Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Otolaryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Syphilis secondaire

Des lésions de la membrane muqueuse de la cavité buccale, du pharynx et de la gorge sont très souvent observées au cours de la phase secondaire de la syphilis. Ils se produisent en association avec des syphilides sur la peau ou, en cas de rechute, de manière isolée. Les formes récurrentes revêtent une importance pratique d'autant plus grande que, sans provoquer de sensations subjectives, elles sont souvent perçues par le patient et servent souvent de source d'infection directe et indirecte.

Les syphilides secondaires se caractérisent principalement par des changements de couleur et par le relief de la membrane muqueuse. Il y a aussi une violation de son intégrité sous la forme d'érosions ou d'ulcères. Les lésions de la phase secondaire de la syphilis se distinguent par une nette délimitation des zones saines environnantes, ce qui est un élément diagnostique très précieux.

Il existe les formes suivantes de lésions des membranes muqueuses.

La syphilide maculée de membranes muqueuses (syphilis maculosa muqueuse) est une tache arrondie à surface lisse, de couleur bleuâtre à rougeâtre. Les taches ont tendance à se confondre avec la formation d'un érythème, distinctement délimité de la muqueuse saine environnante. La syphilide parfois tachetée se manifeste par des foyers d'opacités muqueuses blanc grisâtre (laiteux, opales) qui apparaissent sur le fond érythémateux. Les arcs palatins, le palais mou et les amygdales constituent la localisation la plus fréquente des taches.

L'amygdalite syphilitique érythémateuse est caractérisée par un manque de gonflement des amygdales, une bordure rougeoyante et un bien-être général normal du patient (la température corporelle n'est pas élevée, il n'y a pas de manque général, il n'y a pas de troubles subjectifs). Par ces symptômes, il diffère de l'angine de poitrine et de la pharyngite habituelles. Avec la défaite du larynx se produit la voix osipol. Sur le fond des parties érythémateuses de la membrane muqueuse, un épithélium blanchâtre est parfois noté, ressemblant à une brûlure superficielle du lapis lupus. Sinon, l'épithélium à la surface des taches est détruit et elles se transforment en érosion, ressemblant à des aphthes. La rhinite syphilitique toxique érythème est accompagnée d'une muqueuse nasale sèche, l'apparition de croûtes.

Les membranes muqueuses de la syphilide papuleuse (syphilis papulosa muqueuse) sont les plus courantes dans la syphilis secondaire, plus souvent chez les femmes. La papule syphilitique est une élévation dense et fortement limitée de la membrane muqueuse, atteignant 1 cm de diamètre, de forme ronde ou ovale, de couleur rouge foncé à violette. Les papules fraîches dépassent relativement peu du niveau de la membrane muqueuse. Ils se caractérisent moins par des modifications du relief de la membrane muqueuse que par leur couleur «opale» grisâtre-laiteuse particulière, leur très fine granularité et leur surface veloutée. En outre, elles se caractérisent par une étroite corolle rouge violet distincte à la périphérie. Les papules se développent progressivement autour de la périphérie, atteignant un diamètre de 1,5–2 cm, se fondant les unes dans les autres, formant des plaques nettement limitées de taille considérable pour les contours festonnés ou en guirlande. Par la suite, la partie centrale des papules, du fait de la macération de l'épithélium qui les recouvre, adopte la coloration opale décrite ci-dessus; la partie périphérique conserve cependant la couleur d'origine et se distingue autour de la partie centrale blanchâtre sous la forme d'un coussin rouge violacé. Ces papules caractéristiques de la syphilis secondaire ont reçu le nom généralement accepté de français «opal plaques» (plaques opalines). À l'avenir, le sort de ces plaques est différent. Ils peuvent être absorbés, acquérant parfois

forme en forme d'anneau. Dans d’autres cas, en particulier sous l’effet d’une irritation persistante due à la nourriture, au tabac, à l’alcool, ils s’érodent (syphilis papulosa erosiva mucosae) ou ulcèrent (syphilis papulosa exulceraus mucosae). En même temps, la surface des ulcères ou de l’érosion est recouverte d’une floraison gris jaunâtre, parfois avec un mélange de pus. Un trait caractéristique des papules érosives et ulcéreuses est qu’elles sont nettement délimitées de la peau saine qui les entoure par un bord d’infiltrat rouge.

La localisation préférée des papules est la langue, les coins de la bouche, la partie adjacente de la membrane muqueuse des lèvres et des joues, puis les arcades palatines et les amygdales.

