Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

SYPHILIS DU SYSTÈME NERVEUX

Des dommages au système nerveux peuvent être observés pendant toute période de syphilis et se manifester sous diverses formes cliniques. Lors de l'examen de 676 patients atteints de neurosyphilis, Merrit Adams et Solomon (1967) ont révélé les formes cliniques suivantes: syphilis asymptomatique (31%), moelle épinière (30%), paralysie progressive (12%), taboparalyse (3%), syphilis vasculaire (10% ), syphilis méningée (6%), syphilis vertébrale et lésions du nerf optique (5%), lésions du nerf auditif (1%), formes mixtes de neurosyphilis (1%).

Le développement ou le développement de la neurosyphilis est facilité par l'absence ou le traitement insuffisant des formes précoces de syphilis, des herbes (en particulier craniocérébrales), une détresse mentale sévère, une fatigue mentale prolongée, une intoxication, des infections concomitantes chroniques et une altération du statut immunitaire, y compris l'infection par le VIH.

La base pathologique de la neurosyphilis peut être une inflammation exsudative proliférative, observée principalement dans la période primaire et secondaire de la syphilis, une inflammation productive sous la forme d'une infiltration gommeuse diffuse ou limitée ou d'une lésion gommeuse des parois des vaisseaux (dans la période tertiaire de la syphilis). Pour les lésions tardives, les modifications principalement dégénératives du parenchyme nerveux sont caractéristiques.

La nature des symptômes neurologiques est due à la lésion prédominante de diverses structures du cerveau: ses membranes, vaisseaux sanguins, parenchyme. Actuellement, prédominent les patients atteints de formes effacées et peu symptomatiques de neurosyphilis.

La neurosyphilis est généralement divisée en formes précoces et tardives. Une telle division est basée sur la nature des changements pathomorphologiques du système nerveux et ne coïncide pas chronologiquement avec la périodisation habituelle de la syphilis. Une syphilis précoce (mésenchymateuse) du système nerveux est détectée au cours des 5 premières années de la maladie (principalement au cours des 2 à 3 premières années), tardive (parenchymateuse) - au plus tôt 6 à 8 ans après l'infection.

Les formes cliniques de neurosyphilis suivantes sont distinguées: méningite syphilitique (asymptomatique, aiguë et chronique), lithite de méningomie syphilitique, gencive cérébrale, formes vasculaires de névrose filis, moelle épinière, paralysie progressive.

La méningite asymptomatique se produit sans symptômes cliniques prononcés, mais avec des changements dans le liquide céphalo-rachidien. Cette condition est observée chez les patients non traités atteints de syphilis séronégative primaire dans 0,1 à 6% des cas; séropositif primaire - dans 8 à 31,8%; secondaire frais dans 20–65,1%; récidive secondaire - dans 41–73,1%; frais au début - dans 50–57,5%. Les changements dans le liquide céphalorachidien sont caractérisés par une augmentation de la pression, parfois une légère xanthochromie, une augmentation de la quantité de protéines et de la cytose avec une prédominance de lymphocytes et des réactions sérologiques positives. La maladie se déroule généralement sans symptômes cliniques; seuls certains patients présentent un syndrome méningé léger: maux de tête, faiblesse, insomnie, hallucinatoires, état délirant. Souvent, la paralysie des nerfs crâniens (auditif, oculomoteur, abduction, facial) est rarement observée. La neurosyphilis asymptomatique a une évolution favorable et, chez la plupart des patients, elle disparaît spontanément ou sous l'influence d'une thérapie spécifique. Ce n'est que dans 5 à 10% des cas qu'elle passe à la syphilis méningovasculaire tardive, à la moelle épinière ou à la paralysie progressive. Chez 10% des patients atteints de neurosyphilis asymptomatique, des lésions syphilitiques d'autres organes, en particulier du système cardiovasculaire, sont notées.

La méningite syphilitique aiguë survient le plus souvent au cours de la période secondaire récurrente de syphilis au cours de la première année de la maladie. Dans 10% des cas, elle est associée à l'apparition d'une syphilis secondaire sur la peau et les muqueuses. Les lésions des méninges sont diffuses: microscopiquement, elles sont légèrement gonflées et hyperémiques. Le processus inflammatoire s'étend souvent aux membranes recouvrant les racines des nerfs du cou, ainsi qu'aux plexus vasculaires des ventricules. Histologiquement, une vasodilatation et une infiltration diffuse des lymphocytes et des plasmocytes sont détectées.

