'appétit, une régurgitation. On trouve souvent une hydrocéphalie, une surdité, une cécité, une forte déformation des os du crâne. La maladie est grave et souvent mortelle.

Hépatite B acquise. Une infection d’un enfant est possible par voie intranatale, c’est-à-dire en passant par le canal de naissance. L'infection survient à la suite de la pénétration du virus dans une peau et des muqueuses endommagées. Les premiers signes de la maladie apparaissent chez les enfants à l'âge de 2 ou 3 mois. La maladie est souvent grave, souvent sous la forme d’une forme maligne mortelle. Dans certains cas, l'enfant est infecté immédiatement après la naissance. Dans le même temps, la transmission du virus peut se produire lors de microtraumatismes de la peau et des muqueuses, ainsi que pendant l'allaitement. L'infection se produit probablement pas par le lait, mais lorsque le sang pénètre dans les fentes des mamelons.

Le plus souvent, l'hépatite virale B est enregistrée après la transfusion de sang infecté et de ses préparations. La période préicterique est courte et dure 1-5 jours. L'apparition de la maladie est souvent progressive, avec une augmentation légère et à court terme de la température corporelle. La léthargie de l’enfant, le refus de la poitrine, la régurgitation, les vomissements, les ballonnements et les flatulences, parfois la diarrhée, apparaissent. Une augmentation du foie et de la rate. L’obscurcissement de l’urine apparaît tôt, des taches sombres, difficiles à enlever, avec une odeur piquante demeurent sur les couches. La période ictérique dure 25 à 35 jours. La peau et les muqueuses sont colorées plus faiblement et plus lentement que chez les enfants plus âgés. Il y a souvent une jaunisse d'intensité faible avec une gravité grave de la maladie. Les enfants de la première année de vie sont dominés par des formes modérées et graves de la maladie, ainsi que par des formes malignes et des décès. Développent souvent des complications causées par la stratification de la flore bactérienne et les infections virales respiratoires. La période post-talon est caractérisée par une lente dynamique inverse des symptômes, des lésions fréquentes de la vésicule biliaire et des voies biliaires.

Traitement. Traitement rationnel et nutrition clinique prescrits pendant 6 mois. Le traitement médicamenteux chez les enfants atteints d'hépatite B modérée ou modérée se déroule selon les mêmes principes que les patients atteints d'hépatite virale A. Dans les formes sévères et malignes de l'hépatite virale B, des médicaments spécifiques (interférons, médicaments chimiothérapeutiques) sont ajoutés au traitement principal. En outre, un traitement de désintoxication est effectué. Si nécessaire, prescrire des glucocorticoïdes, des diurétiques, de l'héparine.

Observation dispensaire. Le premier examen clinique est effectué dans un hôpital où le patient a été traité, 10 à 15 jours après son congé. Les enfants retrouvés sans plainte et avec des signes cliniques d'hépatite virale B, des indicateurs de laboratoire normaux sont également observés dans la clinique pour enfants après 3, 6, 9 et 12 mois. L'observation clinique comprend l'examen de la peau et des muqueuses visibles, la détermination de la taille du foie et de la rate, l'évaluation de la couleur de l'urine et des fèces et la détermination des paramètres de laboratoire. L'éducation physique est contre-indiquée pendant six mois après la guérison et la participation à des manifestations sportives pendant deux ans n'est pas recommandée.

