Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

Règlement sur la procédure d'autopsie post mortem



(Annexe à l'ordonnance MZMP du 04.29.1994, n ° 82)

I. Dispositions générales.

1. L'autopsie post mortem est réalisée dans les bureaux anatomo-pathologiques et les services des institutions médicales et prophylactiques conformément à la législation de la Fédération de Russie et au présent règlement.

2. En cas de décès dû à des causes violentes ou à des soupçons à leur égard, de dommages mécaniques, d'empoisonnement, y compris l'alcool éthylique, d'asphyxie mécanique, d'exposition à des températures extrêmes, d'électricité, après un avortement artificiel pratiqué à l'extérieur de l'hôpital, ainsi que si l'identité du cadavre décédé n'est pas claire. soumis à des recherches médico-légales.

3. À l'autopsie, la défiguration des parties exposées du corps n'est pas autorisée.

II. La procédure de nomination et d'autopsie des cadavres dans un hôpital.

1. Tous les cadavres de patients décédés à l'hôpital de causes non violentes sont autopsiés, sauf dans les cas prévus à l'article 48 «Autopsie post mortem» des principes fondamentaux de la législation de la Fédération de Russie sur la protection de la santé publique, notamment pour des raisons religieuses ou autres s'il existe une déclaration écrite des membres de la famille , des proches ou le représentant légal du défunt ou la volonté du défunt exprimée de son vivant.

2. L'autorisation de délivrer un cadavre sans autopsie appartient au médecin-chef ou à son adjoint pour le travail médical et, en son absence, au médecin de garde à l'hôpital.

Lors de l'annulation d'une autopsie, le médecin-chef (adjoint, médecin de garde) donne une indication écrite sur la carte d'hospitalisation avec une justification du motif de l'annulation de l'autopsie.

3. L'annulation d'une autopsie n'est pas autorisée:

3.1. S'il est impossible d'établir un diagnostic clinique définitif de la maladie qui a entraîné le décès et (ou) la cause immédiate du décès, quelle que soit la durée du séjour à l'hôpital du patient.

3.2. Si vous soupçonnez une surdose ou une intolérance aux médicaments ou aux médicaments de diagnostic.

3.3. En cas de décès:

- associés à la fourniture de mesures préventives, diagnostiques, instrumentales, anesthésiques, de réanimation, médicales pendant ou après l'opération de transfusion sanguine;

- d'une maladie infectieuse ou de suspicion;

- du cancer en l'absence de vérification histologique de la tumeur;

- d'une maladie associée aux conséquences de catastrophes environnementales;

- les femmes enceintes, les femmes en travail et les femmes en couches (y compris le dernier jour de la période post-partum).

3.4. Exiger des recherches médico-légales.

4. L'autopsie post mortem est autorisée à tout moment après la mort biologique d'un établissement médical par des médecins.

5. L'autopsie pathologique des cadavres des patients n'est réalisée que sur présentation à la morgue simultanément avec le cadavre d'antécédents médicaux ou d'accouchement, établi de la manière prescrite.

L'historique de la maladie ou de l'accouchement soumis à l'examen post mortem doit contenir un diagnostic clinique définitif avec la date de son établissement, une épicrisis posthume, le matériel d'origine des tests effectués (radiographies, ECG, tests de laboratoire, cartes des manuels d'anesthésie et de réanimation, etc.), le visa du médecin chef ou son Adjoint aux fins de référence (pour autopsie pathologique, examen médico-légal, conservation, etc.).

6. Le dossier médical du défunt pour la veille est transmis au département (bureau) au plus tard à 10 heures.

7. Les antécédents médicaux avec le diagnostic anatomopathologique pathologique qui y sont introduits au plus tard 10 jours après le transfert de l'autopsie aux archives médicales de l'hôpital. Les antécédents médicaux ne peuvent être retardés pour une période plus longue qu'avec l'autorisation spéciale du médecin-chef ou de son adjoint.

