Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaires, maladies géniques / Maladies de la peau et sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valéologie / Soins intensifs anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles médicales
Pour les auteurs
Livres sous licence de médecine
<< Précédent Suivant >>

Pancréatite chronique

La clinique



La pancréatite chronique est une inflammation chronique du tissu pancréatique, entraînant une fibrose, une perte de tissu exocrine et, par conséquent, un dysfonctionnement des glandes. La classification de Marseille-Roman de la pancréatite chronique comprend trois types:

1. Pancréatite colifiable chronique, représentant 80% de tous les cas de pancréatite chronique et résultant d'un état d'alcoolisme chronique. Elle se caractérise par la formation de bouchons de protéines ou de calculs dans les canaux de la glande. Une sténose et une atrophie des canaux pancréatiques peuvent également être observées.

2. La pancréatite obstructive chronique est le deuxième type de pancréatite chronique le plus fréquent qui se produit lors de l’obstruction du canal ou du mamelon de Vater avec une tumeur ou pendant la sténose.

3. La pancréatite inflammatoire chronique est la forme la plus rare de pancréatite, dont l'étiologie n'est pas encore bien comprise.

L'évolution clinique de la pancréatite chronique a généralement le caractère suivant. La première attaque de douleur chez un patient se développe au cours de la troisième ou quatrième décennie de la vie et, au cours des deux prochaines années, les accès de douleur se reproduisent. La fréquence des crises augmente, surtout si le patient continue à boire de l'alcool. Enfin, il se forme un syndrome douloureux chronique, un syndrome de malabsorption, une diarrhée et des calcifications dans les tissus des glandes, ce qui peut être détecté par une radiographie globale de la cavité abdominale.



Étiologie et physiopathologie

L'alcoolisme est la principale cause du développement de la pancréatite chronique dans le monde entier. Avec l'autopsie dans le pancréas, plus de 45% des alcooliques ne présentant pas de signes de pancréatite chronique ont révélé des modifications morphologiques caractéristiques de cette maladie, qui sont rares chez les non-buveurs. Plus de 50% des personnes alcooliques ont une violation de la fonction pancréatique exocrine ou une violation du test de stimulation pancréatique. Bien que l'alcool soit considéré comme la principale cause du développement de la pancréatite chronique, le mécanisme de son action pathologique est inconnu. Un seuil d'alcool n'a pas été établi, ce qui excède des modifications fonctionnelles et structurelles du pancréas. Comme pour les dommages alcooliques au foie, tout dépend de la sensibilité individuelle. La malnutrition, ainsi que le type de boisson alcoolisée, n’affectent pas de manière significative l’incidence de la pancréatite chronique.

Des études dans lesquelles le suc pancréatique était collecté après stimulation par la sécrétine et la cholécystokinine à l'aide d'un cathéter situé dans le canal pancréatique ont montré que, lorsque l'alcool est utilisé en secret, il se produit une augmentation de la teneur en protéines et une diminution de la teneur en bicarbonate. Ces modifications ont été observées même si les manifestations cliniques de la pancréatite alcoolique étaient absentes. D'autres études ont montré que, dans la sécrétion pancréatique d'abus d'alcool, le rapport entre le trypsinogène et les inhibiteurs de la trypsine est augmenté, ce qui prédispose à l'activation des enzymes dans le conduit. Il a également été révélé une diminution de la sécrétion de la concentration en protéines pouvant inhiber la formation de sels de calcium insolubles (calculs). Une carence en cette protéine peut entraîner la formation de calculs dans le pancréas, ce qui est un signe de pancréatite alcoolique chronique. De plus, les citrates (qui lient le calcium) sont sécrétés dans une moindre mesure chez les patients alcooliques. Une diminution de la sécrétion de citrates contribue également à la formation de bouchons de protéines et de calculs dans les canaux. Les dommages au système canalaire de la glande commencent généralement par la défaite des plus petites branches et l’implication progressive de conduits plus importants dans le processus.
Cependant, le mécanisme de développement de tous ces changements n'a pas encore été clarifié.

