Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

Grossesse et accouchement

Raisonnement général

Le moment de la formation du corps, le mouvement [de l'enfant] et l'accouchement, nous l'avons déjà mentionné dans l'anatomie et dans les [paragraphes] suivants. De là, on sait que le septième mois est le premier mois où un bébé peut naître, et c'est un bébé, fort de constitution et de nature, dont le corps s'est rapidement développé et le premier mouvement s'est produit et le désir de sortir est rapidement venu. [Cependant] les bébés nés au cours de cette période meurent le plus souvent, car ils subissent [pendant l'accouchement] de forts mouvements avec une faible addition, parce qu'un tel nouveau-né, bien qu'il soit fondamentalement fort, n'a commencé à exister que récemment. Mais un enfant né le huitième [mois] meurt le plus souvent que tous les autres nouveau-nés et reste rarement en vie, et si un seul des huit mois nés survit, c'est une rareté. Les filles nées pendant cette période survivent rarement. Dans certains pays, un bébé né de huit mois ne survit jamais, car l'état des [bébés] y est tel que leur formation, leur mouvement et leur désir de naître sont nécessairement retardés jusqu'à ce moment, cela indique que leur force n'est pas significative à la base. Et donc, si ceux-ci, dans la période initiale de développement complet, essaient de se déplacer pour se libérer, ils s'affaiblissent plus qu'affaiblissent [les bébés], essayant de se libérer dans la période initiale de développement complet, si leur force était déjà significative à la base, par exemple, ceux qui sont nés à sept mois. Quand ils ne sont pas comme ça, leur ajout et leur mouvement, causés par le désir de naître, et l'impulsion pour cela sont déjà devenus parfaits, alors un tel bébé [essaie parfois de sortir de son abri et se renverse. [Mais le virage ne lui apporte pas la réalisation de l'objectif et provoque [seulement l'épuisement, et le fœtus reste [couché] à l'envers jusqu'à ce que la force lui revienne, [le virage] l'épuise et affaiblit ses forces, et sans faute la même chose lui arrive qui arrive à faible [l'homme], faisant des mouvements qui apportent la délivrance, quand il est épuisé, n'atteignant pas l'endroit, de l'impuissance et de l'épuisement, et [le fœtus] est nécessairement malade et faible et sa force est dissipée. Et s'il est né dans un tel état, ils le jugent comme ils jugent un nouveau-né malade et faible, et son jugement est tel qu'il n'y a aucun espoir de vie pour lui.

Quant au nouveau-né au neuvième mois, si son ajout était complètement terminé et qu'il se précipitait pour bouger au septième mois, mais ne pouvait pas se libérer, mais restait dans l'utérus, et avec lui au huitième mois ce dont nous lui avions parlé, il récupérait tellement pendant le mois où les forces reviennent à lui, et il se redresse après le virage, jusqu'à ce qu'il retourne à nouveau, ayant déjà gagné en force et en force, de sorte qu'à sa naissance, il reste indemne. Si ce n'est pas le cas et que le [fœtus de neuf mois] a néanmoins tendance à bouger à ce moment-là, alors le jugement à son sujet est complètement le même que le jugement à propos de tout nouveau-né faible. Et avec la majorité des nourrissons nés au cours du dixième mois, les événements suivants se sont produits: ils voulaient naître au neuvième, mais cela n'a pas réussi, et la même chose leur est arrivée à ceux qui sont nés au huitième mois. Il est rare que le désir de se séparer [de l'utérus] apparaisse au septième mois, puis le [fœtus] se rétablit au dixième et se rétablit complètement au dixième. Cela ne se produit pas souvent et, de plus, sert d'indication de la faiblesse du fœtus, car la restauration de la force est retardée jusqu'au dixième [mois].