À long terme, les papules se développent et prennent un caractère hypertrophique (Syphilis papulosa mucosae vegetans). Ceci est noté dans les coins de la bouche, dans les plis entre la gencive et la lèvre, sur la membrane muqueuse des joues le long de la ligne de fermeture des dents, sur les surfaces latérales de la langue. Les papules en expansion au cours d'un traumatisme sont également souvent érodées et ulcérées. Avec la localisation des papules sur la membrane muqueuse du pharynx, une amygdalite papuleuse se produit.

Les papules dans les coins de la bouche peuvent se propager à la peau.

Parfois, leur surface se recouvre de germes granulaires et de bore. Lors de l'ouverture de la bouche, la peau infiltrée et la membrane muqueuse s'étirent, entraînant la formation de fissures saignantes recouvertes de croûtes.

Les papules de la langue se trouvent le plus souvent sur le dos et sur les bords. Les processus filamenteux au dos de la langue sont soit hypertrophiés, soit (si les papules sont résorbées), ils deviennent ondulés. En conséquence, les papules apparaissent lisses, brillantes, enfoncées sous le niveau de la membrane muqueuse. Lorsque les papules sont localisées sur le bord de la langue, elles sont soumises à une irritation constante des dents,

ils sont souvent hypertrophiés et leur surface est recouverte d'un épais épithélium blanc grisâtre. Ces piscines d'AP dépassent de manière significative au-dessus de la surface de la membrane muqueuse et semblent être denses au toucher; Le bord périphérique de l'infiltrat rouge violacé devient alors indiscernable. Le diagnostic de telles papules dans une lésion isolée est difficile, le diagnostic est généralement posé sur la base de réactions sérologiques positives. Les papules à la racine peuvent devenir végétatives.

Les papules en expansion et de longue date peuvent être accompagnées de divers phénomènes inflammatoires. Le tableau clinique acquiert le caractère de stomatite ordinaire, ce qui rend le diagnostic difficile.

Les troubles subjectifs de la localisation de la syphilide papuleuse dans la bouche peuvent être différents. Les papules non ulcéreuses des amygdales et du palais mou ne provoquent qu'une sensation de gêne lors de la déglutition. Les papules érosives et ulcérées du même endroit provoquent une douleur importante.

Diagnostic différentiel. Différentes formes de maux de gorge, la diphtérie du pharynx, le mal de gorge de Plauta-Vincent se caractérisent par une douleur intense lors de la déglutition, un début aigu, une température corporelle élevée et des phénomènes inflammatoires aigus.

Plan du lichen rouge. Dans cette maladie, les muqueuses de la cavité buccale (joues, langue, gencives, lèvres) sont généralement atteintes simultanément avec des éruptions cutanées sur la peau, elles sont rarement isolées. Dans la cavité buccale, l’érythème lichen plat et rouge se situe le plus souvent sur la membrane muqueuse des joues, en particulier le long de la ligne de fermeture des dents ou à l’arrière de la langue. Sur la membrane muqueuse des joues apparaissent petites, de la taille d'une tête d'épingle, des nodules de couleur blanche, qui, se confondant, forment une grille d'une couleur blanche particulière. Avec des lésions muqueuses

la coquille de la langue est caractérisée par une éruption de papules blanches, fusionnant et formant de petites plaques. Sur le bord rouge des lèvres (le plus souvent le plus bas), un fond blanc grisâtre apparaît sur le fond de plaques de couleur violette qui ne se propagent pas à la peau environnante. Dans les cas douteux, le diagnostic différentiel est facilité par la détection de papules typiques du lichen plan sur la peau, par l'absence de signes de syphilis et par des réactions sérologiques négatives.

Zayed Impétigo streptococcique, localisé dans les coins de la bouche, où se forment de petites érosions (unilatéralement ou bilatéralement), au centre duquel ne se révèle pas une fissure profonde. Des croûtes jaune miel sont souvent observées aux coins de la bouche. Des papules syphilitiques sont également localisées à ces endroits, mais elles s’étendent généralement aussi à la coquille adjacente des joues, ce qui n’est pas le cas lorsqu’elles sont coincées. En outre, pour zaedy pas caractérisé par l'élévation et le compactage des bords des fissures.

Candidose des muqueuses.
La candidose persistante de la muqueuse buccale, l’un des premiers symptômes de l’infection par le VIH, nécessite un diagnostic différentiel avec la syphilis. La candidose de la muqueuse buccale commence par l’apparition sur l’arrière-plan d’une plaque blanche ressemblant à une miette, ressemblant à de la semoule. Une pellicule blanche continue se forme progressivement et s’enlève facilement. Elle devient ensuite sale, grise ou jaunâtre, et est fermement retenue dans la zone touchée (après sa disparition, il reste une érosion hémorragique). La langue est le plus souvent touchée, mais le processus peut s'étendre à toutes les parties de la muqueuse buccale. Il est également possible l'apparition d'une dose de candi des coins de la bouche (bouchons), qui est une érosion entourée par le "collier" de la couche cornée gonflée. Le diagnostic doit être confirmé par des études microscopiques et culturelles.

