Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

Nutrition pour les enfants de deux à six ans

Dans le zoo local de San Antonio, des inscriptions avertissant les visiteurs de ne pas nourrir les animaux disent: «Tous les oiseaux et les animaux ici sont nourris scientifiquement, avec la bonne nourriture et la bonne quantité pour assurer leur meilleure condition physique. Nourrir les pièces et les produits inutiles par le public leur fait beaucoup de mal et constitue une violation flagrante, ce que la direction du zoo ne peut pas autoriser. "

Et dans la même ville, des milliers d'enfants sont nourris de manière inaudible, non pas scientifiquement et de façon inférieure. Les enfants sont malades, peu développés, mal nourris et dénués de nombreux plaisirs de la vie. Partout où vous allez, partout vous verrez des enfants manger des bonbons, des tartes, des biscuits, des glaces et d'autres choses inutiles. Avec des biscuits dans les mains et des poches pleines de noix grillées, ils s'étouffent, remplissent leur petit estomac de nourriture acidifiante et privent leurs tissus d'éléments alcalins précieux. Les enfants deviennent souvent une sorte de terrain d'essai pour divers types d'aliments exclusifs, de sirops et même de médicaments offerts au public et aux médecins par des annonceurs entreprenants.

Les parents se sentent souvent désolés pour leurs enfants, car ils sont privés de certains produits, mais leurs regrets sont déplacés. De tels regrets reviennent essentiellement à vouloir prolonger la maladie de leurs enfants. «Lorsque les parents sont suffisamment intelligents pour comprendre leur devoir envers les enfants», a déclaré le Dr Tilden, «ils ne se sentiront pas désolés pour eux, car les enfants ne mangent pas pour être malades.» Trop de parents ne sont pas guidés par la connaissance et la raison, mais par leurs émotions et sentiments, donnez aux enfants les aliments dont ils ont besoin et ne cultivez pas le besoin d'aliments nocifs en eux. Si vous voulez élever votre enfant sans médecin, avec une excellente digestion, sans maladies, avec de bonnes dents, un corps fort et un esprit clair, suivez ici des conseils et non donnez-lui du sucre, des amidons raffinés et tout aliment transformé. Si vous voulez augmenter les revenus des médecins et voir comment vos enfants souffrent et meurent, vous pouvez suivre le «bon vieux chemin», qui est partout à la mode.

Fruits et légumes. À partir de la deuxième année de vie, les fruits et légumes peuvent être ajoutés à l'alimentation de l'enfant. Vous pouvez donner n'importe quel fruit de façon saisonnière s'il est mûr. Il n'y a aucune raison d'avoir peur des fruits: pêche, prune, abricot, cerise, figue, pomme, poire, raisin, banane et autres, c'est-à-dire tout cela est sur la liste des fruits et des baies. Donnez au bébé et à la pulpe et à toutes les autres parties du fœtus, pas seulement du jus. Vous pouvez donner des pastèques, des melons (simples, du miel) de toutes sortes. Vous pouvez donner toutes sortes de noix, à l'exception des arachides (qui, en fait, ne sont pas des noix).

Tous les légumes frais peuvent être donnés crus et bouillis, mais de préférence crus. Vous pouvez donner des épinards, du chou, des betteraves et des navets, des asperges, du céleri, de la laitue, des tomates, des oignons, de la citrouille, des pois verts frais, des choux de Bruxelles, du chou-fleur, etc. Vous pouvez également donner des carottes, du maïs frais (non en conserve), des betteraves, panais, éleveur de chèvres. Il n'y a aucune raison de craindre de nourrir l'enfant avec des légumes, à condition qu'ils soient frais et mal cuits. Berg recommande de prendre des légumes, des pommes de terre et des fruits riches en sel (pommes, poires pauvres en eux) cinq à sept fois plus que la viande, les œufs et les céréales, car sinon l'avantage des produits alcalins ne peut pas être garanti pour répondre aux besoins des enfants qui grandissent.

Je suis d'accord avec ça. Les femmes enceintes et allaitantes doivent planifier leur alimentation de la même manière si elles souhaitent fournir à leur enfant les alcalis appropriés.

