Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Maladies héréditaires de la peau / maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Thérapie intensive Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

La procédure à suivre pour remplir et délivrer un certificat de décès



Les statistiques nationales sur les naissances et les causes de décès de la population reposent sur l'élaboration d'une documentation médicale, qui devrait refléter de manière objective la dynamique de la morbidité et de la mortalité de la population. La fiabilité de ces données dépend en grande partie du respect exact des règles de remplissage des documents, de l’uniformité dans l’évaluation de la séquence pathogénique de l’évolution des processus et du mécanisme de la mort.

Selon la réglementation en vigueur, un certificat de décès médical est délivré par tous les hôpitaux, dispensaires, cliniques externes, hôpitaux d’urgence, maternités, sanatoriums, bureaux d’examen médico-légal.

Il convient de garder à l'esprit que dans les villes, les agglomérations urbaines et les zones rurales, dans les établissements de santé dans lesquels au moins deux médecins travaillent, ils ne délivrent qu'un certificat médical de décès. Dans les zones rurales où il n’ya qu’un seul médecin dans un établissement de santé, en cas d’absence (vacances, maladie, etc.), le paramédic lui délivre un certificat de décès. En cas de décès d'enfants de moins de 6 jours, un certificat médical de décès périnatal est délivré.

Un certificat médical de décès est délivré aux parents sur le reçu de la colonne vertébrale d'un certificat médical de décès restant dans l'établissement de santé. La délivrance d'un corps de la paroisse sans certificat médical de décès est interdite. Dans le cas où le défunt est enterré par un établissement de santé, ce dernier doit remplir un certificat de décès médical et le soumettre au bureau d'enregistrement pour enregistrement dans les 3 jours.

Un certificat médical de décès est délivré par le médecin traitant de l'établissement de santé sur la base des observations du patient et des enregistrements dans les dossiers médicaux reflétant l'état du patient avant son décès, ou par le pathologiste sur la base de l'examen des dossiers médicaux et des résultats de l'autopsie.

La délivrance d'un certificat médical de décès par contumace, sans identification personnelle par le médecin (ou le travailleur médical moyen travaillant avec lui) du fait du décès est interdite. Dans des cas exceptionnels, un certificat de décès peut être délivré par un médecin qui a établi la mort uniquement sur la base d'un examen du cadavre en l'absence d'un décès présumé violent. Ceci ne s'applique pas aux experts en criminalistique qui, comme on le sait, se voient interdire formellement de délivrer un certificat de décès médical uniquement sur la base d'un examen externe du cadavre.

Le pathologiste doit savoir qu'un certificat médical de décès est non seulement un document médical certifiant le décès destiné à être enregistré auprès du bureau de l'état civil, estampillé par l'institution, mais également un document statistique important qui constitue la base des statistiques étatiques sur les causes de décès. L’exactitude et la fiabilité des informations statistiques sur les causes de décès, qui sous-tendent l’évolution des soins de santé, dépendent de l’exactitude avec laquelle on détermine la cause du décès et de la qualité de la préparation d’un certificat de décès médical.

Les certificats médicaux de décès portent la marque "finale" ou "préliminaire" ou "au lieu de préliminaire". Cette procédure a été adoptée afin d'assurer une plus grande fiabilité des causes de décès enregistrées et de ne pas retarder l'enregistrement du décès dans les bureaux de l'état civil et l'inhumation. Un certificat médical de décès portant la marque «préliminaire» est délivré dans les cas où des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir ou clarifier la cause du décès, ou si, au moment de la délivrance du certificat, le type de décès (accident de production ou en rapport avec la production, suicide, meurtre) n'est pas établi. mais peut être clarifié davantage. Ceci s'applique également aux décès dus à des interventions médicales. Après avoir clarifié la cause et le type de décès, ils établissent un nouveau certificat et l’envoient à l’institution de soins de santé, directement au service de statistique de la ville, de la région, de la république, au plus tard un mois, avec la mention «au lieu de préliminaire».

