Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Otolaryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Toxicomanie


DÉPENDANCE SUR HASHISH ET MARIHUANA Cause
Fumer quotidiennement du haschisch ou de la marijuana pendant 1 à 2 mois ou plus.

Après 1 à 2 mois de tabagisme quotidien de haschisch et de marijuana pendant 3 à 5 jours, il se manifeste une asthénie marquée, une somnolence, des troubles végétatifs modérés (hypertension artérielle, rythme cardiaque rapide, malaise cardiaque, maux de tête). Si la consommation quotidienne de haschisch et de marijuana a duré de 3 à 6 mois, les symptômes de dépendance deviennent plus évidents, au lieu de la somnolence, l'insomnie se produit.
Une consommation prolongée de haschisch ou de marijuana entraîne une dépendance mentale aux drogues.
Les signes de dépendance mentale à leur égard sont la léthargie, la somnolence, le désir d’augmenter la dose, de fumer des drogues plus fortes.
Premiers secours
Devrait consulter un médecin. L'automédication n'est possible qu'avec le ferme désir d'arrêter de consommer de la drogue et se traduit par la cessation du tabagisme.
DÉPENDANCE À L'HÉROÏNE ET AUX OPIATS
Raison
La prise de drogues deux ou trois fois (si une personne y est sensible) ou régulièrement pendant une à deux semaines entraîne une dépendance persistante.
Les symptômes
Une personne qui a consommé de l'héroïne pour la première fois ne se sent pas bien avec de graves maux de tête et des vomissements. Si l'héroïne est utilisée régulièrement, il se produit des diarrhées, des douleurs à l'estomac fréquentes, des crampes musculaires mineures, une perte d'appétit et une diminution de l'immunité. De nombreux toxicomanes à l'héroïne et aux opiacés souffrent de dystrophie parce qu'ils n'ont pas faim et que la douleur liée à la constipation est trop forte. Les symptômes externes de la consommation de drogues sont des pupilles contractées, dont la taille ne change pas en fonction de la lumière. L'utilisation de toute quantité d'héroïne provoque une diminution de la température corporelle, une apnée et une arythmie cardiaque.
Après 8 à 12 heures après la consommation de drogues, le corps commence à ressentir une gêne, nécessitant davantage de drogues. Les symptômes comprennent: nez qui coule, larmoiement et bave, transpiration excessive, tremblements sur tout le corps, irritabilité extrême, incapacité à maîtriser ses émotions, dilatation de la pupille, vision réduite, manque d’appétit, vomissements, hypertension artérielle, palpitations, douleurs osseuses et les articulations.

Premiers secours
L'auto-traitement n'est pas possible, vous devriez consulter un médecin.
DÉPENDANCE À LA COCAINE ET AU CREAK
Raison

L'usage quotidien de cocaïne ou de crack entraîne le développement d'une dépendance. Des signes de dépendance apparaissent après quelques semaines d'utilisation quotidienne.
Les symptômes
L'attirance constante pour le médicament, la croissance de la résistance du corps, nécessite une augmentation constante de la dose, ainsi que des troubles mentaux et somatiques de divers types. Au fur et à mesure que la maladie progresse, l'effet euphorique disparaît complètement, mais un inconfort apparaît si vous ne prenez pas le médicament à temps. Périodiquement, il peut y avoir des accès de colère dirigés contre eux-mêmes et envers les autres, une dépression, un désintérêt pour tout, une activation trompeuse des capacités créatrices, qui est ensuite remplacée par une réticence à faire quoi que ce soit ou une agitation, une peur. La fonction sexuelle est affaiblie, la capacité de se concentrer sur quelque chose est perdue.
Premiers secours
L'auto-traitement n'est pas possible, vous devriez consulter un médecin.
DÉPENDANCE À L'ÉGARD DU LSD ET D'AUTRES DROGUES HALLUCINOGÉNIQUES
Raison
Usage régulier de drogue.
Les symptômes
Nausée, vertiges, battement de coeur rapide, état de psychose aiguë, dépression, expériences mentales profondes avec lesquelles la personne elle-même ne peut pas faire face. L'utilisation constante de tels médicaments provoque de graves violations de la biochimie du cerveau, ce qui conduit au développement de la schizophrénie et encourage le suicide.
Premiers secours
L'auto-traitement n'est pas possible, vous devriez consulter un médecin.
DÉPENDANCE À L'EKSTESI ET AUX AUTRES DROGUES SYNTHÉTIQUES
Raison
Usage régulier de drogue.
Les symptômes
Bouche sèche, grincements de dents gratuits, transpiration, nausée, contractions oculaires. Immédiatement après la réception, la personne ressent une sensation de relaxation profonde, d'euphorie, de bien-être complet et de bonheur, sa tension artérielle et son pouls augmentent. La dépendance à l’ecstasy et à d’autres drogues synthétiques provoque de profonds changements dans le cerveau, perturbe le processus de mémorisation, détruit le foie, les reins, provoque une insuffisance cardiovasculaire, conduit à
troubles mentaux.
Premiers secours
L'auto-traitement n'est pas possible, vous devriez consulter un médecin.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Toxicomanie