8. Si des signes de mort violente ou de suspicion sont découverts lors de l'autopsie post mortem.

8.1. Le pathologiste doit:

- arrêter l'autopsie et en informer immédiatement le médecin-chef ou son adjoint;

- prendre des mesures pour préserver le cadavre, ses organes et ses tissus pour de nouvelles recherches médico-légales;

- établir un protocole sous la forme généralement acceptée avec justification du transfert d'un cadavre pour la production d'un examen médico-légal pour la partie terminée de l'autopsie interrompue.

8.2. Le médecin chef (adjoint, médecin de garde) est tenu:

- informer immédiatement le parquet ou le poste de police du district de l'identification de signes de mort violente ou de suspicion de décès et veiller à ce que des mesures soient prises conformément à leurs ordres;

- fournir la capacité de mener en temps opportun et pleinement des études bactériologiques ou virologiques.

9. Une autopsie médico-légale de cadavres de personnes décédées dans les hôpitaux est possible dans les locaux du service de pathologie de cet établissement médical par un expert médico-légal à plein temps ou autre agréé par les autorités compétentes.

10. Si une maladie infectieuse aiguë est détectée ou suspectée à l'autopsie, le pathologiste doit:

10.1. En informer immédiatement le médecin-chef ou son adjoint, et en leur absence - l'hôpital responsable en service.

10.2. Émettre un avis d'urgence d'une maladie infectieuse (formulaire 058 / U), l'envoyer d'abord en transmettant un message téléphonique au centre territorial de surveillance sanitaire et épidémiologique.

10.3. Prendre du matériel pour des études bactériologiques ou virologiques avec la préparation de la documentation nécessaire.

10.4. Prendre des mesures pour prévenir la propagation de l'infection prévue par les documents pertinents.

11. Avec une autopsie post mortem, la présence du médecin traitant est obligatoire.

Chaque cas de non-respect de cette obligation par le médecin traitant est examiné par le médecin-chef ou son adjoint avec l'adoption, en l'absence de motif valable, de mesures disciplinaires et autres appropriées.

III. La procédure pour diriger et effectuer une autopsie post mortem d'un cadavre d'un adulte décédé à l'extérieur de l'hôpital.

1. Un établissement de consultations externes doit:

1.1. Pour vérifier le fait que la personne est décédée hors de l'hôpital et délivrer un certificat médical de décès.

1.2. En cas de décès, tel que défini au paragraphe 3 de la section 2, envoyer le cadavre à un examen pathologique.

2. Lorsqu'elle se réfère à une autopsie post-mortem, une institution ambulatoire joint les pièces justificatives suivantes:

2.1. Un formulaire d'autopsie autopsie rempli conformément à la procédure établie.

2.2. Dossier médical d'un ambulatoire avec un dossier de décès et diagnostic clinique final, épicrisis post-mortem.

2.3. Dans les cas prévus, le protocole d'inspection du cadavre par un policier ou un représentant des autorités chargées de l'enquête.

3. Le pathologiste qui a effectué l'autopsie est tenu d'inclure le diagnostic pathologique et l'épicrisis anatomique clinique dans le dossier médical du patient.

4. Au bout d'un mois après l'envoi du cadavre pour un examen post mortem, l'établissement de consultations externes doit restituer le dossier médical de la consultation externe et analyser les résultats de l'étude.

5. Dans le cas de la remise d'un cadavre par ambulance, une fiche d'ambulance d'accompagnement, un protocole d'examen du cadavre par un policier ou un représentant des autorités chargées de l'enquête sont joints.

6.
En cas de décès d'un adulte dans une ambulance, la procédure d'autopsie du travail du défunt dans un hôpital s'applique.

IV. La procédure d'ouverture du corps des mortinaissances et des nouveau-nés.

1. L'autopsie et l'inscription obligatoires dans le protocole d'examen pathoanatomique sont soumises à tous les nouveau-nés décédés dans des établissements médicaux, ainsi qu'aux bébés mort-nés pesant 500 g ou plus, de longueur corporelle 25 cm ou plus »avec un âge gestationnel de 22 semaines ou plus avec l'exécution d'un protocole d'autopsie, y compris les cas après interruption grossesse pour des raisons médicales génétiques et sociales. Un certificat médical est délivré pour les nouveau-nés mort-nés et décédés d'un poids corporel de 1000,0 g ou plus, d'une longueur corporelle de 35 cm ou plus (âge gestationnel de 28 semaines ou plus). Pour les nouveau-nés d'un poids corporel de 500,0 g à 999,0 g, d'une longueur corporelle de 2534 cm (âge gestationnel 22-27 semaines), un certificat est délivré s'ils ont vécu 7 jours complets.