Mesures de prévention et anti-épidémiques. Les mesures anti-épidémiques ont pour but d'identifier la source de l'infection, d'interrompre les voies de transmission et de toucher un microorganisme sensible. Les sujets suivants seront examinés: donneurs, femmes enceintes, receveurs de sang (surtout les enfants de la première année de vie), personnel des établissements de transfusion sanguine, unités d'hémodialyse, réanimation et soins intensifs, chirurgie cardiovasculaire et pulmonaire, hématologie, transplantation d'organes et de tissus. Avant de donner du sang, tous les donneurs sont examinés avec une définition obligatoire de l'antigène de l'hépatite B. Les donneurs ne peuvent pas être des personnes ayant déjà contracté l'hépatite virale, les patients atteints de maladies chroniques du foie et des voies biliaires, ainsi que les contacts avec les patients atteints d'hépatite B. Les receveurs de sang sont soumis à un suivi tous les 3 ans. - 6 mois, l'observation se termine 6 mois après la dernière transfusion sanguine. Les femmes enceintes sont examinées à deux reprises pour détecter la présence d'antigène dans le virus de l'hépatite B: lors de l'inscription à une clinique prénatale (à 8 semaines de gestation) et lors d'un congé de maternité (32 semaines). La livraison des femmes avec l'antigène du virus de l'hépatite B est effectuée dans des services spécialisés des maternités, des centres médicaux et des centres d'obstétrique, conformément au régime anti-épidémique. Tous les membres de la famille qui ont récupéré ou qui sont porteurs d’un virus doivent utiliser des articles d’hygiène personnelle (brosses à dents, serviettes, tampons à récurer, peignes, accessoires de rasage, ciseaux, etc.). Les préservatifs sont un moyen efficace de protection personnelle. La membrane du préservatif est imperméable aux virus de l'hépatite B et de l'hépatite C, ce qui est confirmé par des recherches menées à l'Institut A. Fournier de Paris.

Prévention spécifique. La vaccination contre l'hépatite B, selon le calendrier de vaccination de la Russie, est effectuée à trois reprises.

1 régime - nouveau-né dans les 24 premières heures de la vie, 1 mois, 5—6 mois.

2 régimes - en 4-5 mois, 5-6 mois et 12-13 mois.

Les enfants plus âgés et les adultes sont immunisés selon les schémas suivants:

0 à 1 mois - 6 mois;

0—1 mois - 2 mois.

Pour la vaccination, utilisez le vaccin domestique "Kombioteh" et les vaccins étrangers obtenus par génie génétique ("Endzheriks-B", etc.). L'immunité persiste pendant 5 ans ou plus.

Hépatite virale D

La source d'infection est un patient atteint d'une infection aiguë et surtout chronique.

Modes de transmission. L'infection se produit par transfusion de sang vacciné et de ses préparations, ainsi que par l'utilisation d'instruments médicaux contaminés par du sang vacciné. Le risque d'infection par un virus est particulièrement élevé chez les receveurs de sang de donneur et de ses médicaments (patients hémophiles, brûlés, etc.), ainsi que de ceux sous hémodialyse, pour le traitement desquels ils utilisent l'hémosorption, la plasmaphérèse, etc. . Cependant, le plus souvent, les nouveau-nés sont infectés pendant l'accouchement ou immédiatement après la naissance en raison d'une infection de la peau et des muqueuses endommagées. Les enfants en bas âge et les patients atteints d'hépatite virale chronique B sont les plus sensibles au virus D. Le virus de l'hépatite D est détecté chez 5% des personnes infectées par l'hépatite B. développement d'une forme maligne de la maladie. Elle se caractérise par un courant de foudre et est souvent fatale dans les premiers jours du début de la maladie.

Le traitement des patients atteints d'hépatite virale D n'est pas différent de celui des patients atteints d'hépatite virale B.

La prévention de l'hépatite D repose sur les mêmes principes que l'hépatite B (exigences applicables aux donneurs, utilisation d'outils uniques pour toute procédure médicale, respect des mesures sanitaires et hygiéniques dans la vie quotidienne, etc.).

Hépatite virale C

Источником инфекции является человек, больной острой и хронической вирусной инфекцией.

Пути передачи. Вирус гепатита С передается, главным образом, при проведении медицинских манипуляций инструментами, приборами и аппаратами, загрязненными инфицированной кровью и ее препаратами. Вирус гепатита С в организм попадает чаще с зараженной кровью и в меньшей степени, с другими биологическими жидкостями (слюной, мочой, спермой и др.). Кроме того, факторами риска развития гепатита С являются внутривенное введение лекарств, наркотиков, переливание препаратов крови. Передача вируса от матери к плоду возможна при высокой концентрации вируса у матери или при сопутствующем инфицировании ее вирусом иммунодефицита человека (ВИЧ). Передача вируса половым путем происходит редко, но частота инфицирования возрастает при большом количестве сексуальных партнеров.