Régime général pour les femmes enceintes

Vous devez constamment prendre soin d'adoucir leur nature avec des émollients modérés, par exemple des isfidbajs gras ou de la manne, si la nature est très verrouillée, les forcer à des mouvements physiques et à une marche prudente sans en abuser, car une marche immodérée provoque une panne: le fait est que [enceinte ] en raison de leur rétention des menstruations, ils souffrent d'abondance dans le corps de l'excès. [Enceinte] ne doit pas utiliser constamment le bain; au contraire, les bains publics pour eux ne sont, pour ainsi dire, enfermés [et autorisés] que lorsque [l'accouchement] approche. Il n'est pas non plus approprié pour eux de se barbouiller la tête d'huile: parfois un catarrhe en résulte et une toux commence, ce qui secoue le fœtus et le prépare à une fausse couche. Qu'ils évitent les mouvements trop brusques et les sauts et les chutes, les bosses et surtout la copulation, ainsi que le débordement de nourriture et de colère. Il ne faut pas signaler qu'ils sont tristes et bouleversés, et [devraient] leur retirer tout ce qui contribue à une fausse couche, en particulier le premier mois, jusqu'à vingt jours, et encore plus la première semaine, jusqu'à trois jours après la conception - tout leur est interdit ici tremblant. Voir aussi ce que nous avons écrit sur la protection fœtale. Les femmes enceintes doivent envelopper la zone sous les fausses côtes avec des cheveux doux.

Les plats pour eux sont du pain pur, des isfidbaji, et laissez-les éviter toutes les choses tranchantes et amères comme les câpres, les lupins et les olives non mûres, ainsi que ce qui stimule les menstruations, par exemple, les haricots, les pois chiches, les graines de sésame. S'ils veulent manger quelque chose le jour de la conception, alors Hippocrate leur ordonne de boire de l'eau dans la farine d'avoine, bien qu'elle en gonfle, mais elle sature rapidement. Vin pour femmes enceintes - parfumé, liquide, vieilli. Hippocrate dit: «donnez-leur du vin noir», mais on dirait qu'il veut dire du vin noir liquide, dont la noirceur vient de la forteresse et non des sédiments. Une collation pour eux est des raisins secs, du coing doux, des poires appétissantes, des pommes aigres-douces et des grenades aigres-douces. Quant aux médicaments destinés aux femmes enceintes, il s'agit par exemple de la juvariance perlée.

Prescrire.

Ils prennent des perles non durcies - dirham, salivaire - dirham, gingembre, mastic - chacun des quatre dirhams, gingembre sauvage, doronnik, graines de céleri, feuillus, cardamome, muscade, muscat, kirfa - chacun deux dirhams blancs, baham, baham, bang, bang poivre, poivre long - chacun trois dirhams, cannelle chinoise - cinq dirhams, sucre Sulaymaniyah - autant qu'autre chose ou plus. Ils boivent ce [médicament] sur une cuillère, et cela corrige l'état de l'utérus [femme] et l'état de son estomac. Il faut prendre soin de l'estomac des femmes enceintes et le renforcer, par exemple, avec du julanjubin avec de l'aloès et du mastic et similaires, ainsi que du juvarishna fabriqué à partir de beaucoup de sucre et d'épices peu tranchantes, et de vinaigrettes médicinales.

Mode maternité

Lorsqu'une femme vient d'accoucher, elle doit être enveloppée et essayer de provoquer une séparation suffisante du sang. Sa nutrition doit être correcte et ne pas lui donner immédiatement un repas épais - cela provoquera sa fièvre, affaiblira le pouvoir transformateur du foie et augmentera la soif, et parfois cela conduira à l'hydropisie. Si le foie se solidifie en même temps, il n'y a aucun espoir de guérir le patient. Les jours de purification ont leurs mouvements et leurs périodes. Son début est la première apparition de contractions et de douleurs, et si le patient a dépassé vingt jours et atteint le vingt-quatrième, et que la maladie continue ou revient, cela indique que la fin est lente et qu'il faut vider le jour où il n'y a pas de crise et il n'y a pas de faiblesse.

