Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Otolaryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et Gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Maladie pulmonaire. Anomalies congénitales. Atélectasie. Pathologie vasculaire. Pathologie infectieuse

Les maladies des poumons, appartenant aux maladies les plus courantes de l'homme moderne et ayant un taux de mortalité élevé, peuvent être combinées dans les groupes suivants: anomalies congénitales; atélectasie; pathologie vasculaire des poumons; maladies pulmonaires infectieuses; asthme bronchique; maladie pulmonaire obstructive chronique; maladie pulmonaire interstitielle; tumeurs du poumon.

Caractéristiques morphologiques et fonctionnelles du système broncho-pulmonaire. Les poumons sont un organe à paires. Le poids moyen de chaque poumon atteint 850 g chez l'homme et 750 g chez la femme. La surface du poumon est recouverte d'une plèvre viscérale qui les divise en lobes. Le poumon droit est constitué de 3 lobes, et le gauche - de 2, le lobe moyen y étant réduit et représenté par deux segments de roseau appartenant au lobe supérieur. Chaque lobe est constitué de segments broncho-pulmonaires, définis comme des unités structurelles du tissu pulmonaire, provenant des bronches sous-segmentaires de première génération. Les segments broncho-pulmonaires sont en forme de pyramide, dont le sommet est orienté vers la porte de l'organe et la base vers la plèvre viscérale. Chaque segment est constitué de lobules ayant des dimensions d'environ 1 cm de forme polygonale, séparés par un tissu fibreux.

Dans la structure des poumons, il y a deux parties principales: conductrices de l'air et respiratoires, où l'échange de gaz lui-même est effectué.

La partie des poumons qui conduisent l’air comprend la trachée, les bronches et les bronchioles. La trachée au niveau de T4-5 est divisée en deux bronches principales, chacune se divisant de manière dichotomique de 8 à 25 fois selon la région du poumon, tandis que le calibre des bronches en développement diminue progressivement pour devenir finalement microscopique et que les bronches passent dans les bronchioles. La plus petite unité structurelle des voies respiratoires est la bronchiole terminale, qui les relie à la partie respiratoire du poumon.

Dans les bronches, une couche muqueuse, sous-muqueuse avec des glandes bronchiques, une couche musculaire et un tissu fibrocartilagineux supportant l'élasticité de leurs parois sont isolés. Les bronches se distinguent des bronchioles non seulement par le calibre mais aussi par la structure des murs. Dans les bronches, il y a du tissu cartilagineux et des glandes muqueuses, qui sont absentes dans les bronchioles. La muqueuse épithéliale de la muqueuse bronchique contient des cellules ciliées, muqueuses et basales. Ces dernières sont considérées comme les cellules précurseurs des deux premiers types de cellules. Dans les bronchioles terminales, apparaissent la composition cellulaire de la muqueuse épithéliale et les cellules de Klara bronchiques, qui participent à la production de surfactant, ainsi qu’au processus de régénération du tissu pulmonaire, car ils portent sur leurs ancêtres des cellules de la moelle osseuse superficielles et ont la capacité de se diviser et de se différencier. pneumocytes.

La partie respiratoire du poumon est appelée acini, dont les composants structurels sont les bronchioles respiratoires (2-3 générations), les canaux alvéolaires (2-6 générations) et les sacs alvéolaires. Les parois des bronchioles respiratoires ont des zones de structure similaire à celle des bronchioles terminales et contenant des cellules musculaires lisses alternant avec les alvéoles. Les canaux alvéolaires sont des structures tubulaires complètement formées par des structures alvéolaires et se terminant par l'accumulation d'alvéoles sous la forme de structures aveugles ressemblant à des chair de poule, appelées sacs alvéolaires. Il y a 3 à 5 acini dans chaque lobule et plus de 300 millions dans les poumons.

La partie respiratoire du poumon présente une membrane épithéliale et un tissu interstitiel, qui interagissent étroitement et participent conjointement aux processus pathologiques se développant dans cette partie du poumon. Les cellules épithéliales alvéolaires sont situées sur la membrane basale et sont représentées par des pneumocytes du second ordre, qui synthétisent les tensioactifs et sont capables de se diviser et de se différencier en cellules terminales - des pneumocytes du premier ordre recouvrant la majeure partie de la surface des alvéoles et participant aux échanges gazeux. L'interstitium des parties respiratoires du poumon est constitué des capillaires de l'artère pulmonaire, de divers types de fibroblastes et de la matrice extracellulaire contenant du collagène (constitué principalement de collagène de type 1) et de fibres élastiques, de protéoglycanes et de glycoprotéines.