Le besoin de protéines. Un organisme en croissance nécessite un peu plus de protéines qu'un organisme adulte. De nombreux chercheurs ont clairement et définitivement montré que la différence entre la quantité minimale requise pour maintenir le poids et la demande optimale est faible. Tout excès par rapport au besoin optimal en protéines n'accélère pas la croissance. La suralimentation en protéines n'apporte aucun gain. "L'azote, l'ingrédient principal des protéines, est bon en tant qu'assistant partout, mais mauvais en tant qu'hôte", a déclaré le biologiste anglais X. Reinheimer. Par conséquent, il est préférable d'éviter de trop manger les protéines.

Mâcher. Dès son plus jeune âge, l'enfant doit être habitué à bien mâcher tout aliment. Pour ce faire, donnez-lui, pour la première fois, des aliments solides qui doivent être mâchés.

De nombreuses mères nourrissent leurs enfants de purée de pommes de terre, de céréales liquides et d'autres aliments passés à travers un tamis (apparemment conseillé par le pédiatre), qui peut être avalé sans mâcher. Résultat: les enfants apprennent à ne pas mâcher. Ne donnez jamais à votre enfant de la nourriture en purée ou de la purée de pommes de terre. Si un enfant ne peut pas mâcher sa nourriture, il n'est pas prêt pour cette nourriture.

Le nombre de repas. Préparez trois repas par jour pour votre enfant, y compris ses trois ventouses, qui sont simplement complétées par cette nourriture.

Combinaisons alimentaires. Il est nécessaire d'observer les mêmes règles pour combiner la nourriture lors de l'alimentation des enfants que lors de la consommation des adultes.

Variété de nourriture. L'idée d'une alimentation diversifiée ou générale a été et reste largement exagérée par rapport aux enfants comme aux adultes. Dans aucune autre période de l'histoire, l'homme n'a connu une telle diversité nutritionnelle qu'aujourd'hui. Mais il ne devrait manger aucun produit qui pousse, simplement parce qu'il est disponible.

Les enfants mangent naturellement des aliments monotrophes. Ils aiment faire un repas à partir d'un seul produit. Les parents ne leur permettent généralement pas de le faire, étant influencés par l '«idée» de la diversité et convaincus que nous devrions avoir toute la diversité nutritionnelle en une seule fois. S'ils recevaient des produits naturels, ils pourraient choisir leur régime monotrophe en toute sécurité et instinctivement. un apport «monotrophe» de confiture, pain, gâteau, fromage ou pâtes serait mauvais pour l'enfant.

L'adaptation. Les observations m'ont amené à la conclusion que les enfants sont plus disposés que tout autre à s'habituer au régime alimentaire de la mère pendant la grossesse et l'allaitement. Les expériences avec certains insectes ont montré presque la même chose. Mes recherches futures révéleront la précision de mes observations. S'ils sont vrais, ils ouvrent la voie aux parents pour qu'ils enseignent à leurs enfants une meilleure alimentation.

Repas instinctif. Il serait bon de laisser libre cours aux enfants et de leur permettre de manger, comme les animaux, alors et quand ils le souhaitent, à condition que les produits soient naturels, les enfants ne soient pas contraints de trop manger, leur sensation gustative n'a pas encore été déformée, et l'habitude de trop manger n'est pas enracinée . Ne pas assaisonner ou sucrer leurs aliments, afin de ne pas stimuler le faux appétit et ne pas les forcer à trop manger. Donnez-leur une nourriture simple, saine et naturelle et pas d'autre et laissez-les tranquilles avec leur instinct naturel afin de leur apprendre à manger les aliments dont ils ont besoin. Montrez-leur un bon exemple, et ils le suivront aussi volontiers qu'ils en suivront un mauvais.

Nourriture forcée. L'un des crimes les plus courants commis contre les enfants est de les forcer à manger quand ils n'en ont ni le désir ni le besoin. De nombreuses mères se plaignent que leurs enfants ne mangent pas et les font manger par la force ou la tromperie. S'il n'y a aucun désir de manger, vous ne devez pas donner de nourriture. Les enfants mangeront toujours s'ils ont faim. Mais si l'enfant n'a pas faim, laissez-le sans nourriture. Sa propre sensation de faim est le meilleur guide pour savoir quand il devrait manger, en comparaison avec la science mondiale de la nutrition et tous les nutritionnistes qui connaissent tous la nutrition et la connaissent mal.