Traitement. Общие принципы терапии больных вирусным гепатитом С такие же, как и при других вирусных гепатитах (диета, симптоматические средства, противовирусные препараты).

<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Вирусные гепатиты

  1. Вирусные гепатиты
    Учебно-целевая задача: используя диагностические алгоритмы, уметь установить диагноз вирусного гепатита, определить нозологическую и клиническую форму, тяжесть общего состояния и степень тяжести, осложнения, назначить адекватное лечение; вести диспансерное наблюдение. Задание для самостоятельного изучения темы. Пользуясь учебником, лекционным материалом и методическими указаниями для
  2. Вирусные гепатиты
    Вирусные гепатиты – группа инфекционных заболеваний человека с преимущественным поражением печени, сходных по клинической картине, но различающихся по этиологии, патогенезу и исходам. Различают гепатиты A, B. C, D и E. Недавно открыты гепатиты F и G. Вирусные гепатиты A и E характеризуются фекально-оральным механизмом заражения, передаются водным, пищевым и контактно-бытовыми путями.
  3. ВИРУСНЫЕ ГЕПАТИТЫ
    Вирусные гепатиты – это группа этиологически неоднородных заболеваний, сопровождающихся преимущественным поражением печени – увеличением ее размеров и нарушением функциональной способности, а также выраженными в разной степени симптомами интоксикации. Клиническая диагностика Инкубационный период Вирусный гепатит А передается фекально-оральным путем, заболевание протекает остро,
  4. Вирусные гепатиты
    Заболевания печени встречаются у беременных с частотой приблизительно 1 на 1000. В 40—50 % случаев причиной желтухи являются вирусные гепатиты. В 60 % случаев гепатит обусловлен гепатотропными вирусами типов А—С, в то время как ЦМВ, ВПГ и вирус Эпстайна — Барр играют только вспомогательную роль. По сравнению с нормальной популяцией только острый гепатит Е связан у беременных с отчетливо более
  5. Профилактика заболеваемости вирусными гепатитами
    Для защиты медицинских работников, ранее не привитых от гепатита В, независимо от наличия или отсутствия инфицированности упациента, проводится 3-кратная специфическая иммунизация по схеме 0-1-6 вакциной, зарегистрированной в установленном порядке и разрешенной к применению в Российской Федерации. Вакцинация против вирусного гепатита В может проводиться любому человеку, у которого нет
  6. Профилактика вирусных гепатитов
    Общие требования к эпидемиологическому надзору за вирусными гепатитами. Санитарно-эпидемиологические правила Область применения Настоящие санитарно-эпидемиологические правила (далее санитарные правила) устанавливают основные требования к комплексу организационных, лечебно-профилактических, гигиенических и противоэпидемических мероприятий, проведение которых обеспечивает
  7. Клиника и профилактика вирусного гепатита в школе
    Гепатит — острое инфекционное заболевание, поражающее в основном печеночную ткань, вызывающее патологию функций печени и на этом фоне — нарушение обмена веществ в организме. Гепатит может быть первичным, и в этом случае он является самостоятельным заболеванием, или вторичным, тогда он представляет собой проявление другой болезни. Развитие вторичного гепатита связано с воздействием
  8. вирусные гепатиты (осложнения и критерии выписки)
    Осложнения вирусного гепатита: 1) синдром холестаза - возникает при атипичном течении ВГА, характеризуется стойкой холестатической желтухой и зу-дом. 2) массивный некроз печени (молниеносный гепатит, фульминатная форма вирусного гепатита) - чаще возникает при гепатите В, D и Е, обычно первый признак - печеночная энцефалопатия, часто с развитием глубокой комы. Характерны быстрое уменьшение
  9. Острые вирусные гепатиты (шифры В 15-В 17)