La pancréatite héréditaire est une forme rare de la maladie qui se manifeste par des attaques de pancréatite aiguë dont l'issue aboutit, en définitive, à une pancréatite chronique, souvent accompagnée d'une calcification de la glande ressemblant à celle d'une pancréatite alcoolique. La maladie est héritée de manière autosomique dominante et est également commune chez les hommes et les femmes. Le plus souvent, les jeunes en souffrent, alors que la première crise de pancréatite survient avant l'âge de 20 ans (plus de 80%).

La fibrose kystique (polykystique) est une maladie du pancréas caractérisée par diverses manifestations cliniques et une association fréquente avec des maladies pulmonaires. Cette pathologie est héritée de manière autosomique récessive et se manifeste par une violation de la sécrétion de chlorures due à un défaut du gène codant pour la protéine des canaux de chlore (régulateur de transfert transmembranaire). La perturbation du fonctionnement de cette protéine réduit considérablement la sécrétion de chlorures et de bicarbonates dans le pancréas, les intestins et d'autres organes. Cela conduit à une obstruction des canaux pancréatiques avec la sécrétion et des cellules mortes et, finalement, à l'insuffisance de la fonction pancréatique exocrine. Cependant, chez la plupart des patients atteints de fibrose kystique, la fonction endocrinienne de la glande est préservée. La nécrose des cellules des canaux et des cellules centroacineuses se propage progressivement à travers l'acinus, entraînant la formation de kystes pancréatiques. Avec la polycystose, la concentration d'enzymes et de bicarbonates dans la sécrétion de la glande est réduite et, par conséquent, la déficience de la fonction exocrine, la stéatorrhée, se développe.

La cause de la douleur dans la pancréatite chronique n'est toujours pas claire. Les fibres nerveuses afférentes conduisent les impulsions de la glande au plexus cœliaque, à partir desquelles les nerfs splanches droit et gauche conduisent les impulsions aux ganglions sympathiques paravertébraux correspondants. L'un des mécanismes de la douleur peut être une augmentation de la pression intracanalaire. Dans certains cas, la douleur diminue après la réduction chirurgicale ou après l’installation d’un stent à la place du rétrécissement (tube en plastique placé dans le canal pancréatique principal pour améliorer le drainage). Les lésions inflammatoires de la membrane nerveuse du pancréas, avec ou sans rupture de tissu, sont au cœur d’un autre mécanisme d’apparition de la douleur. La douleur dans la pancréatite chronique est généralement sourde et douloureuse. Il rayonne dans le dos et dure en général plusieurs jours à plusieurs semaines.

Les symptômes de malabsorption sont observés avec une diminution de plus de 90% de la fonction des glandes exocrines. La malabsorption des graisses et la stéatorrhée précèdent la malabsorption des protéines et la créorrhée. L’absorption insuffisante de glucides est rarement un problème clinique car elle ne se produit que lorsqu’une inhibition presque complète de la sécrétion d’enzymes pancréatiques.

Contrairement aux patients atteints du syndrome de malabsorption en raison de la pathologie de l'intestin grêle, les patients présentant une malabsorption due à une insuffisance pancréatique chronique ont une petite quantité de selles, l'absorption d'eau et d'électrolytes étant généralement préservée. La malabsorption des glucides est absente ou légèrement prononcée, une carence en vitamines, en fer et en calcium se développe rarement. Cependant, dans la pancréatite chronique, une carence en vitamine Biz peut survenir, car des protéases pancréatiques sont nécessaires pour décomposer le complexe de vitamine Bia et de protéine R. Seulement après cette vitamine B,. se lie au facteur Castle et peut être absorbé.
<< Précédent Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