La société Morse, Wyman & Hill déclare que les enfants devraient être obligés de manger ce qu'ils reçoivent, qu'ils le veuillent ou non, car il est très important que les enfants et les adultes adhèrent à un régime alimentaire commun. Un bébé devrait être forcé de manger des aliments qui ils lui donnent, même s'ils doivent le tenir par le nez pour le faire avaler. "

Il s'agit d'un conseil criminel, et le suivre est la bonne façon de susciter chez un enfant une antipathie pour sa nourriture et toute autre nourriture, provoquant un esprit de contradiction. L'esprit de l'enfant n'est pas si facile à briser et à soumettre, comme le prétendent ces auteurs. Les enfants résistent à la violence bien plus longtemps que les adultes n'obéissent au joug et deviennent des esclaves. Les enfants qui refusent de manger pendant les repas sont généralement autorisés à avaler des biscuits, des tartes, des bonbons et d'autres aliments similaires entre les repas. Par conséquent, ils n'ont pas faim quand il est temps de manger.

Mais il y a une explication plus profonde pourquoi ce type de régime «gâche l'appétit»: il remplit l'estomac d'un excès de glucides dénaturés, et afin de se protéger, la nature coupe le besoin de nourriture. Il n'y a pas de nourriture irremplaçable. Si l'enfant ne veut pas d'épinards, et beaucoup d'entre eux ne l'aiment pas, il existe d'autres types d'aliments qui sont tout aussi bons et encore meilleurs qu'ils le souhaitent. J'ai vu un petit enfant être tenu par le nez pour avaler le médicament toxique prescrit par le médecin.

Je ne crois pas à une telle méthode de coercition: prendre soit des aliments insipides, soit des médicaments.

Manque d'appétit. Le Dr Maccarison considère le manque d'appétit comme un indicateur de malnutrition. Dans le chapitre précédent, nous avons constaté que les animaux plantés sur des aliments non minéralisés le refusaient rapidement et devaient être nourris avec force. Les expérimentateurs qui eux-mêmes sont passés à un régime défectueux, tel qu'un régime de pain blanc, notent la même chose. McCarison a écrit: «Il me semble qu'un manque d'appétit est l'un des principaux signes d'un manque de vitamines. Il s'agit d'un indicateur de protection, premier signal d'une catastrophe imminente. Cela devrait immédiatement éveiller les soupçons quant à la qualité de la nourriture de tout patient pouvant présenter un tel symptôme. "

Le directeur de l'internat local m'a dit que les enfants viennent à l'école maigres, pâles et sans appétit, et à l'école, recevant une abondance de fruits et légumes verts, prennent du poids, retrouvent un teint normal et un bon appétit. J'ai observé la même chose dans ma propre pratique, lorsque les mères m'ont amené leurs enfants chétifs, se plaignant de leur manque d'appétit: «... je dois le forcer à manger.» Si l'enfant souffre clairement de malnutrition et refuse de manger, cela devrait signifier que ses instincts de protection se sont rebellés contre l'apport supplémentaire de nourriture défectueuse.Seul un enfant bien nourri peut avoir un besoin vraiment normal (naturel) de nourriture.L'appétit discriminant de l'enfant devrait amener les parents à soupçonner sa nourriture.