La maladie commence par une augmentation de la température corporelle et des maux de tête, aggravés la nuit, vertiges, nausées, vomissements, acouphènes, photophobie. Une tension modérée derrière les muscles du dos et un symptôme de Kernig positif sont notés. Divers réflexes pathologiques, hyperémie du fond d'œil et œdème des disques du nerf optique sont enregistrés. Le liquide céphalorachidien est clair ou légèrement trouble, une xanthochromie moins importante est observée, la quantité de protéines est augmentée à 1,2% et la cytose est de (200 ... 400) 106 / l à 109 / l. La globuline et les réactions sérologiques dans l'alcool sont positives. Au milieu de la maladie, une surdité peut survenir, des troubles vasculaires, des accidents vasculaires cérébraux avec crises épileptiformes, parésie et paralysie des nerfs crâniens: facial, oculomoteur, abduction, jonction. Le pronostic est favorable: lors de l'initiation d'une thérapie spécifique, il conduit rapidement à une cicatrisation, sans, en règle générale, laisser de changements persistants.

La méningite syphilitique chronique (méningite basale, méningonévrite syphilitique) est plus courante que la méningite aiguë. Se produit au plus tôt à travers

2 ans après l'infection, le plus souvent après 5 ans. Le processus pathologique est limité et localisé le plus souvent dans les membranes de la base du cerveau. La base anatomique pathologique est l'infiltration diffuse et la formation de petits foyers gommeux, situés principalement autour des vaisseaux.

Le tableau clinique de cette forme de neurosyphilis est composé de symptômes de méningite et de névrite ou de névrite des nerfs crâniens affectés. Les symptômes de la méningite sont détectés sous forme de maux de tête, aggravés la nuit et parfois accompagnés de nausées et de vomissements. La rigidité des muscles occipitaux est faible ou absente. Les dommages aux nerfs crâniens sont caractéristiques. Le nerf oculomoteur souffre souvent d'un ou des deux côtés. Cela commence par une ptose de la paupière, puis les lésions des muscles externes et internes de l'œil se rejoignent. Des dommages aux nerfs abducents et bloquants peuvent également se rejoindre. Souvent, le nerf auditif est impliqué dans le processus, ce qui entraîne des dommages auditifs, et le nerf trijumeau, qui est principalement affecté par des douleurs névralgiques au visage, des paresthésies ou une diminution de la sensibilité. Avec des dommages aux nerfs optiques, une névrite peut se développer avec une atrophie ultérieure, conduisant à une diminution de l'acuité visuelle jusqu'à la cécité.

Lorsque le processus est localisé dans les membranes et sur la surface convexe du cerveau, des crises d'épilepsie peuvent être observées. Si le processus va aux parties adjacentes du cortex cérébral, alors il y a une diminution de la mémoire, une diminution de l'activité intellectuelle, une mono ou une hémiparésie, une aphasie motrice et sensorielle, une aséréognosie et d'autres troubles radiculaires.

La méningomyélite syphilitique est rare (chez 1% des patients atteints de syphilis non traitée). Elle se caractérise par une inflammation limitée des méninges et de la moelle épinière. Les symptômes de la maladie peuvent apparaître plusieurs mois ou années après l'infection (le plus souvent entre 5 et 30 ans de maladie). Les hommes sont malades 4 fois plus souvent que les femmes. La maladie commence généralement subaiguë, avec l'apparition de douleurs radiculaires et de paresthésies. Par la suite, les patients développent un syndrome de lésion médullaire transverse - paraplégie inférieure spastique avec réflexes pathologiques et type de trouble conducteur de la sensibilité, altération de la fonction des organes pelviens. Une augmentation de la quantité de protéines et d'éléments cellulaires (pléocytose) est détectée dans le liquide céphalorachidien. Les réactions sérologiques à la syphilis sont positives. La méningomyélite syphilitique ne répond pas bien à un traitement spécifique; une récupération partielle ne peut se produire qu'avec un traitement commencé tôt. Dans les cas avancés, le processus peut entraîner une paralysie persistante et un dysfonctionnement des organes pelviens.

Les gommes solitaires du cerveau et de la moelle épinière sont rares. Initialement, ils apparaissent dans les méninges molles, sont situés superficiellement, mais peuvent ensuite se développer profondément dans le tissu cérébral, provoquant une compression et une décomposition des éléments nerveux.