Pancréatite chronique

  1. PANCRÉATITE CHRONIQUE
    La pancréatite chronique est une maladie inflammatoire chronique progressive du pancréas, qui se manifeste par un processus inflammatoire et dégénératif chronique du tissu glandulaire, qui se traduit par le développement d'une sclérose organique avec perte de ses fonctions exocratique et endocrinienne. ETIOLOGIE ET ​​PATHOGENESE La pancréatite chronique est une maladie polyétiologique. Pancréatite aiguë peut
  2. 70. PANCREATITE CHRONIQUE
    la base de la maladie est le développement d'un processus inflammatoire-sclérotique conduisant à une diminution progressive des fonctions de la sécrétion externe et interne; il y a une compaction du parenchyme pancréatique (induction) due à la prolifération du tissu conjonctif, à l'apparition de cicatrices fibreuses, de pseudokystes et de calcifications. Classification • Pancréatite calcifiante chronique • Obstructive chronique
  3. Pancréatite chronique chez les enfants
    Code de protocole: 07-075в Profil: pédiatrique Stade: hôpital But du stade: 1. réalisation de la rémission clinique et en laboratoire; 2. soulagement de la douleur, des syndromes dyspeptiques et diarrhéiques; 3. normalisation du niveau des enzymes sanguines et urinaires. Durée du traitement (jours): 14 Codes CIM: K86.0 Pancréatite chronique d'origine alcoolique K86.1 Autres pancréatites chroniques K86.2 Kyste du pancréas
  4. Pancréatite chronique (chiffres K 86.0; K 86.1)
    La définition Pancréatite chronique - lésion du pancréas, dont les signes morphologiques caractéristiques sont une récidive d'inflammation avec lésion du tissu glandulaire, son aboutissement sous la forme d'une atrophie d'éléments glandulaires et son remplacement par du tissu conjonctif; équivalents cliniques - le développement de la défaillance d'organe exocrine et intrasécrétoire. Statistiques Fréquence aiguë
  5. Pancréatite chronique
    PANCRÉATITE CHRONIQUE (PC) - une maladie inflammatoire-dystrophique du tissu glandulaire du pancréas dont la perméabilité des conduits est altérée. la dernière étape est la sclérose du parenchyme organique avec la perte de ses fonctions exocrines et endocriniennes. La CP est une maladie progressive et chronique du pancréas. Dans la phase initiale de la maladie, les phénomènes d'oedème prédominent,
  6. Pancréatite chronique
    La pancréatite chronique est une maladie inflammatoire progressive caractérisée par une sclérose croissante (remplacement du tissu glandulaire par du tissu conjonctif) et une destruction progressive, segmentale ou diffuse de tissu exocrine. Classification. 1. Par origine: primaire et secondaire. 2. sous la forme de: 1) récurrent; 2) avec une douleur constante; 3) latent. 3. par
  7. Nutrition pour la pancréatite chronique
    La pancréatite chronique survient le plus souvent après une infection aiguë, mais elle peut aussi être primaire, par exemple chez les patients atteints de cirrhose du foie, d'hépatite chronique, de maladies du duodénum, ​​de calculs dans les canaux biliaires, parfois accompagnés d'athérosclérose et de malnutrition chez les alcooliques, de maladies allergiques, etc. La principale chose dans le traitement de la pancréatite chronique est un construit correctement
  8. 5.6 PANCRÉATITE CHRONIQUE (HP)
    Les objectifs du traitement pendant la période d'exacerbation sévère de la PC: 1. Soulager la douleur 2. Suppression de la sécrétion pancréatique 3. Suppression de l'activité des enzymes pancréatiques 4. Traitement anti-inflammatoire 5. Réduction de l'hypertension dans le canal pancréatique 6. Lutte contre l'intoxication, la déshydratation, les troubles électrolytiques, l'insuffisance vasculaire
  9. PANCRÉATITE AIGUË
    Clinique La pancréatite aiguë est une inflammation du pancréas qui repose sur une violation de sa fonction enzymatique. Il est provoqué par un alcoolisme chronique, des maladies chroniques de la cavité abdominale, des infections, des intoxications. Douleurs abdominales aiguës avec rayonnement à la région épigastrique, dos, nausées, vomissements, fièvre, tachycardie sont caractéristiques. Parfois, ils se développent dans ce contexte
  10. Pancréatite aiguë