  1. Question 17. Types de toxicomanie
    Un médicament est un composé chimique qui affecte le fonctionnement du corps. L'abus de drogues est leur utilisation d'une manière médicalement et socialement inacceptable ou acceptable, mais inappropriée. Les toxicomanes à l’opium Les dérivés de l’opium, ou opiacés, ont un effet analgésique et, en éliminant le sentiment de peur, procurent un sentiment de calme et de sérénité.
  2. Comment comprendre l'expression "dépendre de la dépendance d'autrui"?
    Je suis absolument sûr que mon conjoint dépend de moi. Et j'aimerais qu'elle soit moins dépendante de moi. Une personne accro à la dépendance d'autrui est celle qui fait tout son possible pour être aimé, qui se sent souvent coupable, parce qu'elle se considère responsable du bonheur d'autrui. Sa position dans la vie, par exemple, est la suivante: «Je vous donne tout ce dont vous avez besoin.
  3. Analgésiques narcotiques
    Une surdose d'analgésiques narcotiques entraîne des manifestations cliniques typiques. La conscience est inhibée, la fonction respiratoire est altérée, les patients ont des pupilles ponctuelles. Une hypothermie, une hypotension, une faiblesse des muscles des extrémités et des muscles masticateurs sont également possibles. L'introduction de très grandes doses de médicaments s'accompagne de convulsions et d'un œdème pulmonaire. Traitement. Activités principales
  4. Drogues et analgésiques narcotiques
    Les analgésiques narcotiques du groupe de l’opium (opium, morphine, pantopon, dionine, codéine) ont un effet psychotrope (narcotique) et neurotoxique. L'empoisonnement aigu avec ces agents se manifeste immédiatement ou après 20 minutes à 1 heure, selon la voie d'administration (intraveineuse, sous-cutanée, orale). Dose létale de morphine pour un adulte - 0,2 à 0,5 g. En cas d'intoxication par la morphine après une courte période
  5. Dépendance pathologique à l'alcool et aux stupéfiants
    Les drogues psychotropes qui développent une dépendance pathologique comprennent l'alcool, les médicaments sur ordonnance (par exemple, le diazépam), les drogues illicites (par exemple, la cocaïne). Le comportement, qui entraîne une dépendance aux drogues psychotropes, peut être dû à l'influence de l'environnement, de la société et de l'hérédité. Le besoin de drogue
  6. Empoisonnement des analgésiques narcotiques
    Les antalgiques narcotiques: opium, omnopon, morphine, codéine, éthyl morphine, héroïne, promedol, méthadone, fentanyl, tramadol, etc. structure similaire au fentanyl). L’empoisonnement avec des analgésiques narcotiques peut être accidentel ou
  7. Stupéfiants
    Ether - Odeur particulière incolore, combustible, volatile. Son inconvénient est qu’il est explosif dans un mélange avec de l’oxygène, provoque une phase d’excitation, un réveil long et désagréable Vérifiez la propreté: après évaporation, il ne reste ni tache ni odeur - l’oxyde nitreux - (gaz hilarant) est incolore, ne brûle pas Ne donne pas l'excitation. L'inconvénient est faible, avec une concentration de 80% ou plus, cela crée un risque d'étouffement. Utilisé avec
  8. Substances volatiles d'action narcotique
    Contenus dans les produits chimiques ménagers: colorants, solvants, adhésifs, essence. En eux-mêmes, LVDI ne fait pas référence aux médicaments. Un effet intoxicant est possible si la quantité de substance entrant dans le corps est très importante. Habituellement, les adolescents ont recours à LVND. Signes d'intoxication: 1. Cela ressemble à une intoxication à l'alcool. 2. Habituellement, les adolescents se comportent sous l'action de LVND
  9. Responsabilité pénale du personnel militaire pour violation des règles relatives à la manipulation de stupéfiants
    Le Code pénal de la Fédération de Russie en vigueur érige en infraction pénale les infractions suivantes contre la santé publique et la moralité publique: Article 228. Acquisition, stockage, transport, fabrication, fabrication et transformation illicites de stupéfiants, de substances psychotropes ou de leurs analogues. 1. Acquisition, stockage, transport, fabrication, transformation illicites sans finalité
  10. Stupéfiants, signes et effets de leur consommation
    Stupéfiants, signes et leurs effets
  11. Toxicomanie
    Cause La toxicomanie peut entraîner non seulement des drogues à activité psychotrope (analgésiques narcotiques, psychostimulants, tranquillisants), mais également d’autres drogues prises régulièrement. Le fondement de cette dépendance est la capacité de nombreuses drogues à changer l’état mental d’une personne, à influencer son humeur, à réduire son anxiété, sa peur,
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com