Les gommes du cerveau sont localisées soit à la surface convexe des hémisphères, soit à la base du cerveau. Se produisent cliniquement avec des symptômes d'une tumeur au cerveau. En se développant subaiguës, ils provoquent une variété de symptômes focaux, selon la localisation de la gencive. Il y a souvent une augmentation de la pression intracrânienne. Avec une localisation superficielle de la gencive dans les hémisphères cérébraux, dans la zone du sillon du roland, des crises d'épilepsie sont souvent observées. Dans le liquide céphalorachidien, une augmentation modérée des protéines et des éléments cellulaires est notée.

La gomme de la moelle épinière se développe également par la croissance d'infiltrats des méninges dans les tissus cérébraux.
La maladie commence par une douleur radiculaire et une paesthésie. À l'avenir, des troubles moteurs et sensoriels se produisent, ainsi qu'une altération de la fonction des organes pelviens. Après 2-3 mois, les symptômes d'une lésion transversale complète de la moelle épinière se produisent. Le diagnostic est établi sur la base de la détection du syndrome tumoral chez les patients atteints de syphilis et de réactions sérologiques positives dans le sang et le liquide céphalorachidien. Il convient de garder à l'esprit que, d'une part, dans les vraies tumeurs, une réaction de Wassermann faussement positive dans le liquide céphalorachidien peut être observée; d'autre part, chez un patient atteint de syphilis, une véritable tumeur cérébrale peut se former. Dans les cas douteux, il est souvent nécessaire de recourir à un traitement d'essai pour clarifier le diagnostic.

L'hydrocéphalie syphilitique est causée par la propagation du processus inflammatoire non seulement aux méninges, mais aussi à l'épendyme, et se caractérise par des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne. Distinguer l'hydrocéphalie aiguë et chronique. L'hydrocéphalie aiguë se manifeste par une augmentation des maux de tête, des étourdissements, des nausées, des vomissements, des troubles de l'élocution moins fréquents, des convulsions épileptiformes et de la confusion. L'hydrocéphalie chronique (latente) se manifeste par un mal de tête constant et souvent sévère. La dissociation des cellules protéiques est notée dans le liquide céphalorachidien. Les réactions sérologiques à la syphilis dans le liquide céphalorachidien et le sang sont positives. Après une ponction lombaire, l'état du patient s'améliore.

Formes vasculaires de neurosyphilis. La base pathologique de ces formes est l'endartérite, principalement des petites artères, entraînant progressivement une oblitération de la lumière vasculaire ou la formation d'une thrombose, suivie du développement d'un ramollissement de la zone du tissu cérébral alimenté par ce vaisseau. Les branches des artères cérébrales moyennes et principales du cerveau sont le plus souvent touchées. La syphilis des vaisseaux cérébraux est souvent associée à une méningite ou une méningo-encéphalite (syphilis méningovasculaire diffuse).

La neurosyphilis vasculaire survient généralement au plus tôt 2 à 3 ans après le début de la syphilis (généralement à 7 ans), les hommes sont touchés 3 fois plus souvent que les femmes. Il existe une syphilis méningovasculaire diffuse (précoce et tardive) et une syphilis des vaisseaux cérébraux. Le tableau clinique de la maladie est très polymorphe et est principalement déterminé par des lésions vasculaires. Des céphalées, des étourdissements, des lésions des nerfs crâniens, une altération de la sensibilité, une hémiparésie, des convulsions épileptiformes et une paralysie alternée sont notés. Les symptômes de la syphilis méningovasculaire ressemblent parfois à ceux des crises hypertensives. Avec des lésions diffuses, des troubles de la mémoire macroscopiques, une diminution de l'intelligence est notée. Ces premiers symptômes devraient attirer l'attention sur eux en tant que signes avant-coureurs de la thrombose. Lorsque ce dernier se produit, la perte de fonctions se développe progressivement, sur plusieurs heures et se produit beaucoup moins souvent soudainement - apoplektiformno. La nature et la gravité des symptômes focaux sont variées et dépendent de la localisation du processus. Les modifications du liquide céphalorachidien dans les formes vasculaires de la syphilis sont insignifiantes: la teneur en protéines et le nombre d'éléments cellulaires ne dépassent généralement pas la norme. La réaction de Wasserman dans le sang est généralement positive et souvent négative dans le liquide céphalorachidien. RHS et RIF dans le sang et le liquide céphalorachidien sont positifs.