Leucoplasie - modification de la muqueuse buccale due à une hyperkératose épithéliale. Il survient dans le contexte d'irritations locales à long terme de la membrane muqueuse (tabagisme, alcool, dentiers, etc.). Elle se caractérise par un relief accentué et une modification de la couleur de la membrane muqueuse. La couleur des foyers est gris bleuâtre, parfois les foyers brillent. Leur surface est sèche, recouverte de sillons qui se croisent, mais elle n’a pas un grain fin et velouté, ce qui est observé dans la syphilis. La leucoplasie, contrairement à la sève des papules, n’a pas une forme bien ronde, mais des contours irréguliers. Il manque également le coussin rouge-violet non filtré caractéristique des papules. La leucoplasie n’est pas présente sur les amygdales, la langue et les bras, lieux privilégiés pour la localisation des papules syphilitiques. Malgré les différences susmentionnées, il est recommandé dans chaque cas d’effectuer une étude sérologique sur la leucoplasie, car tout porte à croire qu’une infection syphilitique peut provoquer le développement de la leucoplasie.

Leucoplasie "velue" de la muqueuse buccale.

C'est une maladie particulière qui n'est décrite que chez les personnes infectées par le VIH. Cliniquement, cette leucoplasie est un épaississement de la membrane muqueuse blanche aux limites floues. Les lésions ont une surface inégale, ridée ("ondulée") en raison des excroissances filamenteuses de l'épithélium de la membrane muqueuse, qui est recouverte de poils (d'où le terme "poilu"). Les excroissances ont des tailles comprises entre quelques millimètres et 3 cm, le lieu de localisation le plus typique étant la zone marginale de la langue, moins souvent le processus occupe toute sa surface et s’étend jusqu’à la membrane muqueuse des joues.

Stomatite aphteuse chronique chez l'adulte. La maladie dure plusieurs années et se caractérise par des éruptions cutanées répétées sur la muqueuse buccale. La afta commence par une vésicule qui se transforme rapidement en un défaut de surface de la membrane muqueuse. À la hauteur du développement, l'arrière est un défaut superficiel d'épithélium rond ou ovale avec une surface plate ou en forme de soucoupe. Le fond du défaut est recouvert d'un revêtement blanc jaunâtre (couleur du beurre). Les éléments aphteux sont situés à l'arrière-plan d'une membrane muqueuse oedémateuse et rougie, et la rougeur a un contour vague. Ainsi, la couleur du défaut (jaunâtre, plutôt que blanc grisâtre) et la nature de la corolle (vague, non nettement limitée) permettent de distinguer les aphthés des papules syphilitiques. Il faut également garder à l’esprit que les aphthes ont une douleur importante.

Lupus érythémateux discoïde et disséminé.

Lorsque localisées sur la bordure rouge, des zones légèrement infiltrées et fortement délimitées sont formées, colorées en rouge-violet et recouvertes d'un petit nombre d'écailles à peine enlevées; Un bord blanc grisâtre est marqué aux sites des foyers de lésion sur la muqueuse. Puis, à partir de la partie centrale, une atrophie cicatricielle se développe. Sur la membrane muqueuse des joues et des lèvres, la maladie se caractérise par l'apparition de taches rose-rouge limitées, dont la partie centrale devient progressivement blanc-rose. Parfois, une érosion ou une cicatrice atrophique blanche se forme dans la partie centrale. Chez les patients présentant des lésions des muqueuses, on observe généralement des éruptions cutanées typiques.

Le langage géographique (glossite migratrice bénigne) est une lésion inflammatoire bénigne d'étiologie peu claire (probablement due à des facteurs génétiques). De nombreuses taches rouges et lisses apparaissent à l'arrière de la langue, entourées d'une petite bordure imposante jaune grisâtre ou blanche, de 1 à 2 mm de large. Papilles de la langue dans la région des taches lissées. Les zones peuvent avoir une configuration différente (ronde, ovale et semblable à une marguerite). Lorsqu'elles fusionnent, elles vous rappellent une carte géographique. Un symptôme très caractéristique est le changement rapide, en quelques jours, des contours des taches.

