Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Maladies héréditaires de la peau / maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Thérapie intensive Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Le choix des substances nocives lors de l'inflammation des forges avec l'utilisation de déchets huileux.

Selon le procédé technologique de forgeage, le métal est chauffé dans le four en brûlant du charbon dans le four. La température d'inflammation du charbon est de 450 ° C et, par conséquent, la préparation du combustible à l'inflammation nécessite des quantités de chaleur importantes et dure longtemps.

Du fait que la teneur en humidité du charbon dont la taille des grains est comprise entre 25 et 50 mm est de Wp = 27-29%, pour le charbon grumeleux, la chaleur dépensée pour sécher complètement le combustible et le porter à la température d'inflammation correspond à 22,3% de sa valeur calorifique.

Pour assurer l’allumage du charbon, des substituts de combustibles (ou des substituts de combustibles végétaux), notamment de la sciure de bois et des chiffons, sont brûlés dans le four.

Étant donné que les substituts de carburant ont également une humidité importante (la sciure de bois peut aller jusqu'à 40-50%), ils doivent utiliser des produits pétroliers inflammables (10 à 20%) pour pouvoir s'enflammer et assurer un processus de combustion constant, pour lequel la sciure produite à l'usine est utilisée. et autres déchets huileux.

Des normes spécifiques concernant les émissions de substances nocives lors de l'allumage du foyer lors de l'utilisation de combustibles de substitution (sciure de bois, chiffons, pollués par des produits pétroliers) ont été établies sur la base de données provenant de mesures sur le terrain dans des entreprises de Saint-Pétersbourg et sont présentées au tableau 1.5 de l'annexe 1.

? Exemple de calcul de la quantité de déchets nécessaire à l’allumage du charbon dans le four.

Selon le processus technologique des travaux de forgeage, le métal est chauffé dans le four en brûlant du charbon à raison de 5,0 tonnes / an dans le four.

La valeur calorifique du charbon est de 20,18 MJ / kg.

Pour chauffer 1 kg de charbon à la température d'inflammation, il faut de la chaleur - 22,3% de la valeur calorifique du combustible, c'est-à-dire

20.18.
0,223 = 4,5 MJ / kg.

La valeur calorifique de la sciure de bois est de 16,2 MJ / kg, les produits pétroliers de 26,2 MJ / kg.

La quantité de chaleur requise de 4,5 MJ / kg pour chauffer 1 kg de charbon à la température d'inflammation peut être obtenue:

substituts de carburant végétal (85%) - 3,825 MJ / kg, soit 3,825 / 16,2 = 0,236 kg.

produits pétroliers (15%) - 0,675 MJ / kg, soit 0,675 / * 26,2 = 0,026 kg.

Au total, il sert à chauffer 1 kg de charbon à la température d'inflammation des matières premières secondaires:

0,236 + 0,026 = 0,262 kg, pouvoir calorifique total

3,825 + 0,675 = 4,5 MJ / kg.

La quantité annuelle de charbon consommée est de 5 000 kg / an, la quantité de bois d'allumage est de 100 fois / an, la quantité de charbon brûlé pour un bois d'allumage est de 50 kg, dont l'onglet principal, qui nécessite un chauffage, est de 75%.

50. 0,75 = 37,5 kg.

La quantité requise de matières premières secondaires pour 1 allumage:

0,262. 37,5 = 9,825 kg.

Le nombre d'allumage par an est de 100.

La quantité totale de matières premières secondaires nécessaires à l'allumage du foyer pour l'année:

9,825. 100 = 982,5 kg / an = 0,99 t / an.

Annexe 1

à l'instruction de calcul (méthodologie) "Indicateurs spécifiques de la formation de substances nocives rejetées dans l'atmosphère par les principaux types d'équipements technologiques pour les entreprises du complexe radioélectronique" code 1011.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Le choix des substances nocives lors de l'inflammation des forges avec l'utilisation de déchets huileux.

