Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

POLINEURITE, POLINEYROPATHIE

La polynévrite est une lésion multiple des nerfs périphériques, entraînant des troubles moteurs, sensoriels et autonomes dans les zones d'innervation des nerfs affectés: parésie périphérique des membres supérieurs et inférieurs, troubles de la sensibilité (première paresthésie, hyperesthésie, puis hypesthésie, anesthésie) dans les extrémités distales, douleur évolution des troncs nerveux, cyanose, pâleur ou hyperhidrose de la peau des mains et des pieds, ongles cassants, chute des cheveux. En fonction de l'étiologie (infection, intoxication, carence en vitamines, ischémie nerveuse, etc.), la clinique d'une polynévrite a ses propres caractéristiques.

La polynévrite infectieuse primaire fait référence aux maladies virales du système nerveux. Avec cette pathologie, le processus inflammatoire se développe dans les troncs nerveux périphériques.À cet égard, la polynévrite peut être désignée comme une polyradiculonévrite et avec l'implication des méninges du système nerveux central - comme une méningo-encéphalomyélopoliradiculonévrite, dans laquelle prédomine la défaite de la partie périphérique du système nerveux.

Clinique La maladie commence par un malaise général, une faiblesse des membres, une légère augmentation de la température corporelle, l'apparition de paresthésies dans les doigts et les orteils, des douleurs le long des nerfs périphériques. Il y a une douleur aiguë le long des troncs nerveux et des troubles de sensibilité distincts selon le type polyneuritique. À l'avenir, une atrophie des muscles (principalement les mains et les pieds) se développe. Dans certains cas, les nerfs crâniens sont affectés, principalement les nerfs faciaux, les nerfs qui innervent les muscles de l'œil (paires III, IV et VI), moins souvent les nerfs du groupe bulbaire.
Lorsque le processus se propage aux structures du système nerveux central et des méninges, il y a des signes de dommages à la moelle épinière et au cerveau (conduction, troubles moteurs et sensoriels du fonctionnement des organes pelviens), troubles de la parole, symptômes méningés, etc.). Une légère augmentation de la quantité de protéines se trouve dans le liquide céphalorachidien. La durée de la maladie est de semaines et de mois. Souvent, la polyradiculonévrite de Guillain-Barré peut être considérée comme le stade initial de la paralysie ascendante de Landry. Sa caractéristique clinique est la lésion prédominante des extrémités proximales et l'implication des nerfs crâniens, en particulier du visage.

Aux fins du traitement, les médicaments suivants sont utilisés: gamma globuline, remantadine 0,05 g 3 fois par jour pendant 5 jours; vitamines

La polynévrite diphtérique secondaire se développe 2 à 3 semaines après la diphtérie du pharynx, du nez, de l'oreille, des yeux ou (chez les filles) des organes génitaux externes.

Clinique L'apparition de la maladie est caractérisée par des dommages sélectifs aux fibres parasympathiques des nerfs crâniens et l'apparition de symptômes de dysfonctionnement des nerfs oculomoteurs et vagues avec la progression de la maladie, les nerfs abducents et faciaux sont impliqués dans le processus et les signes de dommages au muscle cardiaque augmentent.

Aux membres inférieurs, la sensation musculo-articulaire (ataxie sensorielle) est altérée, le réflexe d'Achille (pseudotabes) diminue ou tombe. Traitement. L'administration intramusculaire de sérum antidiphtérique de 5 000 à 10 000 unités est recommandée.
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

