Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Otolaryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et Gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Identification de l'effet proarythmogénique des antiarythmiques

L’un des médicaments antiarythmiques utilisés peut provoquer une augmentation de l’activité d’une arythmie déjà détectée ou provoquer l’apparition de nouvelles arythmies cardiaques. On peut parler des effets proarythmogènes sur les arythmies ventriculaires lorsque la surveillance par Holter de l'ECG a révélé:

1) au moins 4 fois l'augmentation du nombre total quotidien d'extrasystoles ventriculaires;

2) d'au moins 10 fois le nombre d'extrasystoles appariées et d'épisodes de tachycardie ventriculaire instable;

3) l'apparition d'une tachycardie ventriculaire résistante non encore enregistrée ou d'une nouvelle forme morphologique de tachycardie ventriculaire persistante.

Si des violations répondant à au moins l'un de ces 3 critères sont identifiées, nous pouvons parler de l'effet proarythmique de la thérapie. L'effet pro-arythmique d'un médicament ne signifie pas qu'un autre médicament, même du même groupe, peut provoquer une réaction pro-arythmique. Lors de l'identification des effets pro-arythmogènes du médicament, les facteurs contribuant à la réaction pro-arythmogène doivent être pris en compte. Les facteurs provoquants comprennent: les paroxysmes de tachycardie ventriculaire ou de fibrillation ventriculaire dans l’histoire, une faible FEVG, une augmentation de l’intervalle Q - T> 0,44 corrigé, l’utilisation dans le traitement des glycosides cardiaques.

La fréquence des manifestations de la réaction proarythmogénique, selon les matériels les plus significatifs dans cette région, de Roesch et al., Qui a examiné plus de 400 patients, était en moyenne de 9% et, selon le groupe de médicaments utilisé, de 6 à 15%.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Identification de l'effet proarythmogénique des antiarythmiques

  1. Médicaments anti-arythmiques
    Classification des médicaments antiarythmiques: Classe I - bloqueurs des canaux sodiques rapides (stabilisateurs membranaires), ils sont divisés en sous-classes en fonction de l'effet sur la période réfractaire effective (intervalle ECG-Q): Ia-quinidine, procaïnamide, Aymalin, rythmylène - ces médicaments sont des bloqueurs de sodium canaux de force moyenne, prolongent la période réfractaire, inhibent les sinus
  2. Prévention de la mort cardiaque subite chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique et l'utilisation d'antiarythmiques
    La prévention primaire de la mort cardiaque subite est un ensemble de mesures pharmacothérapeutiques et autres visant à prévenir la mort cardiaque subite chez les patients présentant un risque accru de survenue de ce syndrome, mais sans antécédents de réanimation de fibrillation ventriculaire / flutter ou de tachycardie ventriculaire persistante inefficace sur le plan hémodynamique. À propos de l'importance
  3. Effets secondaires des agents utilisés pour traiter les maladies des yeux
    A. Les bêta-bloquants à usage local sont prescrits pour le glaucome. On suppose qu'ils réduisent la production d'humeur aqueuse dans la chambre antérieure de l'œil, ce qui entraîne une diminution de la pression intra-oculaire. Le bétaxolol est utilisé en tant que bloqueurs bêta-1-adrénergiques - et en tant que bloqueurs non sélectifs bêta-adrénergiques - le lévobunolol, le méthipranolol et le timolol. Tous les bêta-bloquants pour les locaux
  4. Complications dues à ou utilisation incorrecte d'agents pharmacologiques.
    Anesthésiques par inhalation {foto286} Anesthésiques et analgésiques par voie intraveineuse {foto287} Attention! Tous les médicaments pour l'anesthésie IV, en particulier les barbituriques, peuvent provoquer des réactions d'hypersensibilité (érythème, œdème de Quincke, hypotension, bronchospasme, convulsions). Relaxants musculaires {foto288} Végétotropines {foto289} Inhibiteurs de la monoamine oxydase {foto290} Anticoagulants
  5. Pharmacothérapie pendant la grossesse et l'allaitement. L'effet indésirable des médicaments et des xénobiotiques sur l'embryon et le fœtus
    Il est bien connu qu’il est souhaitable d’abandonner toute pharmacothérapie au cours des deux premiers mois de la grossesse. Une sage-femme ou un médecin de famille, lors de la prescription d'un médicament enceinte, doit se rappeler que les 56 premiers jours de la gestation sont les plus dangereux en termes d'effets indésirables sur l'embryon. L'effet tératogène le plus fiable a été démontré pour la thalidomide, les agents alkylants et d'autres agents cytotoxiques, les androgènes, le diéthylstilbestrol,
  6. Antiarythmiques et PPZH
    Selon les résultats de la plupart des études, les modifications des paramètres ECG de la PA, notées sous l’influence de divers médicaments antiarythmiques, ne sont pas essentielles pour prédire l’efficacité du traitement. Il n’a été démontré dans certains travaux chez un petit nombre de patients que l’apparition d’HPP ou une augmentation de leurs paramètres quantitatifs lors de la prise de médicaments antiarythmiques coïncidait avec
  7. Quelle est la base du choix du médicament antiarythmique pour les tachyarythmies?
    La plupart des antiarythmiques modifient soit la conductivité du cardiomyocyte (phase O), soit la repolarisation (phase 3), soit l’automatisme (phase 4). Une augmentation de la durée de repolarisation augmente la réfractarité des cardiomyocytes. En outre, de nombreux médicaments antiarythmiques affectent directement ou indirectement le système nerveux autonome. À l'exception de la digoxine et de l'adénosine, médicaments antiarythmiques
  8. Évaluation de l'efficacité et de la sécurité du traitement antiarythmique à l'aide de la surveillance Holter
    La comparaison des résultats de deux études, dont l'une a été réalisée avant et l'autre, après l'utilisation de médicaments antiarythmiques, permet d'évaluer l'efficacité du traitement afin d'identifier les effets proarythmogéniques des médicaments. Cependant, devrait être vengé. que l'évaluation comparative des résultats de la monigoration est entravée par la manifestation de la variabilité spécifique de la fréquence de l'insuffisance cardiaque ventriculaire
  9. ANNEXE MEDICAMENTS ANTIARITHMIQUES ET VALEURS NORMALES DE L'INTERVAL Q = T
    Annexe 1 Classification des médicaments antiarythmiques (selon V. Williams, 1970) {foto244} Annexe 2 Effets des médicaments antiarythmiques (Sicilian Gambit, 1991) {foto245} Capacité relative de blocage: О - faible, § - moyenne, • - élevée, - agoniste, P-bloquant à l'état activé. Annexe 3 Classification antiarythmique modifiée
  10. Tests de médicaments anti-arythmiques
    Pour le choix du traitement prophylactique antiarythmique, vous pouvez utiliser la surveillance Holter et EFI. L'évaluation de l'effet du médicament à l'aide de Holter est basée sur une diminution du nombre d'arythmies ventriculaires initiales disponibles. Par conséquent, cette méthode n'est pas toujours possible à appliquer. Par exemple, avec une TV prolongée chez des patients atteints de coronaropathie dans 17 à 34% des cas, il n’ya pas d’arythmie ventriculaire spontanée. En relation avec
  11. Classification des antiarythmiques
    La classification la plus courante des médicaments antiarythmiques (qui peuvent potentiellement être utilisés pour le traitement des extrasystoles) reste la classification de Williams (1969) dans la modification de D. Harrison (1979), selon laquelle tous les médicaments antiarythmiques sont divisés en 4 classes: Classe I. Blocs de canaux sodiques rapides A. Médicaments qui ralentissent modérément la dépolarisation et la repolarisation
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com