La syphilis des vaisseaux cérébraux est parfois associée à d'autres formes de neurosyphilis, par exemple avec la moelle épinière, avec la syphilis viscérale. Le diagnostic est facilité par la présence de symptômes cérébraux et focaux, ainsi que par le jeune âge des patients. Parfois, la neurosyphilis vasculaire ne peut être diagnostiquée que sur la base des résultats d'un traitement antisyphilitique expérimental.

Le pronostic est généralement favorable, un traitement rapide peut non seulement éliminer les phénomènes d'endartérite, mais aussi restaurer les fonctions altérées.

Syphilis du système nerveux périphérique. Les lésions des nerfs périphériques dans la syphilis sont rares et se caractérisent par l'apparition de mononévrites, de polynévrites et de polyradiculonévrites. En règle générale, la névrite se développe sur la base d'une compression nerveuse (par exemple, ma gencive) ou à la suite de la transition du processus inflammatoire des tissus adjacents à la membrane nerveuse (névrite secondaire). Les nerfs ulnaire, sciatique et péronier sont plus souvent touchés. Dans la période secondaire de la syphilis, une névralgie spécifique des nerfs trijumeau, sciatique ou péronier et du plexus brachial peut se développer. Le tableau clinique des lésions syphilitiques des nerfs périphériques n'est pas spécifique et dépend du dysfonctionnement du nerf affecté.

Sécheresse dorsale (tabes dorsalis). La maladie est causée par des changements inflammatoires et dégénératifs qui se développent principalement dans le torse postérieur, les colonnes postérieures et les membranes de la moelle épinière. Les symptômes de la moelle épinière peuvent survenir chez les patients de 5 à 50 ans après l'infection, le plus souvent

10–25 m année de maladie. Les symptômes de la maladie de la moelle épinière se retrouvent également dans la syphilis congénitale, même chez les enfants de moins de 10 ans. Chez 12 à 15% des patients, la moelle épinière est associée à la syphilis cardiovasculaire. Il est à noter qu'à l'heure actuelle, 70 à 80% des patients atteints de sécheresse vertébrale n'ont aucune indication de syphilis précoce transférée dans le passé.

Il existe trois stades de sécheresse dorsale: neurologique, ataxique et paralytique. La maladie débute avec l'apparition de douleurs neurologiques «lancinantes» dans les jambes et les organes internes. Les douleurs paroxystiques dans les organes internes sont appelées crises, qui, selon la localisation, peuvent être rectales, gastriques, intestinales, etc. Le deuxième symptôme est une démarche ataxique peu fiable, résultant d'une diminution ou d'une perte de sensibilité articulaire tactile et surtout musculaire. . Le patient titube en marchant, surtout dans l'obscurité et les yeux fermés. Chez 70% des patients, une instabilité en position de Romberg est observée. Les réflexes du genou et du talon disparaissent et une hypotension des muscles des membres inférieurs apparaît. La miction et la défécation sont frustrantes et une faiblesse sexuelle apparaît. Les troubles pupillaires (anisocorie, myosis), symptôme positif d'Argyle-Robertson sont importants: l'absence de réaction des pupilles à la lumière tout en maintenant la réaction à la convergence. L'un des symptômes les plus graves est l'atrophie des nerfs optiques, provoquant une baisse progressive de la vision et conduisant à une cécité complète. Les troubles trophiques comprennent les ostéopathies indolores, les arthropathies, les ulcères perforants du pied, etc.

Des réactions sérologiques classiques (LCR) négatives dans le sang et le liquide céphalorachidien normal sont observées chez 25 à 50% des patients. RHI est positif dans plus de 95% des cas. Avec des changements pathologiques dans le liquide céphalo-rachidien, la quantité de protéines qu'il contient, la cytose augmente, des réactions globulines positives et la réaction de Wassermann sont notées, la réaction de Lange a le caractère d'une courbe paralytique ou d'une cicatrice «syphilitique».