POLINEURITE, POLINEYROPATHIE

  1. POLINEURITE, POLINEYROPATHIE
    Polynévrite - lésions multiples des nerfs périphériques, entraînant des troubles moteurs, sensoriels et autonomes dans les zones d'innervation des nerfs affectés: parésie périphérique des membres supérieurs et inférieurs, troubles de la sensibilité (première paresthésie, hyperesthésie, puis hypersthèse, anesthésie) dans les extrémités distales, douleurs le long troncs, cyanose, pâleur
  2. Polyneuropathie diabétique
    Il se développe chez les personnes atteintes de diabète. Il peut s'agir de la première manifestation du diabète ou se produire aux derniers stades de la maladie. Dans la pathogenèse de la maladie, les troubles métaboliques et ischémiques du nerf sont de la plus haute importance en raison des micro et macroangiopathies qui accompagnent le diabète sucré. Parmi les options cliniques pour la polyneuropathie diabétique, plusieurs formes sont distinguées: -
  3. Polyneuropathie alcoolique
    Il est observé chez les personnes abusant de boissons alcoolisées, en particulier les substituts d'alcool. La fréquence des polyneuropathies est de 2-3%. Dans la pathogenèse, le lien principal appartient aux troubles métaboliques des nerfs rachidiens et crâniens et au développement de l'hypovitaminose. La clinique développe plus souvent des sous-structures. Il y a des paresthésies dans les extrémités distales, des douleurs dans les muscles du mollet, une intensification
  4. Polyneuropathie à l'arsenic
    Il se développe avec l'administration suicidaire de médicaments contenant de l'arsenic. La source peut être des insecticides contenant du métal, des médicaments, l'inhalation de vapeur d'arsenic libérée par les peintures à papier peint. Parfois, la maladie se développe au contact de l'arsenic dans les usines chimiques, dans l'industrie pharmaceutique, les laboratoires et les mines. Clinique En cas d'intoxication aiguë, l'arsenic provoque
  5. Mono- et polynévrite syphilitique
    Pathomorphologie. Les lésions nerveuses primaires de la syphilis sont rares et se manifestent par le développement d'une inflammation ou d'une gencive proliférative. Il y a souvent une transition du processus inflammatoire des tissus adjacents ou une compression du nerf par des exostoses spécifiques, des gencives, des anévrismes des vaisseaux, des ganglions lymphatiques affectés syphilitiquement, c'est-à-dire qu'une névrite secondaire se développe. Coude, sciatique et
  6. Polynévrite (polyradiculonévrite) et mononévrite
    Les maladies du système nerveux périphérique chez les enfants sont rares. Parmi ces formes, la paralysie diphtérique était auparavant connue de tous. Parallèlement à l'augmentation des neuroinfections, une attention a également été accordée à la manifestation plus fréquente de polynévrite d'une autre étiologie et de névrite des nerfs individuels, en particulier la paralysie du nerf facial. La polyradiculonévrite est une lésion multiple des racines et des nerfs périphériques. Il est
  7. MALADIE BERE-BERE
    La maladie du béribéri est causée par le manque de thiamine, qui est nécessaire au cours normal du métabolisme des glucides. Lorsque cette vitamine est déficiente, l'acide pyruvique s'accumule dans le sang (au lieu de 0,4 mg à 1-2,5 mg pour 100 ml de sang) et sa concentration dans le système nerveux central et périphérique augmente, ce qui provoque le développement du processus pathologique sous forme d'encéphalopathie de Wernicke (
  8. Neuropathie induite par le FOS
    Le contact avec le FOS se produit lorsque des substances sont inhalées, c'est-à-dire par les poumons ou absorbées par la surface humide de la peau. Les FOS ont un effet inhibiteur sur la cholinestérase. En conséquence, l'acétylcholine s'accumule dans les synapses du système nerveux central et du SNP. Cela entraîne une surexcitation du système nerveux central et une altération de la conduction des influx nerveux. Le plus souvent, l'empoisonnement se produit avec le chlorophos, le thiophos et d'autres.
  9. POLYRADICULONEURITIS AIGUË
    Le groupe des polyradiculonévrites aiguës comprend les maladies infectieuses allergiques et toxiques allergiques des racines vertébrales et des nerfs périphériques. Douleur le long des troncs nerveux, troubles de la sensibilité (paresthésie, hyperesthésie, hypesthésie, anesthésie) dans les parties distales des bras et des jambes, comme les chaussettes et les gants, faiblesse dans les bras et les jambes (parésie périphérique ou paralysie) sont caractéristiques,
  10. Feuille de triche. Neurologie, 2011
    Arc réflexe, hématome. Polynévrite: troubles à venir de la circulation cérébrale. Dommages dans la syphilis Dystrophie musculaire primaire. Tumeurs de la moelle épinière Tumeurs cérébrales. Cervelet Encéphalomyélite aiguë disséminée. Manganèse, monoxyde de carbone, alcool éthylique. Arsenic: mercure et empoisonnement au plomb. Syndrome bulbaire, pseudobulbaire, systèmes alternés. Myotonique
  11. Classification des maladies démyélinisantes du système nerveux
    I Maladies démyélinisantes avec lésion primaire du système nerveux central. 1. Formes aiguës. • Primaire (encéphalomyélite aiguë disséminée; formes cliniques - encéphalomyélopoliradiculonévrite, opticoencéphalomyélite, opticomyélite, polioencéphalite, myélite disséminée); • Secondaire (parainfection - encéphalomyélite avec rougeole, coqueluche, varicelle,
  12. ÉPICRISE D'ÉTAPE
    Le patient Lytkin Mikhail Alekseevich a été admis à la clinique des maladies professionnelles le 20 mars 1997, en relation avec l'aggravation de son état: douleurs dans les mains, maux de tête intensifiés; note une augmentation de la pression artérielle à 130/90 mm Hg (jusqu'à 180/110 maximum), perdu 5 kg. En clinique, sur la base de plaintes, de recherches objectives, de données de laboratoire, le diagnostic a été posé: Maladie vibratoire stade 2 de l'exposition
  13. Périartérite noueuse
    -s-we général: fièvre, perte de poids, pâleur -peau cm: nodules sous-cutanés, éruptions érythémateuses, pétéchies, urticaire, nécrose, ulcères m: hypertension, crises cardiaques, saignement, néphrite, pulmonaire cm: pneumonie vasculaire, asthme, caries, infiltrats volatils, crises cardiaques, pleurésie
  14. Dermatomyosite
    -s-we général: perte de poids, fièvre -peau s-m: érythème para-orbitaire lilas, érythème sur les articulations, œdème périarticulaire, fréquent; capillarite - cm articulaire: arthrite, arthralgie - cm musculaire: faiblesse musculaire dans les membres proximaux, myalgie, myosite, sclérose et calcification musculaire, contractures musculaires - poumon cm: pneumonie interstitielle vasculaire, pleurésie
  15. Syndrome de Strauss de charge
    Le syndrome de Charge-Strauss est une inflammation granulomateuse impliquant les voies respiratoires associée à l'asthme et à l'éosinophilie, et une vascularite nécrosante affectant les petits et moyens vaisseaux. Clinique Asthme bronchique depuis plusieurs années. L'augmentation de la teneur en éosinophiles dans le sang périphérique et leur migration dans les tissus (infiltration pulmonaire éosinophile chronique). Graves attaques BA + signes
  16. Lupus érythémateux disséminé
    -peau cm: papillon, érythème périungual, périarticulaire, autre localisation, capillaires, éruptions polymorphes, chéilite, énanthème, dystrophie de la peau, cheveux-articulaire cm: polyarthrite, polyarthralgie -cm musculaire: myosite, myalgie -s- Rayon pulmonaire cm: pneumonite, pleurésie, pneumosclérose-rénale cm: néphrite -cm cardiale: myocardite, endocardite, péricardite, dystrophie myocardique,
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com