Les cellules neuroendocrines, ou cellules de type Kulchitsky qui effectuent une régulation neuroendocrine dans les poumons, se concentrent principalement dans les bronches entre les cellules épithéliales basales, généralement dans la région des terminaisons nerveuses, dans le stroma du corps, près des vaisseaux, ainsi que dans l'épithélium alvéolaire. ordre des pneumocytes III.

Les échanges gazeux ont lieu dans la zone de la barrière air-sang située au niveau des alvéoles et représentant une membrane semi-perméable composée de 4 couches: pneumocytes d’ordre, membrane basale épithéliale, cellules endothéliales des capillaires de l’artère pulmonaire.

Les fonctions pulmonaires peuvent être divisées en fonctions respiratoires, principales et non respiratoires (synonymes - métaboliques) associées à l'inactivation de l'angiotensinconvertase, adrénaline, noradrénaline, sérotonine, histamine, bradykinine, prostaglandines, utilisation des lipides, production et inactivation des formes actives de l'oxygène.

En règle générale, dans les maladies pulmonaires, le processus pathologique qui se développe sur le territoire pulmonaire a un effet systémique sur le corps, car les fonctions respiratoire et métabolique des poumons sont altérées. Les processus pathologiques dans les poumons entraînent le développement d'une hypoxie respiratoire, qui provoque des processus dystrophiques, atrophiques et sclérotiques dans de nombreux organes internes.

Mécanismes de protection du système broncho-pulmonaire.
La survenue de processus pathologiques dans les poumons est largement associée à des blessures, ainsi qu'à des anomalies congénitales et génétiques de structures qui protègent le système respiratoire des influences externes et internes. Les mécanismes de protection du système broncho-pulmonaire fonctionnent au niveau des parties pulmonaires conductrices et respiratoires et sont réalisés par climatisation, nettoyage mécanique, endocytose de l'épithélium bronchique, protection humorale non spécifique, protection cellulaire non spécifique et protection immunitaire spécifique.

La climatisation survient dans les voies respiratoires supérieures et dans les grandes bronches et est associée à une température de 37 ° C en la chauffant ou en la refroidissant, ainsi qu’à l’humidification.

La purification mécanique de l'air commence par sa filtration lors du passage de la cavité nasale. Lorsque cela se produit, l'inhalation de particules se dépose sur les muqueuses du nez, de la trachée et des bronches, puis les élimine en cas d'éternuement ou de toux. Le dépôt de particules dépend de leur diamètre. Ainsi, des particules de diamètre supérieur à 50 microns sont piégées dans la cavité nasale, 30 à 50 microns dans la trachée, 10 à 30 microns dans les bronches, 3 à 10 microns dans les tubes bronchiques et 1 à 3 microns dans les alvéoles. Les particules dont le diamètre est inférieur à 0,5 micron ne traînent pratiquement pas dans les poumons.

La partie la plus importante du nettoyage mécanique de l'air des micro-organismes et autres agents nocifs est la clairance muco-ciliaire, agissant au niveau des bronches et des bronchioles. Ce dernier est fourni par la sécrétion des glandes muqueuses des bronches, des cellules caliciformes et des cellules Klara de l'épithélium tégumentaire, ainsi que par le battement des cils des cellules ciliées. La composition de la sécrétion muqueuse, en plus du mucus, comprend diverses glycoprotéines, protéases, tensioactifs et IgA.

La muqueuse a une épaisseur de 5-7 microns et est divisée en deux couches: au niveau des cils, elle est représentée par une phase liquide (sol), qui fournit des conditions favorables pour leur déplacement, à la surface de l'épithélium - une phase dense (gel). Le fonctionnement du système mucociliaire est associé au retard des mucosités inhalées, suivies de leur mouvement dû au battement des cils vers la trachée et de leur élimination lors du réflexe de toux.

Il y a beaucoup de conditions dans lesquelles il y a des dommages à la clairance mucociliaire, favoriser le développement d'une pneumonie aiguë: dyskinésie ciliaire primitive (syndrome de Kartagener), l'air froid ou chaud, les stupéfiants, la fumée de tabac, les allergènes, substance à réaction lente de l'anaphylaxie, PGE1, PGE2 et leucotriènes (accélérer runout cilia).

Les facteurs de protection non spécifiques sont principalement produits par les leucocytes et les macrophages polymorphonucléaires constamment présents dans les voies respiratoires, ainsi que par les cellules des glandes séreuses (interféron, lysozyme, lactoferrine, protéases, antiprotéases, immunoglobuline sécrétoire, etc.).