Le Dr McClendon a observé, observant des soldats américains dans les tranchées, que lorsque leur régime alimentaire était limité aux œufs, au sucre, au chocolat et au lait en poudre, pressés dans quelque chose comme un biscuit, en deux ou trois jours, ils se sont emparés d'une passion pour les aliments frais, ce qui les a fait refuser de votre alimentation. Il croit que dans la nature, une telle passion est d'une grande valeur pour la survie de l'homme et de l'animal. Il n'est pas nécessaire de forcer les enfants à manger ce qui est naturel et sain s'ils sont correctement nourris dès le début de leur vie, leur appétit et leurs goûts ne sont pas gâchés par le sucre, le sel, le poivre, les épices, etc. Trop d'enfants ont gâché leur appétit avec une mauvaise habitude d'assaisonner les aliments et cultiver les mêmes perversions et les mêmes besoins anormaux que les adultes. Ils mettent de la confiture ou de la confiture sur du pain et des biscuits, et du sucre dans du lait. Ils sont souvent nourris de bonbons, tartes, glaces ou sandwiches entre les repas, etc. De la mayonnaise ou de la boue similaire est étalée sur les aliments. Leur appétit est tellement bouché, et le goût est tellement perverti qu'ils ne peuvent plus profiter de la nourriture simple. Lorsque les enfants grandissent, leur goût gâté, leur appétit épuisé et leur corps trop stimulé nécessiteront du tabac, de l'alcool, des soins et du sexe dans les films et les livres.

Les enfants sont victimes de l'illusion d'avoir besoin de beaucoup de graisses, de sucre, d'amidon, ce qui a donné naissance à un régime moderne unilatéral et défectueux. Ce régime est en fait dépourvu de sels minéraux et de vitamines, et les médecins et les patients y ajoutent quelques cuillères à café de jus de tomate ou d'orange et l'huile de poisson notoire pour compenser la carence. L'huile de poisson et d'autres émulsions grasses, ajoutées aux aliments déjà sursaturés en graisses, ne contribuent qu'à l'aggravation de la maladie.

Peurs de nourriture. On peut dire quelques mots sur la nourriture, pour laquelle les gens ont des craintes déraisonnables. Les fruits sont particulièrement précieux pour leurs sels minéraux, sucres, acides organiques, vitamines et l'eau distillée qu'ils contiennent. Une fois, j'ai vu un petit enfant ramasser une cerise juteuse mûre dans un magasin et se préparer à la manger. Sa mère a immédiatement dit: «Ne mangez pas, cela ne vous convient pas. Quand nous partirons, je vous donnerai un gâteau. Et ce n'est pas pour manger. "Quelle triste ignorance!

La plupart des adultes méritent de perdre leur autorité chez les enfants. Mes sympathies vont aux enfants. Tout parent, s'il le souhaite, peut apprendre la vérité sur les bons soins à donner à l'enfant.
Mais la plupart d'entre eux sont trop paresseux dans leur pensée et indifférents. Il est beaucoup plus facile de suivre les traditions et les habitudes. Si cette mère voulait apprendre à son enfant à ne pas prendre du tout de fruits dans le magasin, alors elle l'a abordé du mauvais côté. L'idée qu'elle a transmise à son enfant n'est pas qu'il ne prenne jamais ce qui appartient à un autre, mais qu'il ne faut pas manger du tout de fruits, comme si ce n'était pas bon, car on peut en tomber malade. Pendant longtemps, les bananes ont été condamnées par des médecins qui les considéraient comme inaccessibles. Mais cela a été déclaré mensonger par les hygiénistes qui ont fortement recommandé les bananes. Les expérimentateurs orthodoxes affirment maintenant que les bananes, complètement mûres, sont facilement digestibles. Mais le médecin moyen n'a pas atteint ce point. Les bananes sont des aliments sains et contiennent de nombreuses vitamines.

Les pommes sont parmi les meilleurs fruits. Ils sont riches en acide phosphorique et sont particulièrement utiles pour les enfants nerveux et branlants. Ils contiennent beaucoup de fer sous sa forme la plus assimilable.

Les fraises sont excellentes; elles contiennent de l'acide sucré, ce qui les rend populaires comme aliment. Il est riche en fer et en calcium alimentaires. Il dépasse tous les autres fruits en quantité de fer, à l'exception des framboises et des figues. Il contient plus de fer que la plupart des légumes, à l'exception des pois verts et des haricots frais. Il est également riche en vitamines.

Les mûres, les cassis, les framboises, les bleuets et toutes les autres baies sont également utiles pour les enfants. Ils doivent toujours être consommés frais, sans sucre, jamais cuits. Les fruits en conserve sont des bonbons. Ne mangez jamais cette boue, croyant que c'est un fruit.

Le sucre et le miel ne doivent pas être consommés avec des baies. La fermentation est presque inévitable.

