Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaires, maladies géniques / Maladies de la peau et sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valéologie / Soins intensifs anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles médicales
Pour les auteurs
Livres sous licence de médecine
<< Précédent Suivant >>

. PLANTES CAUSANT DES SYMPTOMES DE TROUBLES DE L’ÉCHANGE DE SEL. PLANTES CONTENANT DES ACIDES ORGANIQUES ET LEURS SELS

Petite oseille (oseille, oseille de mouton) - Rumex acetosella L. (Fig. 30). Plante courte de 10 à 20 cm de hauteur, à plusieurs tiges ramifiées. Les fleurs sont petites, rouge verdâtre.

Il pousse partout comme mauvaise herbe vivace, champs encrassants, prés, steppes, trouvés parmi les arbustes.

Grande oseille - Rumex acetosa L. Plante de 30 à 60 cm de hauteur, formant une panicule de fleurs vertes au bout d’une tige cannelée droite.

Mauvaises herbes, trouvées partout dans les prés, les champs, dans la steppe.

Oxalis commun - Oxallus acetosella L. Une plante herbacée vivace sans tige. Les fleurs sont blanches

Il pousse partout, sauf en Asie centrale, dans les forêts, parmi les arbustes, dans les prés subalpins.

Outre ces plantes, les oxalates peuvent s'accumuler dans les soies vertes (Setaria viridis L.), l'halogénone encombrée (Halageton glomeratus CAM), les fanes de betterave à sucre et d'autres plantes.

Les sels (Na, K, Ca) d'acide oxalique (oxalates), dont la teneur dans ces plantes, selon A.X. Romov (1980), atteint 8%, leur donnent un goût amer.

Toxicodynamique. L'empoisonnement par ces plantes se rencontre chez les chevaux, les bovins, les moutons et les porcs, en particulier dans les endroits fortement envahis par ces plantes. Le séchage n'élimine pas leur toxicité. Les sels solubles de sodium et de potassium sont facilement absorbés par le tractus gastro-intestinal, remplacent le calcium sanguin et le précipitent sous forme d'oxalate de calcium insoluble.
Cela conduit à l'excitation du système nerveux central (convulsions), à une activité cardiaque altérée, à une diminution de la coagulation du sang, à une précipitation de l'oxalate de calcium dans les tubes urinaires sous forme de calculs. Ce dernier contribue à la survenue de néphrite, rétention urinaire.

Clinique Les signes d'intoxication aiguë apparaissent dans les 4-5 heures après la consommation de plantes et se manifestent par une gastro-entérite: refus de se nourrir, manque de rumination et de chewing-gum, salivation, diarrhée, affaiblissement de l'activité cardiaque. Au cours de la période de crises cloniques toniques, l'animal peut mourir le premier jour de l'intoxication.

Traitement. De l'eau de chaux, de la craie, des laxatifs, des solutions intraveineuses - du gluconate de calcium injecté à des animaux de grande taille (jusqu'à 40 g) et des petits (jusqu'à 15 g) - Traitement symptomatique prescrit - astringents et agents enveloppants, par voie intraveineuse - solutions de substitution du sang, stimulants de l'activité cardiaque et de la respiration.

Changements pathologiques. À l'autopsie, on trouve des signes d'inflammation catarrhale du tractus gastro-intestinal, une couleur des reins jaune-vert et un dépôt d'oxalate de calcium à la frontière des couches corticales et cérébrales des reins.

Vetsanekspertiza. La viande est utilisée sur les plats cuisinés. Les reins sont éliminés. Les autres organes du parenchyme sont évalués en fonction du degré de leurs modifications.

La prévention Les pâturages très chargés en petites oseilles doivent être évités, en particulier pendant les années sèches.
<< Précédent Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