  1. Prise en compte des paramètres d'émission de substances nocives et de leurs caractéristiques lors du calcul de la pollution de l'air
    2.2.1. Réglage du paramètre F 1. Pour déterminer les concentrations en surface de particules solides (poussières) conformément à OND-86 [6], il convient de déterminer un coefficient sans dimension F, en tenant compte de la vitesse de sédimentation gravitationnelle de ces particules dans l'air atmosphérique à la surface sous-jacente. Selon la clause 2.5 de l'OND-86, la valeur du coefficient F varie de 1 à 3 en fonction de la composition de la poussière (alinéa a) et
  2. Sur l'application de méthodes de calcul des émissions (émissions) de diverses industries
    1. Un certain nombre de méthodes figurant dans la «Liste de documents méthodologiques sur le calcul des émissions (émissions) ...» [13] contiennent des formules de calcul permettant de déterminer les émissions (émissions) de la même production. Pour assurer une approche unifiée du calcul des émissions (émissions) du même type de production, il est nécessaire pour: - le soudage; - usinage des métaux; - dessin de peintures et vernis
  3. Méthodologie de calcul des émissions de polluants provenant de sources d’émissions (équipement) sur la base d’indicateurs spécifiques.
    Le calcul des émissions de polluants provenant de sources d’émissions (équipement) doit être effectué sur la base des indicateurs spécifiques indiqués dans cette méthodologie: en g / s par unité d’équipement, en g / kg de matériau recyclable, en g / s par kg de matériau recyclable, en g / s. m2) surface. Le rejet non récurrent maximal d'une substance d'un équipement est calculé à l'aide des formules suivantes:
  4. Substances nocives libérées par les polymères
    La direction moderne de la recherche dans le domaine de la toxicologie des substances nocives se caractérise par la formulation d’une tâche fondamentalement nouvelle et complexe. Son essence est de justifier la nécessité de prévenir non seulement les intoxications graves, qui se manifestent sous la forme d’une maladie spécifique, mais également l’impact de manifestations de faible intensité, non spécifiques, cachées et moins symptomatiques.
  5. Substances nocives dans l'air du lieu de travail
    Les substances nocives dans l'air sous forme de vapeurs, de gaz et d'aérosols (poussières) sont des produits chimiques qui perturbent le fonctionnement normal du corps dans des conditions de production, entraînant une intoxication aiguë et chronique. En fonction du degré d'impact sur le corps humain, les substances nocives sont divisées en quatre classes de danger qui sont établies en fonction de la CMA dans l'air.
  6. Prise en compte de la transformation des substances nocives dans l'atmosphère
    1. Conformément à la clause 1.5 de l'UND-86 [6], lors du calcul de la pollution de l'air, il est nécessaire de prendre en compte la transformation complète ou partielle des substances nocives introduites dans l'atmosphère en substances plus toxiques. Lors de la détermination des émissions d'oxydes d'azote (MNOx) en NO2 pour tous les types de processus technologiques et de véhicules, il est nécessaire de les séparer en composants: oxyde d'azote et dioxyde d'azote. Pouvoir
  7. Normes d'hygiène relatives aux substances nocives dans l'air des lieux de travail