Prévention de la grossesse

Le médecin est parfois contraint d'empêcher une grossesse chez une jeune femme pour laquelle l'accouchement est dangereux, chez une femme dont l'utérus est malsain ou une vessie faible: alors la gravité du fœtus peut provoquer une fissure et une incontinence urinaire dans la vessie, et la femme ne pourra pas retenir l'urine jusqu'à la fin de sa vie . L'une des méthodes [prévention de la grossesse] est qu'on leur dit d'éviter, lors de la copulation, la position menant à la conception, dont nous avons parlé, il est conseillé d'émettre une graine pas en même temps et de se disperser rapidement. Une femme est prescrite, à la fin de la copulation, de se lever et de faire plusieurs sauts en arrière - jusqu'à sept ou neuf - à partir de quoi la graine sort souvent; quant aux rebonds et aux sauts en avant, ils apaisent parfois la graine; contribue souvent à faire glisser les éternuements des graines. L'une des [précautions] à observer est l'introduction de Kitran dans le vagin avant et après la copulation et sa lubrification du pénis, ainsi que [sa lubrification] avec de l'huile de baume et du badigeon de plomb. [Il aide] l'introduction avant et après [copulation] la pulpe de grenade, ainsi que l'alun; l'introduction d'inflorescences de chou et de ses graines dans la période de pureté et avant la copulation est un fort [moyen] dans ce cas, surtout si vous les mettez en kitran ou les immergez dans un bouillon de menthe. [Utile] même après le nettoyage, injectez des feuilles de saule sur un chiffon de laine dans le vagin, surtout si elles sont en plus trempées dans le jus des feuilles de saule; [excellent remède] - pulpe de colocvint, ver pas, oxyde de fer, chou, scamon et graines de goudron; tout cela est pris à parts égales, lié avec du kitran et inséré dans le vagin. L'introduction de poivre dans le vagin après la copulation empêche la grossesse de la même manière que l'introduction des excréments d'éléphant - un; ou en fumigeant avec eux auxdites périodes. En buvant des drogues, ils donnent du jus de basilic - trois ukiyi, ce qui empêche la grossesse.

Prise en charge d'une femme en travail qui a été frappée par des tentatives

Raisonnement général

Lorsqu'une femme enceinte approche [de l'accouchement], elle doit être constamment baignée ou maintenue dans un bain, et il vaut mieux qu'elle soit à l'extérieur des bains pour ne pas la fragiliser et ne pas se détendre. [Devrait] appliquer un frottement sur le pubis, le dos et le périnée, par exemple l'aneth, la camomille, la giroflée et d'autres huiles, injecter constamment de l'encens dans le vagin et verser le liquide sur le périnée avec de la pommade, des huiles [de tissus] relaxantes, ainsi que du saindoux et de la graisse, par exemple, la graisse des oies engraissées, réchauffée plutôt que froide et plutôt chaude, surtout si la femme a un vagin sec ou tout le corps avec le vagin. Une femme qui est difficile à tomber enceinte devrait boire de la boue tous les jours pendant un mois entier à jeun, par exemple, du mucus de graines de coing avec du mucus de graines de lin, et à partir du jour du travail, buvez-le également avec du jus de fenugrec. Pour la nourriture, on devrait lui prescrire des légumes émollients, des isfidbaji, des viandes grasses et des poulets gras; les astringents lui sont interdits. Il devrait également fumiger son vagin avec du musc et [d'autres] encens. Lorsque l'accouchement arrive et qu'elle commence des douleurs de travail, laissez-la manger quelque chose d'insignifiant en quantité, mais très nutritif et buvez-le avec du vin parfumé. Ensuite, la femme doit s'asseoir un peu, étirer ses jambes, puis s'allonger sur le dos pendant un certain temps, puis se lever immédiatement; et [la laisser] monter et descendre les escaliers et crier. Lorsque la bouche de l'utérus s'ouvre un peu et commence à s'ouvrir de plus en plus, une femme doit pousser aussi fort que possible, surtout lorsque la membrane se casse, et essayer d'éternuer, et ouvrir la bouche autant que possible et respirer beaucoup d'air, en l'aspirant autant que possible: cela expulse le fœtus et la coquille.
Et il est préférable pour elle de s'asseoir pendant l'accouchement sur un petit banc, avec un soutien par derrière - c'est ainsi qu'ils l'ont mise en ouvrant son utérus, et si une femme est grosse, elle se couche sur le ventre, baisse la tête et amène ses genoux sous le ventre afin que la bouche de l'utérus affleure le vagin ]; après cela, elle est lubrifiée avec la pommade vaginale mentionnée. [Vagin] devrait être élargi et ouvert avec vos doigts, et si vous le faites [tout] et appuyez sur son ventre, elle accouchera rapidement, comme les quatre pattes donnent naissance. Lorsque la coquille apparaît et qu'il devient connu que le fœtus s'est rapproché, alors si la coquille ne se déchire pas en raison de son épaisseur, elle doit être déchirée avec vos ongles ou un instrument en forme de myrte, en la tenant entre vos doigts et [agissant] soigneusement afin de ne pas toucher le fœtus et de l'endommager jusqu'à la coquille ne s'ouvre pas, le liquide ne fuit pas et le fœtus ne glisse pas. Si la gaine s'est ouverte trop tôt, lorsque le fœtus ne s'est pas encore approché et n'essaie pas de se libérer, de sorte que le temps est retardé et que le vagin est sec, puis après [ouverture de la gaine] [des médicaments] qui favorisent le glissement sont versés dans le vagin, des onguents de cire liquide et du mucus, ainsi que graisses fondues, blancs d'oeufs et jaunes.