Paralysie progressive (paralysie progressive). Elle peut apparaître dans les 15 à 20 et même 40 ans après l'infection, principalement chez les personnes qui n'ont pas été suffisamment traitées ou pas du tout au sujet des formes précoces de syphilis dans le passé. Au cœur de

le développement d'une paralysie progressive est une lésion de la substance cérébrale, souvent dans le cortex, le lobe antérieur, résultant de changements inflammatoires dans les petits vaisseaux, principalement les capillaires cérébraux. Le cervelet et le noyau gris central sont également parfois touchés. Des changements dégénératifs importants conduisent à une atrophie des cellules, principalement dans le cortex cérébral.

Le diagnostic de paralysie progressive est établi sur la base de l'identification des troubles mentaux chez le patient, de divers symptômes neurologiques et des données d'examen en laboratoire. Les troubles mentaux dominent le tableau clinique. Ils entraînent la désintégration complète de la personnalité, une dégradation, une démence prononcée, diverses formes de délire, des hallucinations, une cachexie.

Il est important de diagnostiquer le stade initial de la paralysie progressive, qui se caractérise par un changement soudain de la personnalité d'une personne qui se produit en pleine santé sans raison apparente. La mémoire, la parole, la partition et l'écriture du patient sont perturbées. При появлении этих симптомов необходимо исследование серологических ре акций в крови и спинномозговой жидкости, которые ока зываются положительными.

У некоторых больных возникают симптомы спинной сухотки и прогрессивного паралича одновременно (табо паралич). Следует также помнить о возможности разви тия у больных сифилисом явлений неврастении и некото рых форм психоза. Иногда у людей, не болеющих сифилисом, возникает так называемая сифилофобия, представляющая собой один из типов фиксированной психопатии.
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