    En fonction du degré de danger potentiel d'exposition du corps humain, les substances dangereuses sont réparties en 4 classes (voir "SSBT. Substances nocives. Classification et exigences de sécurité générales". GOST 12.1.007-76, tel que modifié par le n ° 1 à compter du 1er janvier 1982, le terme SDNW perdu force - appartient à la classe de danger I): I - extrêmement dangereux, II - très dangereux, III - moyennement dangereux, IV - peu dangereux (tableau 97).
  8. Méthodes permettant de déterminer les caractéristiques quantitatives et qualitatives des émissions et des émissions de polluants dans l'atmosphère
    1. Pour déterminer les caractéristiques quantitatives et qualitatives des émissions et des émissions de polluants dans l'atmosphère, des méthodes instrumentales et calculées (calcul-analytique) sont utilisées. Les méthodes instrumentales sont courantes pour les sources d'émissions organisées de polluants dans l'atmosphère (GOST 17.2.3.02-78). Les principales sources d’émissions organisées sont notamment les suivantes:
  9. Réglementation hygiénique des substances nocives dans l'environnement et dans les aliments
    La réglementation en matière d'hygiène est obligatoire pour toutes les substances toxiques entrant dans le corps humain provenant de l'environnement - air, eau, sol, produits alimentaires, matières en contact avec les produits alimentaires, etc. Toute substance chimique est toxique dans certaines conditions d'exposition. Toxicité - est capable de: ѕС; - мех Р ° РЅРёС ‡ еской РsР ± СЂР ° Р ± отке РРµС РР Р »РСРІ; - РР ° несениилл Р ° РєРѕрєСЂР ° СЃРѕС ‡ РЅС ‹С…
  10. RњRμS, RѕRґRѕR "RѕRіRoSЏ SЂR ° SЃS ‡ RμS, R ° RІS <P ± SЂRѕSЃRѕRІ P · P · ° RіSЂSЏR RЅSЏSЋS laitances ‰ ‰ ... RІRμS RμSЃS, RІ RѕS, RoSЃS, RѕS ‡ RЅRoRєRѕRІ RІS <RґRμR" RμRЅRoR№ (RμRґRoRЅRoS † C ‹ЅР РѕЂѕІ.
    R R ° SЃS ‡ RμS, RІS <P ± SЂRѕSЃRѕRІ P · P · ° RіSЂSЏR RЅSЏSЋS laitances ‰ ‰ ... RІRμS RμSЃS, RІ RѕS, RoSЃS, RѕS ‡ RЅRoRєRѕRІ RІS <RґRμR « RμRЅRoSЏ (RμRґRoRЅRoS † C <RѕR ° ± RѕSЂSѓRґRѕRІR RЅRoSЏ) SЃR "RμRґSѓRμS, RїSЂRѕRoR · RІRѕRґRoS, SЊ RЅR ° RѕSЃRЅRѕRІRμ SѓRґRμR" SЊRЅS <C ... RїRѕRєR ° R · R ° S, r R « RμR№, RїSЂRoRІRμRґRμRЅRЅS <C ... PI RґR ° RЅRЅRѕR№ RјRμS, RѕRґRoRєRμ: PI PI / SЃRμRє RЅR ° РµРРРєР ° еР° ерР° С ‹РІР ° емого РјР ° С, ериР° Р» Р , PI / (SЃ. Rј2) RїRѕRІRμSЂS ... RЅRѕSЃS, Ro. Rњr Рё ° ° ° ° ° ёЏ Р РЃ СЃСЏ РїРѕ СЃР »РµРСѓСЋС РёРј С„ РѕСЂРјСѓР »Р ° Рј:
  11. РСЂРµРґРЅС ‹Рµ РРµС РµСЃС‚РІР °, РІС‹ деляемы Рµ РїРѕР »РёРјРµСЂР ° РРё
    RЎRѕRІSЂRμRјRμRЅRЅRѕRμ RЅR ° RїSЂR ° RІR "RμRЅRoRμ RoSЃSЃR" RμRґRѕRІR ° RЅRoR№ PI RѕR ± P "P ° SЃS, Ro S, RѕRєSЃRoRєRѕR" RѕRіRoRo RІSЂRμRґRЅS <RІRμS ‰ C ... C ... P RμSЃS, RІ ° SЂR ° RєS, RμSЂRoR · SѓRμS, SЃSЏ RїRѕSЃS, R ° RЅRѕRІRєRѕR№ RїSЂRoRЅS RoRїRoR ° † P "SЊRЅRѕ RЅRѕRІRѕR№ Ryo SЃR" RѕR¶RЅRѕR№ P · ° F ° C RґR de Ryo. RЎSѓS ‰ RЅRѕSЃS, SЊ RμRμ SЃRѕSЃS, RѕRoS, PI RѕR RѕSЃRЅRѕRІR ± ° C ± RЅRoRo RЅRμRѕR ... RѕRґRoRјRѕSЃS, Ro RїSЂRμRґRѕS, RІSЂR ° C ‰ S RμRЅRoSЏ RЅRμ, RѕR « SЊRєRѕ RІS <SЂR ° R¶RμRЅRЅRѕR№ RoRЅS, RѕRєSЃRoRєR ° C † roulier, RїSЂRѕSЏRІR "SЏSЋS RμR№SЃSЏ PI ‰ C" RѕSЂRјRμ SЃRїRμS laitances † "‡ laitances RμSЃRєRѕRіRѕ P P · ° F ± RѕR" RμRІR ° RЅRoSЏ, Ryo RЅRѕ RІRѕR · RґRμR№SЃS, RІRoSЏ RјR ° F « RѕR№ RoRЅS, RμRЅSЃRoRІRЅRѕSЃS ‚Ryo, РРµСЃРїРµС † Resc„ Resc ‡ R