Une façon d'utiliser une femme avec une période difficile sans drogue.

Lorsque le travail est difficile, donnez-lui une petite quantité d'encens agréable, si sa force est faible, et forcez-la à prendre du jus de viande et de bons plats, de petit volume, par exemple, des œufs à la coque et similaires, et laissez-la boire quelques tasses de bon vin aromatique. Ensuite, plantez-la et mourrez [chaleureusement] dans sa chambre: si c'est l'hiver, alors allumez de grandes lumières, et si c'est l'été, alors enroulez-le [avec des ventilateurs]. Plongez-le dans de fausses côtes dans l'eau, chauffé à une certaine chaleur, et mieux encore - dans un bol d'eau dans lequel dix paquets de menthe sont cuits. Insérez une bougie dans son vagin, par exemple, de la myrrhe, et frottez-la ainsi que ses organes génitaux et sa colonne vertébrale avec de la pommade à la cire et de la graisse sous une forme chauffée, surtout si la cause de la [naissance difficile] est froide; vous utilisez également du mucus, ainsi que des substances qui contribuent au glissement. Parfois, [eux] doivent être insérés dans le vagin; puis lui ordonner de mettre un oreiller sous ses hanches lorsqu'elle est allongée, de relever ses jambes et d'étendre ses hanches aussi largement que possible, et de verser dans son vagin des substances qui provoquent des glissements et d'autres [fluides], en les injectant loin à travers un tube de la même longueur que utérus, ou plus. Ensuite, laissez-la pendant un certain temps, jusqu'à ce que les femmes témoignent que la bouche de l'utérus s'est ouverte et que le liquide a commencé à couler, puis faites-la éternuer, prenez-la et asseyez-vous sur le banc. Ordonnez-lui d'appuyer sur son bas-ventre, de la faire pousser et de pétrir ses côtés, et elle accouchera bientôt; parfois, vous devez ouvrir son vagin avec une corne pour exposer et ouvrir la bouche de l'utérus. Devrait essayer de [donner] à la femme en couches un autre poste - la mettre sur le ventre ou le dos, la mettre à quatre pattes et ainsi de suite, et observer laquelle rapproche la tête du bébé du vagin et facilite l'accouchement. Et attention, ne laissez pas la sage-femme agir brusquement, prendre le bébé et introduire des substances qui favorisent le glissement dans le vagin.

Si toutes ces méthodes sont insuffisantes, faites appel aux médicaments, à la fumigation et aux bougies. Si le matin vous avez donné [à la mère en couches] des médicaments qui facilitaient l'accouchement - des pilules ou autre chose, et qu'elle n'a pas accouché, alors à midi, vous devriez lui donner une chaudrée de haricots ou une soupe aux pois chiches avec de l'huile de sésame, et le soir, lui ordonner d'entrer dans un vagin des bougies que nous allons mentionner, puis allez vous coucher. Le matin, vous la fumigerez avec une sorte de tabagisme, dont nous parlerons également, et lui donnerez à nouveau un verre. médicament et si [tout cela] n'aide pas, appliquez une lubrification du dos et du nombril au jus de la racine, mélangé à la farine. Lorsque la douleur s'intensifie, en particulier du froid [utérus], mettez [un peu] d'huile de chauffage dans une bougie. Les médecins anciens mentionnent une technique pour extraire le fœtus dans la section sur les mouvements du [fœtus], mais nous l'avons omise car elle donne peu d'espoir [pour le succès].

Une méthode pour extraire un fœtus d'une femme dont la jambe est sortie avant la tête.