Dans certains cas, à la demande écrite des parents, un nouveau certificat médical de décès peut être délivré «au lieu d'un préliminaire» à présenter au bureau d'enregistrement afin d'obtenir un nouveau «certificat de décès» délivré par le bureau d'enregistrement, qui précisera la cause exacte du décès. Si un certificat médical de décès est émis avec la marque «finale», mais qu'une erreur est révélée ultérieurement dans le dossier de diagnostic, de nouvelles données indiquant la cause du décès apparaissent. Un certificat médical de décès doit être établi avec une inscription faite à la main, «au lieu du numéro final ... certificat médical de décès »et envoyé par courrier directement à l’institution statistique appropriée.

Les certificats médicaux de décès cousus dans les livres doivent être conservés par le chef de l'institution ou son suppléant, de même que les racines des certificats de décès médicaux délivrés. Les enregistrements doivent coïncider pleinement avec les enregistrements dans les paragraphes pertinents de l'acte de décès et correspondre aux enregistrements de protocole mortem du cadavre. Les racines des certificats de décès médicaux utilisés pour établir le rapport de l'établissement de santé sont conservées au lieu de délivrance des certificats de décès pendant un an. Après la fin de l'année civile, ils peuvent être détruits conformément à la réglementation en vigueur. Les copies erronées des certificats de décès médicaux et leurs racines correspondantes sont biffées, constituent un enregistrement "gâché" et sont conservées dans le cahier de formulaires.

Les chefs des services de santé municipaux (districts), les médecins en chef des rayons affectent un pathologiste au contrôle mensuel et vérifient la qualité des certificats médicaux de décès reçus par le bureau d'enregistrement, le pathologiste chargé de vérifier l'exactitude des certificats médicaux de décès, en cas de défaillance de leur remplissage, doit:

a) clarifier les données avec le médecin qui a délivré le certificat de décès médical conformément à la documentation médicale principale et s'assurer que le certificat médical final correct est établi, si un certificat final préliminaire ou illégal a été délivré,

b) assurer l'analyse de tous les cas de remplissage incorrect de certificats médicaux lors de conférences médicales, de conseils médicaux, etc.

Le certificat médical de décès est rempli à la main, en écriture lisible.

Remplir un certificat de décès médical se fait en entrant les informations nécessaires ou en soulignant les symboles appropriés. Tous les éléments du certificat sont soumis à remplissage. En l'absence de toute information particulière, “inconnu”, “non installé”, etc. devrait être enregistré. L'exactitude et l'exhaustivité de la saisie de chacun des éléments du certificat de décès constituent en outre un traitement statistique complet. Avant de remplir le certificat médical de décès sur celui-ci et sur l'épine dorsale, le certificat de décès porte le numéro d'institution selon le classificateur des entreprises et des organisations, par une fraction - le numéro de série du certificat et indique le type du certificat rempli: "définitif", "préliminaire".

Au paragraphe 7, indiquez l'adresse de la résidence du défunt. Au paragraphe 9, après avoir clarifié les circonstances de cette affaire de décès, ils indiquent le résultat du décès (maladie, accident, etc.). S'il n'est pas possible d'établir le type de mort, les mots «le type de mort n'est pas établi» sont alors soulignés. Au paragraphe 11, le médecin qui remplit l'acte de décès indique son nom de famille, son nom, son patronyme, son poste, note les bases sur lesquelles il s'appuie pour déterminer la séquence des processus pathologiques menant au décès et indique la cause du décès.

La procédure d'enregistrement des causes de décès décrite dans le certificat, conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, devrait aider le médecin à isoler de l'ensemble des maladies en interaction le processus pathologique directement responsable du décès et les maladies ayant contribué au décès de la maladie sous-jacente. Le médecin enregistre la cause du décès dans deux parties du onzième paragraphe du certificat. La première partie a 3 lignes (a, b, c). Dans cette partie, seules les unités nosologiques liées à l’étiologie et à la pathogénèse présentes dans la CIM-9 sont indiquées: dans la ligne “a”, la cause immédiate du décès, c.-à-d. une maladie entraînant directement la mort ou une complication de la maladie sous-jacente; dans la ligne “b” et “c” - la maladie principale (la cause initiale du décès), c.-à-d. la maladie a causé ou a causé la cause immédiate du décès.

Ainsi, la dernière entrée, sur la dernière ligne du certificat, doit correspondre à la cause initiale du décès (principalement