Si vous écoutez les nouveaux arrivants qui se sont produits dans le passé en ce qui concerne les pilules et les sérums, en vous imaginant être les messagers de Dieu pour prendre soin de notre santé, les noix sont également très mauvaises et très inaccessibles. Mais les noix ne sont pas digestes. Ils font partie des meilleurs produits; si vous les mâchez bien et ne mangez pas à la fin d'un repas copieux, ils sont assez faciles à digérer.

L'amidon brut n'est pas digestible, comme on le croit généralement. Il est bien connu que le bétail digère l'amidon cru plus facilement et de manière plus approfondie que l'amidon bouilli.

Mauvaise alimentation. Ne donnez pas à votre enfant des amidons transformés, des sucres raffinés, des soi-disant petits déjeuners. Les cornflakes, les flocons de riz et de blé, les produits à base de son, le blé, la crème d'orge, etc. sont des aliments inappropriés pour un enfant ou un adulte. Toute leur forte publicité est un mensonge. Pour l'amour de Dieu, ne nourrissez pas vos enfants avec ces produits! La farine d'avoine est probablement la pire de ces céréales pour un adulte et un enfant. Les céréales sont parmi les aliments les plus difficiles à digérer. Ils ne sont certainement pas inclus dans l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, dans lesquels la capacité d'assimilation de l'amidon est encore très faible.

L'habitude du foie suit généralement l'habitude de sucer. Un bébé jette une tétine et attrape un biscuit. Si l'enfant est emmené à l'église, au théâtre, chez des amis, grand-mère, il doit avoir des cookies. La mère porte toute une boîte de biscuits - de type blé, saumâtre ou "graham", ou sucrés: après tout, l'enfant doit avoir des biscuits toutes les quelques minutes! S'il ne le fait pas, il saisira la robe de sa mère, se mettra à pleurer et sera capricieux. pour le pacifier et le rassurer. Pauvre mère! Pauvre enfant! Tous les deux sont indisciplinés et ignorants. La mère est esclave de son enfant gâté et est tout aussi corrompue que lui.

Le programme de vie dans de tels enfants est faux et a besoin d'un changement radical. Ces mères peuvent-elles être obligées de faire le changement nécessaire? Ont-ils assez de courage moral pour laisser l'enfant "pleurer" et l'accoutumer à une vie meilleure? Je crains que non. Leurs émotions l'emportent sur eux.

Les enfants reçoivent du thé, du café, du cacao et du chocolat, et souvent les médecins eux-mêmes prescrivent ces substances toxiques. On les appelle des médicaments, respectivement, qui provoquent soi-disant certains effets «physiologiques». Bien sûr, il n'est pas souhaitable que les enfants commencent leur vie avec de si mauvaises habitudes. Rien de bon ne peut provenir d'une surstimulation, d'une perte de sommeil et d'une surcharge rénale avec ces produits.

Le sucre Dr X. Hey: «Sans aucun doute, le plus grand fléau pour les enfants dans les premières années de leur vie est l'opinion générale selon laquelle le sucre est nécessaire à l'activité des enfants, ce qui leur donne beaucoup de calories. Le sucre et le gâteau sont tous deux mauvais; l'objection au sucre est l'objection aux gâteaux. "

Сердце холодеет, когда видишь американских детей, глотающих в любое время печенье, пирожки, хлеб с джемом, конфеты, мороженое и прочую дрянь. О чем думают родители, давая детям эти вещи? Уже вскоре дети становятся „сладкоежками", быстро узнают, что они могут получить то, что хотят, если только поплачут достаточно громко и достаточно долго. Многие ли матери и отцы обладают моральным мужеством устоять перед плачем ребенка, ведь им так его жалко! Они не хотят, чтобы он плакал! Их нервам так трудно вынести детский плач! Они - моральные трусы и сентиментальные медузы, которые калечат своих детей физически, умственно, эмоционально, социально и морально, ибо они не дисциплинировали себя для того, чтобы делать то, что правильно. Они сейчас избирают наилегчайший путь, мало задумываясь над тем, как они будут расплачиваться за это позже.