Vous devez repousser la jambe avec précaution et tourner soigneusement le [fœtus] jusqu'à ce qu'il soit bien droit; lever ses jambes petit à petit jusqu'à ce que sa tête baisse. Si rien de tout cela n'est possible, bandez le fœtus avec des bandages et retirez-le. Quand rien n'est possible mais une coupure, elle est produite conformément à ce qui a été dit sur le fœtus mort.

Une méthode d'extraction d'un fœtus d'une femme qui vient de côté.

Il est proche de [le précédent], et le fœtus est redressé, le soulevant, le plantant et le retournant soigneusement à l'envers.

Prendre soin de donner naissance à une femme qui a une tumeur dans l'utérus. Ils l'utilisent avec des onguents et des huiles de cire, et par rapport à la situation pendant l'accouchement et tout le reste, ils la traitent comme il est prescrit pour les femmes pleines.

La méthode de réception d'un enfant chez une femme qui est difficile à accoucher, car l'enfant est très grand.

La sage-femme doit soigneusement attraper un tel fruit et soigneusement, petit à petit, le retirer s'il réussit, et sinon, elle le noue avec un chiffon et le tire soigneusement encore et encore. Lorsque cela échoue également, [la sage-femme] applique une pince et essaie de retirer l'enfant, et en cas d'échec, il est retiré en coupant, comme cela sera plus facile, et faites la même chose qu'avec un fœtus mort.



Le mode d'administration chez une femme difficile à accoucher en raison de la mort du fœtus ou de sa mauvaise constitution, auquel cas on ne peut espérer qu'il vivra.

Les médicaments sont utilisés pour extraire le fœtus mort, ce qui a déjà été dit et sera dit, et si cela ne fonctionne pas, vous devez accrocher le fœtus avec des crochets, le couper en morceaux et l'enlever, et vous devez vous dépêcher jusqu'à ce qu'il soit enflé. Si le fœtus a une grosse tête et peut être percé ou coupé pour que son contenu s'écoule, alors cela est fait.

Faites attention [après l'accouchement] à l'évanouissement. Ils le vaporisent avec de l'eau sur le visage, s'il n'y a pas de crainte que l'enfant [reparte] en arrière, et augmentent sa force, le laissant sentir de l'encens et lui faire avaler du jus de viande avec du vin et des épices.

Médicaments qui facilitent la livraison.

Tels sont tous les médicaments qui chassent les vers et les «graines de citrouille», car ils chassent les fruits; si vous donnez à une femme de boire quatre miscals du cortex laxatif cassia, elle accouchera immédiatement. Pour donner asafoetida et un ruisseau de castor est un excellent outil puissant; prendre de la cannelle chinoise est également très bon - cela facilite les contractions et l'accouchement. L'un des médicaments qui facilite grandement l'accouchement est également une décoction de feuilles de guimauve roumaine avec de l'eau et du miel; facilite l'accouchement et le jus de fenugrec. Вот еще одно действенное и полезное средство: взять адиантума, развести его толченым в вине с некоторым количеством масла и дать выпить; это одно из истинных средств, так же как и диктамн.

Хорошие пилюли - их [предложил] кто-то из первоизобретателей и приписал себе один из позднейших врачей. Взять китайской корицы и ягод можжевельника - каждого по десяти дирхамов, хорошей цейлонской корицы - семь дирхамов, кирфы, мирры, круглой аристолохии и горького куста - каждого по пяти дирхамов, май и, опия - каждого по два дирхама, мускуса - четверть дирхама; из [всего] этого приготовляют пилюли и дают их выпить три мискала в двух укийах старого вина. По-моему, предпочтительнее, однако, уменьшить количество опия и ограничиться одним дирхамом.

Другие хорошие пилюли. Берут ягод можжевельника - десять дирхамов, руты - пять дирхамов, семян гармалы - четыре дирхама, асафетиды, ушшака и марены - каждого по три дирхама. Из этого делают пилюли и пьют их с каким-нибудь отваром, изгоняющим месячные, например, с отваром ягод можжевельника, диктамна и марены, или с отваром красной фасоли, или с отваром выжатого сока руты.

Хорошие пилюли. Берут ягод можжевельника - Два дирхама, асафетиды - полдирхама, ушшака - полдирхама, марены - полдирхама. Это количество пьют за один раз.