. PLANTES CAUSANT DES SYMPTOMES DE TROUBLES DE L’ÉCHANGE DE SEL. PLANTES CONTENANT DES ACIDES ORGANIQUES ET LEURS SELS

  1. PLANTES CAUSANT LA PREVENTION DE LA REPONSE AUX VOIES RESPIRATOIRES ET DIGESTIFS (PLANTES CONTENANT DES THIOGLYCOSIDES)
    Les glycosides sont des composés organiques de type éther qui se décomposent facilement en partie glucidique (glycon) et en une ou plusieurs autres substances appelées aglycones, ou génines (partie non sucrée). Après absorption dans le tractus gastro-intestinal, ils se décomposent également en glycon et en aglycon. Les glycosides sont instables et se décomposent rapidement lorsqu'ils sont isolés des plantes, ainsi que pendant
  2. PLANTES CAUSANT UNE MALADIE DU COEUR ANTÉRIEURE (PLANTES CONTENANT DES GLYCOSIDES DU COEUR)
    Les glycosides cardiaques se trouvent dans divers types de digitales, dans les plantes adonis, muguet, obvoynik, jaunisse, harga et autres. Les glycosides de toutes ces plantes ont une structure chimique commune et ont fondamentalement les mêmes effets pharmacologiques et à fortes doses, des effets toxiques sur le cœur. Digitalis L. Le genre Digitalis comprend 34 espèces de plantes, dont 7
  3. PLANTES CAUSANT AVALEMENT DES DOMMAGES AU TRACTUS GASTRO-INTESTINAL ET AGISSANT SIMULTANÉMENT SUR LE SYSTÈME NERVEUX CENTRAL ET LES REINS (PLANTES CONTENANT DU SAPONIN-GLYCIDE)
    Les glycosides de saponine sont hémolytiques et irritants pour le tractus gastro-intestinal. De par leur nature chimique, les saponines sont des dérivés des triterpènes, mais on y trouve également des composés stéroïdiens. Ils sont contenus dans des plantes à partir de quantités insignifiantes allant jusqu'à 30 à 50% (A. D. Turov et al., 1965). Les plantes contenant des saponines sont largement répandues dans le monde végétal.
  4. PLANTES, PETITES ÉTUDES RELATIONS INTOXICOLOGIQUES. PLANTES D'HUILES ESSENTIELLES
    Il existe de nombreuses plantes contenant des huiles essentielles et ayant une odeur spécifique, souvent agréable. D'un point de vue toxicologique, beaucoup d'entre eux sont mal compris. Les bourgeons sont du lierre - Glechoma hederacea L. Plante vivace de 70 cm de long. Tige rampante. Les fleurs sont bleu violacé. Le fruit est une noix. Il pousse dans les forêts et les forêts de steppes de la partie européenne de la Russie, dans le Caucase, à l'ouest et
  5. Intoxication par des plantes contenant des glycosides cardiaques
    Les plantes contenant des glycosides cardiaques comprennent différents types de digitales: les digitales sont à grandes fleurs, les digitales sont rouges (pourpres). Dans diverses parties de la plante, toutes les digitales contiennent des glycosides digitoxine et hitaline, qui ont un effet cardiotonique spécifique et un degré de cumul élevé. Mai muguet. Toutes les parties de la plante contiennent divers glycosides:
  6. Intoxication par des plantes contenant des thioglycosides
    Colza (colza), moutarde des champs (sauvage) ou colza, colza forestier, serpentin rocailleux (desquiry Sophie), ail mûr, poitrine de champ sauvage, insecte percé. Débuts toxiques. La graine de colza contient du glucosapine glycoside, la moutarde contient de la sinigrine et de la sinalbine; les glycosides n’ont pas été établis dans la plupart des autres plantes. Étiologie. Toutes les plantes contenant des thioglycosides deviennent toxiques
  7. Intoxication par des plantes contenant des cyanglycosides
    Un nombre relativement restreint d'espèces ont un intérêt toxicologique pratique dans la pratique de la médecine vétérinaire: trèfle, mannifère, écorce de haricot, bukharnik, cerisier des oiseaux, carex, bluegrass, agneau à cornes, fruits à noyau (cerisier, prunier, pêche, amandier, etc.), lin, veau, veau, alfalfa, millet , sorgho, herbe du Soudan, fétuque, ray-grass, maïs, etc. Le cyan ou les nitroglycosides contenus dans toutes ces plantes, avec
  8. Plantes contenant des alcaloïdes du groupe de l'atropine
    Intoxication par la belladone, blanchie, dope Les plantes contenant des alcaloïdes du groupe de l'atropine comprennent: Datura ordinaire, Belena noire, Belladone (belladone). Débuts toxiques. Toutes les plantes contiennent des alcaloïdes: atropine, hyoscyamine, scopolamine. Ils se trouvent dans toutes les parties de la plante. Tous les alcaloïdes sont très persistants. Ils ne perdent pas de toxicité dans la masse verte lors du séchage des plantes, de l'ensilage et
  9. Empoisonnement par des plantes contenant des huiles essentielles et des substances goudronneuses
    Les huiles essentielles sont des composés organiques complexes très volatils et huileux. Ils sont des produits naturels du métabolisme des plantes et s’accumulent dans divers organes de ces dernières. Les substances résineuses ressemblent aux huiles essentielles en ce qui concerne leurs effets sur les animaux et certaines propriétés physicochimiques. Quelques plantes contenant des huiles essentielles et
  10. Intoxication par des plantes contenant des saponine-glycosides et de la lactone-protoanémonine
    Les plantes qui accumulent des saponine-glycosides et de la lactone-protoanémonine sont énormes. Les principaux: ranunculus toxiques, ranunculus caustiques, brûlis de ranunculus, chistyak renoncule, anémone ou ombre de chêne, anémone de renoncule, mal de dos, dôme croisé (herbe du sommeil), prairie croisée (prairie anémone), marécage pérenne, clématite, clématite, couleur à temps plein, etc. Début toxique. Le ci-dessus
  11. Empoisonnement par des plantes contenant des glycoalcaloïdes
    Le glycoalcalaloïde, la solanine, que l’on trouve dans les pommes de terre et divers types de morelle, est particulièrement intéressant sur le plan toxicologique. Étiologie. Le plus sensible à la solanine est le bétail. Les causes les plus fréquentes d’empoisonnement sont les suivantes: nourrir les fruits avec des baies vertes, nourrir les pommes de terre gâtées après la cuisson avec une décoction (lors de la cuisson, la solanine se dissout dans de
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com