Ребенок быстро узнаёт, что, если ему поплакать всего несколько минут, ему не нужно будет есть шпинат. Мать даст ему мороженое или сладость. Какой ужасный моральный урок получает ребенок!

Морзе, Уаймен, Хей: „Нет другого продукта, который вызывал бы большее нарушение пищеварения, чем сахар. Подобно тому, как говорят, что в деньгах коренятся все пороки, так же можно сказать, что в сахаре коренится причина всех нарушений пищеварения в детском возрасте. Более того, сахар - очень распространенная причина потери аппетита, он разрушает вкус к надлежащей пище. Кроме того, он более чем что-либо, еще поражает детские зубы. Поэтому сладости никогда нельзя давать детям. Они не могут принести им добра, но могут нанести много вреда. Неразумно, конечно, заявлять, что два-три кусочка в день испортят пищеварение среднего ребенка или нарушат его нормальное развитие. Но дети, получающие в день два-три кусочка сахара, обычно хотят больше и, вполне возможно, получают больше. Действительно, некоторые сладости более концентрированны и менее усвояемы, чем другие. Но все они сделаны из сахара, а простой сахар вреден детям. Детей надо приучать не есть сахар в любом продукте. Нет возражений против небольшого количества сахара, положенного в продукт во время его приготовления, но нельзя класть сахар на продукт, когда он подается к столу (пример того, „что в лоб, что по лбу" - сахар вреден и внутри продукта, и на продукте. - Г. Ш.).

Часто говорят, что сахар - необходимая часть диеты для детей. Это убеждение подкрепляют производители сахара и сладостей. Mais ce n'est pas vrai. Углеводы желательны детям как источник энергии. Но они, однако, абсолютно не являются необходимыми, о чем говорит тот факт, что дети эскимосов растут без углеводов" (дети эскимосов не растут без углеводов. - Г. Ш.).

Сахар, конфеты, сиропы и т. д. тормозят желудочную секрецию и нарушают пищеварение. Это верно и для пирожных, и пирогов, и коричневого сахара, и печенья из цельной пшеничной муки, и меда, и изделий из белой муки. Два-три кусочка сладкого в день, видимо, не принесут детям вреда. Но когда их добавляют в пирожное, пироги, джемы, белый хлеб, денатурированные злаки, насыщенные белым или коричневым сахаром, в картофельное пюре, пастеризованное молоко или другие денатурированные продукты, то это лишь усиливает и без того преимущественно кислотообразующую диету и еще больше лишает детский организм ценных щелочных элементов. Многие сладости содержат ядовитые добавки, сиропы и т. д.; с сахаром образуют плохие сочетания орехи, молоко и другие продукты.

Мороженое - это отвратительная смесь сгущенного, порошкового или пастеризованного молока, желатина, сахара или сладости ароматических веществ, консервированных фруктов. Оно не показано ни для ребенка, ни для взрослого. Ниже приводится цитата из статьи национального журнала производителей мороженого „Мороженое" (июль 1928 г.), озаглавленной „Специалист одобряет мороженое": „В тече line многих лет один из ведущих педиатров д-р Л. Хауэлл (штат Огайо) прописывает мороженое в качестве детского питания. Доктор Хауэлл заявляет, что мороженое оказалось идеальной пищей для детей, страдающих от недоедания, и в ряде случаев спасло их от смерти. По его словам, гомогенизация молока и сливок в процессе приготовления мороженого делает этот продукт особенно усваиваемым, что является важным фактором в детском питании".

Но это - чистейшая чепуха, известная своей ложью и человеку, сделавшему приведенное высказывание. Д-р Е. Макколум еще в 1926 году писал: „Нет привлекательнее молочного продукта для семьи, чем хорошее мороженое. Мы постоянно настаивали на необходимости пить больше молока, ибо его количество, потребляемое в среднем человеком, еще очень мало. Более частая подача мороженого к семейному столу - один из легчайших путей введения молока в диету, особенно детей, которые не любят молока, а также тех взрослых, которые любят пищу с выраженными ароматами".