Еще [пилюли: берут] длинной аристолохии, перца и мирры - поровну и приготовляют из них пилюли; пьют три дирхама каждый день в одной укийе отвара люпина. Это [лекарство] выкидывает [плод], облегчает роды и с силой очищает матку.

Другое такое же, для тех же случаев. Берут голубого бделлия, мирры и ягод можжевельника, приготовляют из этого орешки и пьют. Это выкидывает плод и облегчает роды.

Хорошая очищающая лекарственная кашка. Говорят, будто ничто не может сравниться с нею. Берут мирры, бобровой струи и май и - каждого по мискалу, китайской корицы - полмискала, ягод можжевельника - полмискала и замешивают на меду. За раз пьют два мискала, и лучше всего поить им с вином - тогда это превосходно до предела.

Лекарственные повязки и мази. Берут отвар мякоти колоквинта - его свежий выжатый сок еще лучше, - примешивают к нему выжатого сока руты, прибавляют немного мирры и смазывают этим лобок до пупка.

Свечки, с силой низводящие то, что отделилось [от матки]. Шерстяную тряпицу погружают в выжатый сок мякоти колоквинта и выжатый сок руты и вводят во влагалище, или вводят туда аристолохию в шерстяной тряпочке, или вводят бахур марйам, или живокость, или бешеный огурец, или качим, или вводят свечку из харбака с опопанаксом и бычачьей желчью - она спускает плод вниз живым или мертвым.

Лекарства, действующие в силу особого свойства. Надлежит сказать труднорожающей женщине, чтобы она взяла в левую руку магнит или смазалась золой ослиного копыта - это чрезвычайно хорошее средство - или же окурилась им. Так же [действует] конское копыто или окуривание глазами соленой рыбы. Говорят, что если повесить на правое бедро кораллы, это будет полезно при трудных родах. Говорят также, что если повесить женщине на бедро африканский стиракс, ее не поразит боль [при родах]. Говорят, что если натереть шафрана, превратить его в кашку, сделать из него ладанку и повесить на [шею] женщине, она выбросит оболочку.

Окуривание дымом. [Труднорожающую женщину] окуривают миррой - это весьма замечательное средство, - а также миррой, гальбаном и опопанаксом, замешанным коровьей желчью; окуривают одним мискалом этого состава. Или берут желтую серу, красную мирру, коровью желчь, опопанакс и гальбан и окуривают этим. Окуривание змеиной кожей или голубиным калом облегчает роды, но иногда окуривание змеиной кожей убивает плод.Окуривание опопанаксом самим по себе, а также с соколиным калом облегчает роды.

Уход за новорожденным сразу после рождения.

С этим делом мы уже покончили в Общей Книге, ищи же [сведений] там.
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