Avec un certain nombre de maladies de la peau, des cloques peuvent apparaître sur la muqueuse buccale et se transformer rapidement en érosion. Chez certains patients, ces maladies commencent dans la cavité buccale et peuvent être plus ou moins localisées seulement ici. Ceux-ci incluent le pemphigus, la pemphigoïde bulleuse et cicatricielle, l’épidermolyse bulleuse, l’érythème polymorphe exsudatif. Il convient de garder à l'esprit que l'élément morphologique de toutes ces maladies est une cloque formée sur la base de la cavité située à l'intérieur ou au-dessous de l'épithélium. De ce fait, l’érosion résultant de l’ouverture de bulles n’a pas de base solide et est entourée d’une bordure de fragments de l’épithélium qui les recouvre. Les érosions syphilitiques se forment non pas à la suite de l’ouverture de bulles, mais à la suite d’une nécrose et d’une desquamation de l’épithélium sur l’infiltrat syphilitique. Par conséquent, sur la membrane muqueuse de la cavité buccale, ils n’ont nulle part une bordure d’épithélium exfoliant le long de son bord et sont le plus souvent entourés d’un rouleau de couleur bleu-rouge.

Diagnostic différentiel spécifique

Le pemphigus végétatif peut causer des difficultés. Les bulles avec un pemphigus végétatif en croissance sont localisées autour des trous naturels et des plis de la peau (sous les cuisses musculaires et inguinales, sous les glandes mammaires de la femme).

Des excroissances papillomateuses (végétation) se forment à la surface des érosions résultant de l'ouverture des vésicules qui, lors de la fusion, peuvent ressembler à de larges condylomes de la syphilis secondaire. Des érosions végétatives similaires se forment sur la membrane muqueuse de la cavité buccale, le bord rouge des lèvres et les organes génitaux. Dans la relation de diagnostic différentiel, il convient de garder à l’esprit la présence non seulement de bulles végétantes, mais aussi de bulles acantholytiques habituelles dans le pemphigus sur la peau, et d’un "collier" provenant de l’épithélium écaillé à la périphérie de la végétation. Le diagnostic d'un pemphigus végétatif est établi sur la base des résultats d'un examen histologique et de la détection de cellules acantholytiques dans des empreintes de frottis provenant du fond des bulles.

Les muqueuses pustuleuses de syphilide (syphilis pustulosa muqueuse) dans la syphilis secondaire sont rares, elles sont généralement associées à une éruption cutanée pustuleuse sur la peau, est une manifestation de la syphilis maligne. La syphilide pustuleuse se présente initialement sous la forme d’un infiltrat diffus, de couleur rouge riche, de consistance testovaty. Localisé habituellement sur la membrane muqueuse de la gorge. L'infiltrat se désintègre rapidement avec la formation d'un ulcère, ce qui a affaibli les contours abrupts, un fond creusé, couvert d'une pourriture nécrotique purulente. Subjectivement, une douleur aiguë est notée et de la fièvre est souvent observée. La syphilide ulcéreuse pustuleuse sur les muqueuses ne présente aucun signe caractéristique de la syphilis et ne diffère pas des ulcérations d’une autre étiologie. Habituellement, le diagnostic est posé par d'autres symptômes de la syphilis.

La défaite du larynx dans la syphilis secondaire est caractérisée par un changement de voix passant d'un léger enrouement à une aphonie complète. Le diagnostic est établi sur la base de la laryngoscopie.
<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