Людям, которые стали молочными фанатами, безразлично, как влить в вас молоко, лишь бы его приняли. Но почему дети перестают любить его? Если молоко столь необходимо, почему тогда природа так разделяет спрос и предложение? В противовес обычной чепухе о мороженом я предлагаю следующее высказывание д-ра Морзе: „Мороженое, содовая вода с мороженым и прочие напитки всегда нежелательны и обычно вредны детям. Они вредны главным образом из-за содержащегося там сахара, частично из-за холода, частично из-за своей концентрации и частично из-за того, что обычно принимаются между приемами пищи. Детям лучше совсем обойтись без них. Мороженое, вероятно, менее вредное из них. Ванильное мороженое не так концентрированно, как другие его виды. Большинство людей так хотят воспользоваться случаем, чтобы повредить здоровью своих детей ради временного удовольствия, что мы нашли бесполезным пытаться полностью исключить мороженое из диеты детей. Мы поэтому в качестве компромисса позволяем детям раз в неделю простое ванильное мороженое без соуса к нему".

На собрании дантистов несколько лет назад было сделано сообщение, что вместо молочных сливок при изготовлении мороженого используют животный жир, срезанный с туш животных на бойне. Так вашим детям теперь в мороженом продают лярд и нутряное и перетопленное сало! А подкупленные „специалисты" уговаривают вас съедать ежедневно по тарелочке мороженого и при этом заявляют, что мороженое — „здоровая пища"!

Ни во что не добавляйте сахар, соль или соду. Привычка нейтрализовать кислоту лимона добавлением соды в лимонный сок и бесполезна, и вредна.

Мясо никогда нельзя давать детям до шести лет, а лучше не давать его вообще. Мясные бульоны практически бесполезны. Они действуют скорее как раздражители, не являясь продуктом питания, и не должны предлагаться детям. Яйца не полезны ни детям, ни взрослым. Маринады неусвояемы и не годятся в пищу.

Рыбий жир. Рыбий жир нельзя рассматривать как питание. Его использование в качестве лекарства охватывает несколько столетий, но „магические" свойства открыты лишь недавно.

В течение нескольких лет его прописывали только от рахита и для профилактики. Сейчас его, должно быть, прописывают как лучшую пищу и еще в помощь солнцу или по меньшей мере ламповому свету. А самому солнечному свету пока не уделяется большого внимания!

Интересно заявление д-ра Хартера: „Прием через день от шести до десяти капель рыбьего жира, с увеличением этого количества по мере роста ребенка, пока в возрасте двенадцати лет он не будет принимать три раза в неделю по полложки - звучит почти как заклинание". Далее он добавляет: „Кажется, остается лишь шаг от жира из рыбьей печени до экстракта из лягушачьих языков".

Я никогда не употреблял рыбьего жира, но на мою долю выпало лечение детей, которым его давали более или менее длительное время, но безрезультатно. Я наблюдал осложнения, которые, убежден, были результатом его потребления. Я советую всем родителям не давать детям рыбий жир.

Когда впервые были открыты Гавайские острова, их обитатели, одни из самых здоровых людей в мире, не имели ни молока, ни рыбьего жира, ни злаков. В их диете отсутствовали эти вещи в течение многих веков, вероятно, начиная с I века н. э., когда, как полагают, появились на этих островах первые люди. Их великолепные тела и большая энергия - доказательство того, что „необходимые" элементы не являются необходимыми.
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