СИФИЛИС НЕРВНОЙ СИСТЕМЫ

  1. Сифилис нервной системы
    Сифилис нервной системы возникает вследствие инфицирования организма бледной спирохетой. Нервная система поражается в 10 % случаев заболевания сифилисом. В настоящее время сифилис нервной системы стал редким заболеванием, отличается стертым, атипичным течением, малосимптомными и серорезистентными формами. Выделяют две формы: ранний и поздний нейросифилис, отражающие течение и патоморфологические
  2. СИФИЛИС НЕРВНОЙ СИСТЕМЫ
    Сифилис нервной системы в дореволюционной России был очень распространен. Большое значение придавали сифилитической этиологии в возникновении различных аномалий (дефектов развития у детей). В советское время в нашей стране была проведена большая борьба с этим заболеванием и уничтожен ряд причин, обусловливающих его развитие. Заболевание сифилисом связано с размножением в организме бледной
  3. Сифилис нервной системы
    Сифилис нервной системы в дореволюционной России был очень распространен. Большое значение придавали сифилитической этиологии в возникновении различных аномалий (дефектов развития у детей). В советское время в нашей стране была проведена большая борьба с этим заболеванием и уничтожен ряд причин, обусловливающих его развитие. Заболевание сифилисом связано с размножением в организме бледной
  4. ПОРАЖЕНИЕ НЕРВНОЙ СИСТЕМЫ ПРИ СИФИЛИСЕ
    Сифилис нервной системы обычно возникает у больных, не получавших противосифилитического лечения или лечившихся недостаточно. Под сифилисом нервной системы объединяют ряд заболеваний, связанных с проникновением в нервную систему бледной трепонемы и выражающихся в первичном (поздний, эктодермаль-ный, или паренхиматозный, нейросифилис) или вторичном (ранний, мезодермальный, или мезенхимный,
  5. ПОРАЖЕНИЕ НЕРВНОЙ СИСТЕМЫ ПРИ СИФИЛИСЕ
    Сифилис нервной системы обычно возникает у больных, не получавших противосифилитического лечения или лечившихся недостаточно. Под сифилисом нервной системы объединяют ряд заболеваний, связанных с проникновением в нервную систему бледной трепонемы и выражающихся в первичном (поздний, эктодермаль-ный, или паренхиматозный, нейросифилис) или вторичном (ранний, мезодермальный, или мезенхимный,
  6. Причины нервных заболеваний и основные формы нарушений нервной системы
    Внешняя среда тесно взаимодействует с человеческим организмом. Различные неблагоприятные изменения внешних условий, в частности климатических, влияние различных биологических факторов, например патологических агентов, могут отрицательно отражаться на организме человека и на его нервной системе. Имеют значение также характер питания, жилищные условия и т.п. В ряде случаев в качестве причин
  7. Maladies du système nerveux. Maladies accompagnées d'une augmentation de la pression intracrânienne. Maladie cérébrovasculaire. Infarctus cérébral. Hémorragie intracrânienne spontanée. Lésions infectieuses du système nerveux central. Maladie d'Alzheimer. Sclérose en plaques
    1. Les premiers changements dans les neurones pendant l'arrêt du flux sanguin 1. cytolyse 4. microvacuolisation 2. tigrolyse 5. rides des neurones 3. hyperchromatose 2. Les causes les plus courantes d'infarctus cérébral 1. athérosclérose sténotique 2. thromboembolie 3. vraie polycythémie 4. thrombose 5. embolie gras avec une fracture des os tubulaires 3. Un œdème cérébral de type cytotoxique se produit à 1.
  8. SYSTÈME NERVEUX NÉGATIF ​​OU SYSTÈME NERVEUX VÉGÉTATIF
    Le département autonome du système nerveux est la partie du système nerveux unique qui régule le métabolisme, le travail des organes internes, le cœur, les vaisseaux sanguins et les glandes de sécrétion externe et interne, les muscles lisses. Il convient de garder à l'esprit que le système nerveux central et en particulier sa division supérieure, le cortex, ont pour fonction de réguler toute la vie de l'organisme.
  9. ЦЕНТРАЛЬНЫЙ ОТДЕЛ НЕРВНОЙ СИСТЕМЫ, ИЛИ ЦЕНТРАЛЬНАЯ НЕРВНАЯ СИСТЕМА
    В состав центрального отдела нервной системы входят головной и спинной мозг с их ганглиями. Спинномозговые ганглии —- округлые тельца, располагающиеся вдоль спинного мозга, справа и слева от него. Лежат они вместе со спинным мозгом внутри позвоночного канала. Число ганглиев соответствует числу сегментов. Гистологически ганглии состоят из стромы и нервных клеток с их отростками. Снаружи
  10. DÉPARTEMENT NERVEUX PÉRIPHÉRIQUE OU SYSTÈME NERVEUX PÉRIPHÉRIQUE
    DÉPARTEMENT PÉRIPHÉRIQUE DU SYSTÈME NERVEUX OU NERVO PÉRIPHÉRIQUE
  11. Abstrait. «Инфекционные болезни нервной системы», 2012
    Введение Инфекционные заболевания центральной нервной системы Менингит Энцефалиты, менингоэнцефалиты, энцефаломиелиты,хорея Полиомиелит Невриты, полиневриты Сифилис нервной системы Туберкулезные поражения нервной системы НейроСПИД Вывод
  12. НЕРВНАЯ СИСТЕМА
    Главными функциями нервной системы являются управление деятельностью разных органов и аппаратов, которые составляют целостный организм, осуществление связи организма в зависимости от состояния внешней и внутренней среды. Она также координирует процессы метаболизма, кровообращения, лимфооттока, которые в свою очередь влияют на функции нервной системы. Структурно-функциональной единицей нервной
  13. Нервная система
    Функция ЦНС претерпевает определенные изменения во время беременности, что проявляется формированием в коре полушарий большого мозга гестационной доминанты, представляющей собой очаг повышенной возбудимости. Возбудимость нижележащих отделов ЦНС и нервного аппарата матки снижена, что обеспечивает ее релаксацию. Незадолго до родов их возбудимость возрастает, что создает благоприятные условия для
  14. SYSTÈME NERVEUX PÉRIPHÉRIQUE
    Le système nerveux périphérique fait partie du système nerveux. Il est situé à l'extérieur du cerveau et de la moelle épinière, assure une communication bidirectionnelle des parties centrales du système nerveux avec les organes et les systèmes du corps. Le système nerveux périphérique comprend les nerfs crâniens et rachidiens, les nœuds sensibles des nerfs crâniens et rachidiens, les nœuds (ganglions) et les nerfs du système nerveux autonome (autonome)
  15. ЦЕНТРАЛЬНАЯ НЕРВНАЯ СИСТЕМА
    К центральной нервной системе (ЦНС) относятся спинной и головной мозг, которые состоят из серого и белого вещества. Серое вещество спинного и головного мозга — это скопление нервных клеток вместе с ближайшими разветвлениями их отростков. Белое вещество — это нервные волокна, отростки нервных клеток, которые имеют миели-новую оболочку (она придает волокнам белый цвет). Нервные волокна входят в
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com