Les mécanismes cellulaires de la protection non spécifique sont les plus importants dans les parties respiratoires du tissu pulmonaire, où il n'y a pas de système mucociliaire et où la sécrétion contient des facteurs humoraux de protection non spécifique. Les cellules les plus importantes de ce système sont les suivantes: macrophage alvéolaire, leucocyte polymorphonucléaire, labrocyte et éosinophile.

Les mécanismes immunitaires de protection spécifique des bronches et du parenchyme pulmonaire sont mis en oeuvre par des cellules lymphoïdes et macrophages du tissu lymphoïde broncho-associé et des ganglions lymphatiques, la sécrétion d'IgA et d'IgG revêtant une importance particulière. Une grande quantité d'IgA est contenue dans un secret et protège les poumons contre l'infection virale, permet l'agglutination des bactéries et la neutralisation de leurs toxines. Les IgG du sérum et des voies respiratoires inférieures agglutinent et opsonisent les bactéries, activent le complément, accélèrent la chimiotaxie des granulocytes et des macrophages, neutralisent les toxines et les virus bactériens et lysent les bactéries gram-négatives.

Tous ces mécanismes de protection assurent la fonction de drainage des bronches en violation des conditions favorables au développement d'une pneumonie aiguë.

Malformations congénitales des poumons.

Les anomalies congénitales les plus importantes des poumons sont généralement diagnostiquées au cours de l’enfance, elles sont donc mieux comprises au cours de l’évolution des maladies de l’enfant et se présentent sous forme de: kystes congénitaux; séquestration broncho-pulmonaire; agénésie ou hypoplasie de deux ou un segment poumon / poumon; des anomalies de la trachée et des bronches; anomalies vasculaires; emphysème lobaire congénital.

Les kystes pulmonaires congénitaux se développent à la suite de la séparation des fragments de l'intestin primaire pendant l'embryogenèse. La variante la plus courante est les kystes bronchiques doublés d’épithélium bronchique. Les kystes sont compliqués par le développement d'une inflammation purulente avec la formation d'abcès et, dans le cas de modifications tissulaires destructives, par le pyothorax, le pneumothorax et l'hémorragie pulmonaire.

La séquestration bronchopulmonaire est une malformation avec la formation d'un segment pulmonaire non associé à l'arbre bronchique et à l'artère pulmonaire et qui reçoit le sang artériel de l'aorte ou de ses branches. La séquestration extrabarique et intralobaire est isolée. En séquestration extralobulaire, le segment pulmonaire anormal est localisé dans le médiastin. Cette pathologie se rencontre généralement chez le nouveau-né et est associée à d'autres malformations. La séquestration intralobaire est typique chez les adultes. Elle est détectée comme une lésion dans le parenchyme pulmonaire et manifeste des complications infectieuses répétées.

<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Maladie pulmonaire. Anomalies congénitales. Atélectasie. Pathologie vasculaire. Pathologie infectieuse

  1. Pathologie vasculaire des poumons.
    La pathologie vasculaire des poumons survient dans diverses maladies des poumons, du cœur et des vaisseaux sanguins, du foie et est décrite par divers syndromes. Les variantes les plus importantes de la pathologie vasculaire pulmonaire sont représentées par les groupes de maladies suivants: œdème pulmonaire; syndrome de détresse respiratoire de l'adulte; syndrome de thromboembolie pulmonaire; syndromes d'hypertension pulmonaire primaire et secondaire;
  2. PATHOLOGIE DE LA GROSSESSE. AVORTS SPORTIFS. GROSSESSE ECTOPIQUE. GESTOSES. TROPHOBLASTIC MALADIE. PATHOLOGIE PLACENTA
    PATHOLOGIE DE LA GROSSESSE. AVORTS SPORTIFS. GROSSESSE ECTOPIQUE. GESTOSES. TROPHOBLASTIC MALADIE. PATHOLOGIE
  3. Pathologie pulmonaire
    Les principales exigences de l'anesthésie chez les patients présentant une pathologie pulmonaire concomitante sont les suivantes: 1) si les circonstances le permettent, il est nécessaire d'étudier l'état fonctionnel de la respiration pendant la période préopératoire afin de déterminer les principaux mécanismes physiologiques de la pathologie respiratoire; 2) essayer d'augmenter les réserves fonctionnelles de la respiration dans la période préopératoire
  4. PATHOLOGIE CARDIOVASCULAIRE ET GROSSESSE
    Les maladies cardiovasculaires occupent l'une des principales places dans la structure de la pathologie extragénitale. La mortalité maternelle dans cette pathologie va à 3-4 endroits, cédant au saignement et à la gestose. Il est généralement admis qu'avec un processus rhumatismal actif, la grossesse est inacceptable. Il est également contre-indiqué en cas de défauts valvulaires graves (sténose de la valve mitrale III - degré IV et
  5. AG combiné à une pathologie des poumons.
    Compte tenu de la prévalence élevée d'hypertension et de maladies pulmonaires obstructives dans la population (principalement l'asthme bronchique et la maladie pulmonaire obstructive chronique) et de leur association fréquente chez un patient, la présence d'une pathologie broncho-obstructive concomitante chez le patient doit être prise en compte lors de la prescription d'un traitement antihypertenseur. L’accent est mis sur la combinaison de la MPOC et de
  6. Atélectasie des poumons.
    L'atélectasie est un processus pathologique caractérisé par un déploiement ou un effondrement incomplet et réversible d'une partie du poumon qui contenait auparavant de l'air. On distingue les types d'atélectasie suivants: 1. Atélectasie par résorption (obstructive), qui survient lors de l'obstruction complète de l'arbre bronchique avec bronchopneumopathies obstructives, aspiration d'un corps étranger, croissance tumorale. 2. Atélectasie à la compression
  7. Diagnostic prénatal de pathologie chirurgicale congénitale
    Les possibilités de diagnostic prénatal des troubles du développement congénitaux et de leur correction efficace se développent rapidement. La méthode principale de diagnostic prénatal des malformations est l’échographie, elle permet d’identifier diverses variantes d’obstruction intestinale congénitale, hernie diaphragmatique, "tumeurs" externes (tératomes de la région sacro-coccygienne, omphalocèle), etc.
  8. Guide d'étude. Physiopathologie privée. Physiopathologie du système cardiovasculaire. Pathologie du tonus vasculaire, 2002