    La définition Диффузное воспалительное поражение гепатоцитов, вызванное специфическими ге-патотропными вирусами. Des statistiques В течение года острыми вирусными гепатитами болеют 35-56 человек на 100000 населения. Горожане болеют чаще, чем жители сельской местности. Étiologie. Факторы риска. Основные гепатотропные вирусы А, В, С, D, E, F, J. Энтеральный путь заражения характерен для вирусов А и
  10. Факторы риска заражения хирургов вирусными гепатитами и виды профилактики
    Госпитальная эпидемия гепатита В (ГВ), наблюдавшаяся в клиниках разных стран мира в 70-х годах прошлого века, распространение гепатита С (ГС) в 90-е годы, высокий трансмиссивный риск, вероятность заражения медицинских работников при выполнении своих профессиональных обязанностей определяют актуальность и значимость проблемы вышеназванной проблемы. Специальное тестирование показало, что врачи
  11. 5.11. ХРОНИЧЕСКИЕ ВИРУСНЫЕ ГЕПАТИТЫ
    Задачи терапии: 1. Достижение стойкого подавления репликации вируса 2. Уменьшение степени фиброза в печени, для предотвращения прогрессирования его в цирроз и/или гепатоцеллюлярную карциному 3. Улучшение качества жизни больного Пути достижения поставленных задач: 1. Лечебный режим 2. Лечебное питание 3. Противовирусная терапия 4. Иммунодепрессивная терапия
  12. Естественное течение вирусных гепатитов
    Естественное течение ГА Для ГА характерно доброкачественное течение заболевания с полным выздоровлением. Исходы ГА: 1. Выздоровление. 2. Остаточные явления: а) затяжная реконвалесценция; б) постгепатитная гепатомегалия в) постгепатитная гипербилирубинемия (манифестация синдрома Жильбера) В процессе реконвалесценции возможно выявление остаточных явлений в виде постгепатитной гепатомегалии,
  13. Вирусные гепатиты сочетанной этиологии (микст-ВГ)
    Эпидемиологический надзор за вирусными гепатитами сочетанной этиологии должен быть согласован с надзором за каждым из ВГ, особенно ГВ и ГС, и нацелен на комплексную диагностику, при которой гарантируется выявление микст-ВГ. Обнаружение маркеров одного из ВГ, особенно в группах высокого риска заражения, не исключает других одновременно или последовательно развивающихся инфекций.
  14. Вирусные гепатиты
    Гепатит А ИП 14-45 дн. Начало острое. Путь передачи: фек-орал. Серология при инфекции: АнтиHAV-IgM, Анти HAV. Серология после инфекции: Анти-HAV Заразность: 2 нед до и 2 нед после начала заболевания. Излечение: 100% почти Гепатит В ИП 30-180 дн. Начало постепенное. Путь передачи: сексуальный, парентеральный, перинатальный. Хронизация – 5-10%. Перинатальный 90%. Серология
  15. Résumé Профилактика парентеральных вирусных гепатитов, 2011
    Парентеральные (гемоконтактные) гепатиты Пути заражения Меры профилактики Эпидемиологическое обследование Экстренная иммуноглобулинопрофилактика Инфицирование медицинского
  16. клиническое значение маркеров вирусных гепатитов А, В, С, Е. Методы их определе-ния
    Вирусный гепатит А а) РНК вируса (HAV RNA) - выявляется в сыворотке крови, фекалиях, воде и пищевых продуктах методами молекулярной гибридизации, ПЦР. Выявление РНК ВГА в сыворотке коррелирует с максимальным уровнем противовирусных антител класса IgM; в фекалиях указывает на «инфекционность» больного; в воде и пищевых продуктах — на их зараженность вирусом. б) антиген вируса (HAV Ag) -
  17. . вирусные гепатиты С, Д, Е (клиника, диагностика, лечение)
    ВГС - заболевание, сходное по эпидемиологическим признакам с ГВ, однако протекающее более легко и отличающееся при желтушных формах сравнительно быстрым обратным развитием болезни. Чаще встречаются безжелтушные, субклинические и инаппарантные формы ГС, которые переносятся без стационарного лечения, однако в 80-90% случаев переходят в хронический гепатит и у 20-30% больных – в цирроз печени
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com