    La pancréatite aiguë est une inflammation aiguë du pancréas. ETIOLOGIE ET ​​PATHOGENÈSE Causes de la pancréatite aiguë: abus d'alcool et d'aliments épicés ou gras; Disease maladie de calculs biliaires; Injury lésion pancréatique; Strict rétrécissements non traumatiques des canaux pancréatiques; Maladies du duodénum (ulcère, duodénostase). La pancréatite destructive aiguë est essentiellement aseptique
  11. Inflammation pancréatique (pancréatite)
    La pancréatite est une maladie polyétiologique du pancréas qui résulte de l'autodestruction des tissus par ses enzymes protéolytiques lipolytiques et activées. Des modifications inflammatoires du pancréas surviennent en réponse à la nécrose de ses tissus. Il existe des pancréatites aiguës et chroniques, en plus de la pancréatite réactive, qui représente
  12. Pancréatite aiguë
    1. Décrire la physiopathologie de la pancréatite. Le pancréas exocrine produit plusieurs enzymes digestives nécessaires à la dégradation des protéines, des graisses et des polysaccharides. Ces enzymes sont synthétisées sous une forme de proenzyme inactive et ne sont activées qu’après la sécrétion dans l’intestin grêle. Avec la pancréatite, une activation prématurée des enzymes est observée dans la glande elle-même et non dans l’intestin en raison de:
  13. PANCRÉATITE AIGUË
    Au cours des dernières années, la mortalité par pancréatite aiguë a considérablement diminué, ce qui est associé à une augmentation des options de traitement. Le pronostic de la pancréatite aiguë dépend directement du stade de la maladie. Dans la première étape - le taux de mortalité le plus bas (1-3%), et dans la troisième atteint 80-100% [Khartig V., 1982]. Ainsi, plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic. Changements physiopathologiques.
  14. Pancréatite
    La pancréatite est une inflammation du pancréas, une maladie polyétiologique dont les causes peuvent être divisées en 3 groupes - mécanique - dyskinésie biliaire; neurohumoral - troubles du métabolisme des graisses; effets toxico-allergiques - maladies infectieuses, en particulier infections virales, réactions allergiques, troubles du système immunitaire. Les symptômes Épuisement et volumétrie
  15. Nutrition pour la pancréatite aiguë
    Le pancréas joue un rôle important dans la vie humaine. Il produit et sécrète du jus actif dans la lumière duodénale, dont les substances décomposent les composants des aliments - protéines, lipides, glucides - en composés simples, qui sont ensuite absorbés par la muqueuse intestinale, pénètrent dans le sang, sont capturés par les cellules des organes participant au métabolisme cellulaire,
  16. Pancréatite aiguë
    La pancréatite aiguë est une lésion inflammatoire aiguë du pancréas caractérisée par une autolyse (due à l'activation de ses propres enzymes) et une dystrophie des glandes. Étiologie: 1) lésion du parenchyme pancréatique; 2) troubles obstructifs dans les malformations congénitales du pancréas; 3) causes dysmetaboliques; 4) troubles circulatoires aigus; 5) toxique et
  17. PANCRÉATITE AIGUË
    La pancréatite aiguë est une maladie polyétiologique aiguë du pancréas de nature inflammatoire et dégénérative. Il survient chez les enfants de tous les groupes d'âge, mais plus souvent à l'âge de 11-14 ans. Dans l’étiologie de la pancréatite aiguë chez l’enfant, les facteurs nutritionnels (violation du régime alimentaire, consommation excessive d’aliments riches en glucides,
  18. Pancréatite aiguë
    Par pancréatite aiguë, on entend un processus inflammatoire aigu du pancréas de nature enzymatique avec le développement d'une nécrose pancréatique, accompagné d'une intoxication croissante par le système endogène. Les principales causes sont la maladie de calculs biliaires, la consommation d’alcool, les traumatismes. L'obésité est le facteur prédisposant. Allouer: 1. La forme oedémateuse de la pancréatite aiguë. 2. Nécrose pancréatique hémorragique.
  19. Pancréatite aiguë
    Par pancréatite aiguë, on entend un processus inflammatoire aigu dans le pancréas de nature enzymatique avec le développement d'une nécrose pancréatique, accompagné d'une augmentation de l'intoxication endogène. Les principales causes sont la maladie de calculs biliaires, la consommation d’alcool, les traumatismes. L'obésité est le facteur prédisposant. On distingue les formes suivantes de pancréatite aiguë: = forme œdémateuse; = hémorragique
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com