Беременность и роды

  1. Диабет, беременность и роды
    До введения в практику инсулина беременность у больных диабетом была большой редкостью. Если она наступала, то летальность достигала 40%, а детская смертность была еще выше (Horky с соавт., London, Worm). Однако и сегодня, несмотря на инсулинотерапию, диабет таит для матери, больной диабетом, и ожидаемого ребенка опасность. Ее можно с успехом избежать путем особенно тщательного лечения нарушения
  2. ПЕРЕНАШИВАНИЕ БЕРЕМЕННОСТИ. NAISSANCE TARDIVE
    Перенашивание беременности — это патология, при которой имеет место удлинение внутриутробного срока пребывания доношенного плода в матке свыше генетически детерминированных 40 нед; в плаценте прогрессируют инволютивные процессы по типу старения недостаточности кровоснабжения; плод испытывает состояние трофического и кислородного голодания, а новорожденный рождается с признаками переношенности
  3. ПЕРЕНАШИВАНИЕ БЕРЕМЕННОСТИ ПРЕЖДЕВРЕМЕННЫЕ РОДЫ
    ПЕРЕНАШИВАНИЕ БЕРЕМЕННОСТИ Переношенная беременность является проблемой, представляющей большой научный и практический интерес в акушерстве. Актуальность ее объясняется большим числом осложнений в родах, высокой перинатальной смертностью. Научный подход к проблеме перенашивания беременности определился к 1902 г., когда впервые Беллентайн, а затем Рунге (1948) описали признаки перезрелости у
  4. ПЕРЕНАШИВАНИЕ БЕРЕМЕННОСТИ ПРЕЖДЕВРЕМЕННЫЕ РОДЫ
    ПЕРЕНАШИВАНИЕ БЕРЕМЕННОСТИ Переношенная беременность является проблемой, представляющей большой научный и практический интерес в акушерстве. Актуальность ее объясняется большим числом осложнений в родах, высокой перинатальной смертностью. Научный подход к проблеме перенашивания беременности определился к 1902 г., когда впервые Беллентайн, а затем Рунге (1948) описали признаки перезрелости у
  5. GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT COMPLIQUÉS PAR L'ECLAMPSIE
    L'éclampsie est la forme de gestose la plus grave chez la femme enceinte. La condition pathologique est à l'origine de convulsions avec perte de conscience. Une saisie est précédée d'une prééclampsie. L’éclampsie est une grave menace pour la santé des femmes. L'éclampsie peut survenir pendant la grossesse, l'accouchement (dans les périodes I, II, III) ou la période post-partum (48 heures après la naissance). Clinique d'Eclampsie
  6. БЕРЕМЕННОСТЬ И РОДЫ ПРИ ПОРОКАХ СЕРДЦА
    Среди всех экстрагенитальных заболеваний на первом месте по показателю материнской смертности стоят заболевания сердечно-сосудистой системы - 80-85%. Данная патология стоит но втором месте по показателю перинатальной смертности. Физиологические изменения, возникающие в сердечно-сосудистой системе во время беременности. Во время беременности возникают выраженные
  7. GROSSESSE ET NAISSANCE DANS LES POSITIONS FÉMININES PELVIENNES
    La présentation pelvienne du fœtus se réfère à l'obstétrique pathologique, l'accouchement dans la présentation pelvienne se réfère à la pathologie. Avec une présentation pelvienne plus fréquente qu'avec la tête, des blessures traumatiques et une morbidité maternelle (ruptures du canal génital mou et du périnée, lésions des articulations pubiennes et sacro-iliaques, saignements, maladies infectieuses post-partum) sont observées.
  8. GROSSESSE ET NAISSANCE, COMPLIQUÉES PAR L'HÉMORRAGIE À LA PRÉSENTATION DU PLACENTA
    Le placenta praevia est une pathologie du placenta associée à une anomalie à son emplacement, dans laquelle le placenta chevauche complètement ou partiellement la région du pharynx utérin interne (Fig. 16). Au fur et à mesure de son déroulement pendant la grossesse puis à l'accouchement, un décollement du placenta se produit, ce qui conduit à des
  9. GROSSESSE, PRÉPARATION À LA NAISSANCE, À LA NAISSANCE, À LA PÉRIODE POST-PERMANENTE, À L'ALIMENTATION ET AUX SOINS
    GROSSESSE, PRÉPARATION À LA NAISSANCE, À LA NAISSANCE, À LA PÉRIODE POST-PERMANENTE, À L'ALIMENTATION ET AUX SOINS
  10. GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT DANS LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES, L'ANÉMIE, LES MALADIES DU REIN, LE DIABÈTE MELLITUS, L'HYPATITE VIRALE, LA TUBERCULOSE
    L'une des pathologies extragénitales les plus graves chez les femmes enceintes est les maladies du système cardiovasculaire, et la principale place parmi elles est les malformations cardiaques. Les femmes enceintes atteintes de malformations cardiaques sont considérées comme présentant un risque élevé de mortalité et de morbidité maternelles et périnatales. Cela s'explique par le fait que la grossesse impose un fardeau supplémentaire au système cardiovasculaire des femmes.
  11. GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT DANS LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES, L'ANÉMIE, LES MALADIES DU REIN, LE DIABÈTE MELLITUS, L'HYPATITE VIRALE, LA TUBERCULOSE
    L'une des pathologies extragénitales les plus graves chez les femmes enceintes est les maladies du système cardiovasculaire, et la principale place parmi elles est les malformations cardiaques. Les femmes enceintes atteintes de malformations cardiaques sont considérées comme présentant un risque élevé de mortalité et de morbidité maternelles et périnatales. Cela s'explique par le fait que la grossesse impose un fardeau supplémentaire au système cardiovasculaire des femmes.
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com