  9. Variantes de pathologie rénale congénitale.
    L'absence de développement du germe de l'uretère dans un ou deux reins primaires (dans les canaux mésonéphraux) entraîne l'absence d'un rein d'un ou deux côtés - agénésie. Dans les cas où il n'y a pas de bourgeon néphrogénique ou s'il est incapable de répondre à la stimulation du bourgeon urétéral en croissance, le rein est également absent et en présence de l'uretère (aplasie du rein). Agénésie bilatérale ou aplasie rénale -
  10. PATHOLOGIE INFECTIEUSE. INFECTIONS INTESTINALES
    Le processus d'infection est un complexe de réactions adaptatives d'un microorganisme en réponse à l'introduction et à la reproduction d'un microorganisme visant à rétablir l'homéostasie perturbé et l'équilibre biologique du macroorganisme avec l'environnement extérieur. L’expression la plus importante d’un processus infectieux sont les maladies infectieuses, c’est-à-dire maladies causées par des agents infectieux. Spécifique
  11. PATHOLOGIE CARDIOVASCULAIRE
    CARDIOVASCULAIRE
  12. Pathologie du système cardiovasculaire
    200. Le patient T., âgé de 45 ans, souffre d’une malformation cardiaque combinée, formée sur la base de rhumatismes subis dans sa jeunesse. Pendant de nombreuses années, elle s'est sentie satisfaisante. Cependant, après avoir eu mal à la gorge cette année, l’état s’est nettement aggravé. Le patient est préoccupé par l'essoufflement, les palpitations, la douleur dans la région du cœur, l'hémoptysie, l'œdème. Objectivement: la peau et les muqueuses visibles
  13. Soutien respiratoire dans la maladie pulmonaire obstructive
    Les troubles pulmonaires obstructifs se manifestent dans de nombreuses maladies, mais le plus souvent dans l'asthme bronchique et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Bien que le terme BPCO recouvre un large éventail de maladies, son utilisation est généralement limitée à la bronchite chronique et à l'emphysème. L'asthme bronchique est comme un standard de maladies obstructives réversibles
  14. La relation entre l'hypoxie, l'angiopathie, les troubles circulatoires, la pathologie de la BBB et la pathologie périvasculaire
    La principale caractéristique de la pathogenèse de l'asphyxie intra-utérine est que, selon NL Garmasheva (1967), elle est toujours précédée de troubles circulatoires du fœtus. Dans ces cas, il se crée souvent des conditions dans lesquelles la sortie veineuse hors du tronc cérébral est perturbée (en raison de caractéristiques anatomiques et physiologiques), ce qui conduit à une persistance secondaire périvasculaire persistante
  15. Régulation de la circulation sanguine dans les poumons en santé et maladie
    Contrairement à la plupart des organes et des tissus, les poumons ont également un double apport de sang. La fonction spécifique des poumons est l’échange gazeux par la circulation pulmonaire, c’est-à-dire le système avions, capillaires et veines, tandis que le tissu pulmonaire, y compris la paroi de l’avion, est alimenté par les artères bronchiques qui font partie de la circulation systémique. Distinctif
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com