Питание детей в возрасте от двух до шести лет

  1. Nutrition pour les enfants de 1 à 3 ans
    Интенсивный рост организма продолжается на втором и третьем годах жизни, когда увеличивается подвижность ребенка и возрастают его энергетические затраты. Функциональная способность желудочно-кишечного тракта повышается. Ребенок начинает разжевывать пищу, дифференцированно относиться к ее качеству, приучается самостоятельно есть и т. д. Организуя питание детей старше года, надо учитывать их
  2. Лечебное питание детей в возрасте от 1 годадо 3 лет
    Основу для составления индивидуального элиминационного рациона для детей старше года составляет неспецифическая гипоаллергенная диета - диета № 5 га. Учитывая высокую частоту патологии органов пищеварения у детей с аллергическими заболеваниями, данная диета разработана на основе диеты № 5, предназначенной для детей с заболеваниями печении и желчевыводящей системы. Целевое назначение диеты № 5
  3. Как помочь человеку, который собирается разводиться, не чувствовать себя виноватым? Речь идет о человеке, состоящем в браке пятнадцать лет и имеющем двух детей восьми и пятнадцати лет.
    Прежде всего, обращался ли этот человек к вам за помощью? Это самый важный момент, который следует проверять при любой форме взаимоотношений, связанных с оказанием помощи. Вы должны также понять, что только он сам может по-настоящему помочь себе. Его чувство вины вытекает из его ментального восприятия. Он сам должен выбрать, желает ли он по-прежнему чувствовать себя виноватым или же хочет
  4. Питание детей от 3 до 7 лет
    В этом возрасте значительно возрастают функциональные возможности желудочно-кишечного тракта. Емкость желудка увеличивается до 500 мл, нарастает активность ферментов, к 5-7 годам прорезываются первые постоянные большие коренные зубы. Наиболее оптимальным соотношением белков, жиров и углеводов в рационе детей этого возраста является 1:1:4. При построении рациона необходимо обеспечить определенные
  5. ПОСОБИЕ НА ДЕТЕЙ В ВОЗРАСТЕ СВЫШЕ 3 ЛЕТ
    Статья 15. Право на пособие. Семьи, воспитывающие детей в возрасте от 3 до 16 лет (учащихся дневных средних школ, гимназий, лицеев и других подобного типа учебных заведений до их окончания, а также учащихся, обучающихся за счет личных средств в высших, средних специальных учебных заведениях и на курсах, работающих по режиму учебных заведений в дневное время, и не получающих стипендий – до 18
  6. Nutrition pour les enfants d'âge préscolaire
    Питание дошкольников отличается от питания детей раннего возраста как в количественном, так и в качественном отношении. Масса тела ребенка с 4 до 7 лет нарастает в среднем с 15 до 25 кг, а прирост тела в длину составляет 20-30 см. Общая подвижность детей несколько уменьшается, но увеличиваются физические нагрузки: пешие переходы, физкультурные и спортивные занятия и игры. В периоды вытягивания и
  7. Caractéristiques anatomiques et physiologiques du système respiratoire des enfants de moins de 7 à 12 ans.
    Les caractéristiques des voies respiratoires supérieures chez les enfants et leur signification clinique sont bien connues: la longue incomplétude de la formation des sinus paranasaux, la latitude et l'écartement de la trompe d'Eustache, l'implication facile des formations pharyngées lymphoïdes dans le processus inflammatoire et d'autres caractéristiques. Cependant, la littérature pédagogique ne couvre pas entièrement la physiopathologie des voies respiratoires moyennes et inférieures
  8. Хронические расстройства питания у детей раннего возраста
    Вопросы для повторения: 1. Понятие нормотрофии. 2. Потребность детей раннего возраста в основных пищевых ингредиентах при различных видах вскармливания. Контрольные вопросы: 1. Классификация хронических расстройств питания. 2. Гипотрофия. Concept. Pathogenèse. 3. Клинические проявления гипотрофии в зависимости от степени тяжести. 4. Дифференциальный диагноз гипотрофии (дисахаридазная
  9. Методические рекомендации для Европейского региона ВОЗ с особым акцентом на республики бывшего Советского Союза. Кормление и питание грудных детей и детей раннего возраста, 2001

  10. ПОСОБИЯ ПО УХОДУ ЗА БОЛЬНЫМ РЕБЕНКОМ, ЗА РЕБЕНКОМ В ВОЗРАСТЕ ДО 3 ЛЕТ В СЛУЧАЕ БОЛЕЗНИ МАТЕРИ И РЕБЕНКОМ-ИНВАЛИДОМ В ВОЗРАСТЕ ДО 16 ЛЕТ
    Статья 17. Право на пособие по уходу за больным ребенком, за ребенком в возрасте до 3 лет в случае болезни матери. Право на пособие по уходу за ребенком, которому не исполнилось 14 лет, по уходу за ребенком в возрасте до 3 лет в случае болезни матери имеют работающие мать или отец либо другой работающий родственник, фактически осуществляющий уход за ребенком, а также работающие
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com