2. Les avortements et les mortinaissances pendant la grossesse jusqu'à 22 semaines et pesant moins de 500 g sont ouverts de manière sélective à des fins scientifiques et pratiques sans délivrer de certificat de décès périnatal.

3. Les cadavres de fœtus et de nouveau-nés décédés sont envoyés pour examen pathoanatomique avec le placenta, chaque placenta non délivré doit être signalé au médecin-chef de la maternité et aux autorités sanitaires supérieures.

4. En même temps, l'histoire de l'accouchement et l'histoire de la maladie du nouveau-né contenant une épicrisis posthume et un diagnostic clinique définitif sont délivrés au service pathologique. La livraison de tous les cadavres de mort-nés et de nouveau-nés et de leurs suites est effectuée au plus tard 12 heures après la naissance d'un mort-né ou la mort d'un nouveau-né.

5. Une autopsie nécessite la présence d'un obstétricien et d'un pédiatre.

6. Un certificat médical de décès périnatal est délivré le jour de l'autopsie, indiquant si ce diagnostic est préliminaire ou définitif. Si le diagnostic est préliminaire, après avoir effectué l'ensemble complet des études sur le matériel de coupe, un nouveau certificat médical «final» de décès périnatal devrait être délivré à la place du préliminaire.

Un rapport d'autopsie est établi le jour de l'autopsie.

Le diagnostic pathologique et l'épicrisis anatomique clinique sont formulés sur la base de données d'autopsie et d'études complémentaires réalisées au cours de l'autopsie. Après l'achèvement de l'examen histologique, qui décode, clarifie, complète les résultats de l'autopsie ou détecte des changements macroscopiques invisibles, le diagnostic pathologique peut être modifié et enregistré comme "Diagnostic pathologique après un examen histologique".

7. L'examen histologique du matériel de coupe et du placenta doit être effectué dans les 100 pour cent des autopsies conformément aux instructions pour l'unification des méthodes d'examen microscopique pour les pathologistes de profil pédiatrique.

8. L'examen post mortem des cadavres de fœtus et de nouveau-nés a pour caractéristiques d'ouvrir le crâne, la colonne vertébrale, l'avant de la poitrine, l'abdomen, le cœur, les membres, décrivant les signes de la maternité, de la prématurité et de la surmaturité:

- Une autopsie doit commencer par un examen approfondi du cadavre, en enregistrant des anomalies dans la structure corporelle, les configurations de la tête, l'état de la tumeur de naissance, la peau, les muqueuses, la cavité buccale et l'anus, en identifiant les signes de long terme, de prématurité et de vieillissement. Ensuite, le crâne et le cerveau, les organes des cavités abdominales et thoraciques, les organes de l'espace rétropéritonéal, la colonne vertébrale et la moelle épinière sont ouverts et examinés, les noyaux d'ossification sont examinés. Tous les organes et glandes endocrines sont pesés. Leur masse est comparée à la norme inhérente à un poids corporel donné du fœtus et du nouveau-né.

Les vaisseaux du cerveau ne sont pas blessés avec la bonne technique d'ouverture du crâne: des ciseaux avec des mâchoires pliées en biais, lorsque la mâchoire intérieure est dirigée vers l'extérieur. Une attention particulière est accordée à l'anneau ombilical, pour lequel l'incision médiane à une distance de 1-2 cm du nombril est dirigée à gauche et à droite, en se concentrant sur le centre du ligament pupartique et en formant un triangle. Le coin supérieur surélevé du triangle vous permet d'examiner la veine ombilicale. Ensuite, il est traversé et les artères iliaques ombilicales et internes sont examinées, le reste de l'uraque; des frottis pour l'analyse bactériologique et histologique sont réalisés à partir de leur contenu même en l'absence de changements visibles;