Syphilis secondaire

  1. Pendant les périodes secondaire et tertiaire de la syphilis. Évolution maligne de la syphilis
    Période secondaire. Cette période commence avec l'apparition de la première éruption généralisée (en moyenne 2,5 mois après l'infection) et dure dans la plupart des cas pendant 2 à 4 ans. La durée de la période secondaire est individuelle et est déterminée par les caractéristiques du système immunitaire du patient. Dans la période secondaire, l’ondulation de la syphilis est la plus prononcée, c’est-à-dire l’alternance
  2. Syphilis fraîche secondaire
    Syphilis secondaire ROSEOLA se caractérise par une généralisation. En plus de la peau, des muqueuses et des ganglions lymphatiques, le processus pathologique peut impliquer le système nerveux central, les os, les articulations, les organes hématopoïétiques, l’ouïe, la vision, etc. Avec syphilis secondaire précoce
  3. Syphilis secondaire
    Phénomènes prodromiques. 1. Polyadénite (ganglions lymphatiques le long des lignes nuche et sternoclaviculaire et mastoïde) 2. Augmentation de la température jusqu’à 39 - 40? c, lorsqu'il redevient normal, des éruptions cutanées apparaissent (également scarlatine, rougeole, varicelle) 3. douleur nocturne au niveau des os plats (40%) 4. Anémie (chez 50% des patients) - hémoglobine jusqu'à 40%; jusqu'à 2 millions de globules rouges, syphilis secondaire. Dans 6-7 semaines
  4. PÉRIODE DE SIPHILIS SECONDAIRE
    Les lobes secondaires commencent 9 à 12 semaines après l’introduction du tréponème pâle ou 6 à 8 semaines après le début du syphilome primitif en raison de la généralisation de l’infection, lorsque le taux de CSD dans le sang devient nettement positif chez près de 98 à 100% des patients. Dure de 2 à 5 ans, divisé en: secondaire frais (Lues II recens); secondaire caché (Lues II latens); secondaire
  5. Sérodiagnostic de la période secondaire de la syphilis
    Lorsque Lues II se rétablit, un résultat nettement positif pour toutes les réactions sérologiques standards est observé dans presque 100% des observations; Le titre des réactifs est le plus élevé (1: 160; 1: 240; 1: 320), RIF 4+; РИБТ дает положительный результат более чем у половины больных, однако процент иммобилизации трепонем невысок (40-60%) При Lues II recidiva положительный результат по стандартным серологическим реакциям
  6. Вторичный сифилис
    {foto25}
  7. Поражение костей и суставов при вторичном периоде сифилиса
    Поражение костей и суставов при Lues II подтверждает системное течение инфекционного процесса. В результате проникновения бледных трепонем и сенсибилизации к ним в костях и суставах возникают воспалительные специфические изменения с доброкачественным течением. В костях по типу периостита или остиопериостита с болями, усиливающимися ночью или днем в состоянии покоя. В отличие от ревматических
  8. ВРОЖДЕННЫЙ СИФИЛИС. ЛЕЧЕНИЕ И ПРОФИЛАКТИКА СИФИЛИСА
    Факт передачи сифилиса потомству был установлен в конце 15-го – начале 16-го веков. Несколько столетий оставался неясным вопрос о механизме передачи сифилитической инфекции. Столетия доминировала герминативная гипотеза, согласно которой сифилис передается плоду только отцом через сперматозоид, непосредственно заражающий яйцевую клетку. Согласно этой точке зрения, больной сифилисом ребенок
  9. Врожденный сифилис. Сифилис плода
    Под действием трепонем, изменения, произошедшие в плаценте, делают ее функционально неполноценной в результате чего происходит его внутриутробная гибель на 6—7-ом месяце беременности. Мертвый плод выталкивается на 3—4-й день, обычно в мацерированном состоянии. Мацерированный плод по сравнению с нормально развивающимся плодом такого же возраста имеет значительно меньшие размеры и массу. Кожа
  10. СИФИЛИС. ПЕРВИЧНЫЙ ПЕРИОД СИФИЛИСА
    В настоящее время существует большая группа инфекций, передаваемых половым путем (ИППП). Классификация ИППП (ВОЗ, 1982) Бактериальной природы 1. Сифилис и другие трепонематозы (пинта, фрамбезия, беджель) 2. Гонорея 3. Мягкий шанкр 4. Венерический лимфогранулематоз 5. Донованоз 6. Урогенитальный хламидиоз и болезнь Рейтера 7. Урогенитальный микоплазмоз (в т.ч.
  11. Третичный сифилис. Врожденный сифилис.
    Третичный сифилис. Врожденный
  12. Лечение больных сифилисом. Критерий излеченности. Диспансеризация больных сифилисом
    {foto28}
  13. Période secondaire
    La période secondaire de la syphilis commence le 9-10ème jour après l’infection du patient ou la 6-8ème semaine après l’apparition d’un chancre dur. Au cours de cette période, les symptômes cliniques sont clairs, indiquant une propagation généralisée du tréponème pâle dans tout le corps, sur fond de modifications de ses propriétés immunologiques (développement d'une immunité infectieuse et d'allergies). Syphilis secondaire
  14. Dyslipidémie secondaire.
    La liste des maladies, syndromes et facteurs à l'origine du développement des hyperlipidémies secondaires, ainsi que la nature des troubles du métabolisme lipidique observés [11], sont présentées au tableau 3. Tableau 3.
  15. Классиф-я сифилиса
    1. Первичный серонегативный сифилис. 2. Первичный серопозитивный сифилис. 3. Первичный скрытый сифилис. В эту группу причисляют больных, у которых в течение всего первого курса лечения стойко сохраняются отрицательные стандартные серологические реакции. 4. Вторичный свежий сифилис. 5. Вторичный рецидивный сифилис. 6. Вторичный скрытый сифилис. В эту группу объединяют больных,
Медицинский портал "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com