- les veines et artères ombilicales (avec elles le reste de l'uraque) et dans certains cas les artères iliaques internes sont examinées complètement sur des coupes sériées, pour lesquelles les vaisseaux sont coupés en petites coupes (0,5 cm de long) qui sont montées verticalement dans un bloc de paraffine;

- pour déterminer l'âge gestationnel gestationnel du fœtus, une étude des noyaux d'ossification est recommandée: dans la glande pinéale distale (38 semaines), dans la grande corne de l'os hyoïde (28-32 semaines), le calcanéum et le talus (25 semaines), le sternum (21-24 semaines), le haut épiphyse de l'épaule (41-42 semaines); ainsi que la mesure de la longueur du fémur;

- lors de l'évaluation des changements pathologiques, il est nécessaire de distinguer la pathologie iatrogène due à la réanimation et aux soins intensifs, aux manipulations diagnostiques.

9. L'examen histologique du placenta est effectué dans le volume requis: 10-12 pièces provenant de différentes zones du placenta, y compris les foyers de pathologie et les zones non affectées, 2 pièces du cordon ombilical et à une hauteur de 2 cm du placenta, et à l'endroit du pansement, 2 bandes des membranes, torsadée en spirale, l'une de 5 cm de long près du placenta, l'autre de 7 à 8 cm de long, du côté opposé, à l'endroit de la rupture. Si vous soupçonnez une infection du placenta, vous pouvez augmenter le nombre de morceaux de la surface maternelle et faire un frottis pour une analyse bactériologique et cytologique.

V. Procédure d'ouverture des autopsies pour les enfants.

1. L'examen post mortem est soumis à tous les cadavres d'enfants décédés dans des établissements médicaux, âgés de 7 jours à 14 ans inclus.

2. En cas de signes ou de suspicion de mort violente, un examen médico-légal est effectué.

3. En cas de décès d'enfants en dehors de l'hôpital en l'absence de signes de mort violente, la question de la nécessité d'une étude pathoanatomique est tranchée par le médecin-chef de l'établissement médical qui a observé l'enfant au cours de sa vie;

4. L'examen pathologique obligatoire est soumis aux enfants décédés en dehors de l'hôpital dans les circonstances suivantes:

- d'une maladie infectieuse des boues en cas de suspicion;

- du cancer en l'absence de vérification histologique de la tumeur;

- pour les maladies liées aux conséquences des catastrophes environnementales;

- avec le syndrome de "mort subite" avec les études histologiques et bactériologiques maximales des organes.

VI. Responsabilité du personnel médical.

Les travailleurs médicaux qui ont violé la procédure de prélèvement d'organes et (ou) de tissus sur un cadavre défini par les articles 8, 10, 15 de la loi de la Fédération de Russie sur la transplantation d'organes et (ou) de tissus humains »sont responsables de la manière établie par la législation de la Fédération de Russie.

Chef du Département de l'assistance médicale à la population A. L. Demenkov

Chef du Département de la santé maternelle et infantile D.M. Zelinskaya

Il est enregistré auprès du Ministère de la justice de la Fédération de Russie le 1er juin 1994 n ° 588
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

Règlement sur la procédure d'autopsie post mortem

  1. RÉGLEMENTATION JURIDIQUE DE L'ANATOMIE PATHOLOGIQUE
    La Constitution de la Fédération de Russie définit les droits et libertés fondamentaux de l'homme et du citoyen, y compris dans le domaine de la protection de sa santé. Dans leur pratique, les employés de PAS sont tenus de s'y conformer. La principale base juridique pour la mise en œuvre des activités du PAS est la suivante: 1. Loi du 22 juillet 93, n ° 5487-1, "Principes fondamentaux de la législation de la Fédération de Russie sur la protection de la santé publique" (ci-après - les principes fondamentaux). 2. Loi du 12 janvier 1996, n ° 8-FZ «sur
  2. Règlement sur l'organisation et le déroulement des conférences clinico-paganologiques dans les établissements médicaux
    (Annexe n ° 7 à l'ordonnance du ministère de la Santé de l'URSS du 04.04.83 n ° 375) 1. Les principales tâches des conférences cliniques et pathologiques: a) améliorer les qualifications des médecins dans les établissements médicaux et améliorer la qualité du diagnostic clinique et du traitement des patients grâce à une discussion et une analyse conjointes des données en coupe; b) identifier les causes et les sources d'erreurs de diagnostic et de traitement
  3. Enregistrement du protocole d'autopsie, diagnostic pathologique, épicrisis clinique et pathologique, conclusion et certificat de décès
    Enregistrement du protocole d'autopsie, diagnostic pathologique, épicrisis clinique et pathologique, conclusion et certificat de
  4. Règlement sur le service de pathologie (service de pathologie centralisé) d'un établissement médical
    (Annexe n ° 1 à l'Ordonnance du Ministère de la Santé de l'URSS du 04.04.83. N ° Z75) 1. Le service de pathologie (service de pathologie centralisé) est une unité structurelle d'un établissement médical. 2. Le service de pathologie (prosecteur) est organisé en tant qu'hôpitaux multidisciplinaires (y compris les enfants), hôpitaux infectieux, psychiatriques, oncologiques et
  5. RÉDACTION DU PROTOCOLE D'OUVERTURE ANATOMIQUE DE PATHOLOGIE
    Le protocole d'autopsie se compose de 3 parties: • partie introductive (introduction); • partie narrative et finale, y compris le diagnostic pathologique; • дополнительные исследования и заключения. Протокол вскрытия составляется во время вскрытия под диктовку вскрывающего или тотчас после него. При составлении протокола вскрытия, необходимо помнить, что
  6. Положение о начальнике патологоанатомического бюро
    (Приложение 2 к Приказу МЗ СССР от 11.03.88 г. № 203) 1. Начальник патологоанатомического бюро осуществляет руководство деятельностью патологоанатомического бюро на основе единоначалия. 2. Начальник патологоанатомического бюро назначается из числа высококвалифицированных врачей-патологоанатомов, имеющих опыт практической и руководящей работы, назначается и увольняется органом здравоохранения по
  7. ПРОТОКОЛ ПАТОЛОГОАНАТОМИЧЕСКОГО ВСКРЫТИЯ
    ПРОТОКОЛ ПАТОЛОГОАНАТОМИЧЕСКОГО
  8. Положение о патологоанатомическом бюро
    (Приложение № 1 к приказу МЗ СССР от 11.03:88 г. № 203) 1. Патологоанатомическое бюро является учреждением здравоохранения и подчиняется соответствующему органу здравоохранения. 1.1. Патологоанатомические бюро организуются, в области (крае), автономной, союзной республике, городе на базе существующих централизованных патолого-анатомических отделений, располагающих квалифицированными кадрами и
  9. ОБЩИЕ ПРАВИЛА ПРОВЕДЕНИЯ ПАТОЛОГОАНАТОМИЧЕСКОГО ИССЛЕДОВАНИЯ
    Следующие разделы руководства посвящены требованиям к профессии патологоанатома — умению производить патологоанатомические исследования трупов (взрослых, детей, новорожденных). Общепринятый порядок патологоанатомического исследования тела умершего больного включает в себя следующие последовательные этапы: 1) изучение всей доступной медицинской информации об умершем и составлении плана
  10. Статья 67. Проведение патолого-анатомических вскрытий
    1. Патолого-анатомические вскрытия проводятся врачами соответствующей специальности в целях получения данных о причине смерти человека и диагнозе заболевания. 2. Порядок проведения патолого-анатомических вскрытий определяется уполномоченным федеральным органом исполнительной власти. 3. По религиозным мотивам при наличии письменного заявления супруга или близкого родственника (детей,
  11. ПОРЯДОК ПРОВЕДЕНИЯ ПАТОЛОГОАНАТОМИЧЕСКИХ ИССЛЕДОВАНИЙ
    ПОРЯДОК ПРОВЕДЕНИЯ ПАТОЛОГОАНАТОМИЧЕСКИХ
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com