Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation d'un système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, maladies génétiques / Maladies transmises par la peau et les maladies sexuellement transmissibles / Antécédents médicaux / Maladies infectieuses / Immunologie et allergologie / Hématologie / Valeologie / Soins intensifs, anesthésiologie et soins intensifs, premiers soins / Hygiène et contrôle sanitaire et épidémiologique / Cardiologie / Médecine vétérinaire / Virologie / Médecine interne / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Actualités médicales
Pour les auteurs
Livres autorisés sur la médecine
<< Précédente Suivant >>

Virus de la polio

La poliomyélite (poliomyélite - grise, myéloïde - moelle épinière) (paralysie cérébrospinale, paralysie vertébrale, maladie de Heine-Medina) est une maladie virale aiguë caractérisée par des dommages au système nerveux (principalement la matière grise de la moelle épinière), ainsi que des changements inflammatoires dans la muqueuse intestinale et nasopharynx. Maladie infectieuse aiguë causée par un virus du groupe des entérovirus, qui se transmet par voie fécale-orale (voie de contact avec le ménage - par l'eau, la nourriture, la vaisselle sale, etc.) et par les gouttelettes en suspension dans l'air. Causé par trois souches de virus.

La période d'incubation dure de 3 à 14 jours. L'immunité à vie ne se forme que contre le type d'agent pathogène à l'origine de la maladie.

L'apparition de la maladie est précédée d'un affaiblissement des défenses de l'organisme dû à la diarrhée, au rhume, à la rougeole, aux opérations et aux surcharges sportives.

L'agent causal (poliovirus hominis) appartient au groupe des picornavirus, à la famille des entérovirus, qui comprend également les virus Coxsackie et ECHO. Il existe trois sérotypes du virus (I, II, III). Le type I le plus courant est. La taille du virus est de 8-12 nm, il contient de l'ARN. Il est stable dans l'environnement (il reste dans l'eau jusqu'à 100 jours, dans les matières fécales jusqu'à 6 mois), tolère le gel et le séchage. Il n'est pas détruit par les sucs digestifs et les antibiotiques. Cultivée sur cultures cellulaires, a un effet cytopathogène. Décède à ébullition, sous l'influence des rayons ultraviolets et des désinfectants.

La seule source d'infection est une personne, en particulier les personnes atteintes de formes bénignes et effacées de la maladie. Le nombre de ces derniers dépasse considérablement le nombre de patients atteints de formes de poliomyélite exprimées cliniquement. La plupart des enfants de moins de 10 ans tombent malades (60 à 80% des maladies surviennent chez les enfants de moins de 4 ans). La maladie est plus souvent observée pendant les mois d'été-automne (maximum en août-octobre). Le mécanisme de transmission fécale-orale est caractéristique, la transmission de l'infection par des gouttelettes aéroportées est également possible. Le virus de la polio pénètre dans l'environnement extérieur avec les excréments des patients; il se trouve également dans le mucus du nasopharynx environ 3 jours avant l'augmentation de la température et dans les 3 à 7 jours après le début de la maladie. Ces dernières années, dans la plupart des pays, y compris la Russie, l'incidence a fortement diminué en raison de l'utilisation généralisée d'une vaccination efficace avec un vaccin vivant.

Pathogenèse. La porte d'entrée de l'infection est la membrane muqueuse du nasopharynx ou des intestins. Pendant la période d'incubation, le virus se multiplie dans les formations lymphoïdes du pharynx et des intestins, puis pénètre dans le sang et atteint les cellules nerveuses. Les changements morphologiques les plus prononcés se trouvent dans les cellules nerveuses des cornes antérieures de la moelle épinière. Les cellules nerveuses subissent des modifications dystrophiques-nécrotiques, se désintègrent et meurent.

Avec moins de constance, les cellules du tronc cérébral, les noyaux sous-corticaux du cervelet, et encore moins, les cellules des zones motrices du cortex cérébral et des cornes postérieures du cerveau subissent des changements similaires, mais moins prononcés. Il y a souvent une hyperémie et une infiltration cellulaire du pia mater. La mort de 14-13 cellules nerveuses dans l'épaississement de la moelle épinière conduit au développement de la parésie. Une paralysie complète se produit avec la mort d'au moins 14 cellules.

Après la fin des événements aigus, les cellules mortes sont remplacées par du tissu glial avec un résultat en cicatrices. La taille de la moelle épinière (en particulier les cornes antérieures) est réduite: l'asymétrie est notée avec une lésion unilatérale. L'atrophie se développe dans les muscles dont l'innervation a été affectée. Les changements dans les organes internes sont mineurs - la première semaine, il y a une image de myocardite interstitielle. La maladie transférée laisse derrière elle une immunité persistante et spécifique au type.

Symptômes La période d'incubation dure en moyenne 5 à 12 jours, des fluctuations de 2 à 35 jours sont possibles. Distinguer les formes non paralytique et paralytique de poliomyélite.

La forme non paralytique se manifeste plus souvent sous la forme de la soi-disant «maladie mineure» (forme avortée ou viscérale), qui se manifeste par une fièvre à court terme, des catarrhales (toux, nez qui coule, maux de gorge) et des symptômes dyspeptiques (nausées, vomissements, selles molles). Toutes les manifestations cliniques disparaissent généralement en quelques jours. Une autre forme non paralytique est la méningite séreuse qui survient facilement.

Dans le développement de la poliomyélite paralytique, 4 stades sont distingués: préparatif, paralytique, réparateur et le stade des phénomènes résiduels. La maladie commence de façon aiguë avec une augmentation significative de la température corporelle. Pendant les 3 premiers jours, des maux de tête, des malaises, un écoulement nasal, une pharyngite, des troubles gastro-intestinaux (vomissements, selles molles ou constipation) sont possibles. Puis, après 2 à 4 jours d'apyrexie, une onde fébrile secondaire apparaît avec une forte détérioration de l'état général. Chez certains patients, une période d'apyrexie peut être absente. La température corporelle monte à 39–40 ° C, les maux de tête s'intensifient, des douleurs dans le dos et les membres, une hyperesthésie sévère, une confusion et des phénomènes méningés apparaissent. Dans le liquide céphalorachidien - de 10 à 200 lymphocytes dans 1 μl. Il peut y avoir une diminution de la force musculaire et des réflexes tendineux, des secousses convulsives, des contractions musculaires individuelles, des tremblements des extrémités, des douleurs lors de la traction des nerfs périphériques, des troubles autonomes (hyperhidrose, taches rouges sur la peau, "chair de poule" et autres phénomènes). La phase préparatoire dure 3-5 jours.

Le stade initial dure plusieurs jours avec de vagues symptômes: stupeur, fièvre modérée, écoulement nasal, mal de gorge, difficulté à avaler, douleur dans les membres, maux de tête. Plus tard, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, de la constipation ou de la diarrhée se rejoignent. La transpiration est alarmante. Avec la soi-disant forme avortée de poliomyélite (lorsque la maladie se déroule sous une forme bénigne), la maladie peut déjà se terminer à ce stade.

Dans d'autres cas, après un "intervalle lumineux" pendant plusieurs jours, lorsque la température se normalise et que les plaintes disparaissent, la maladie progresse. Au stade pré-paralytique, qui dure de 2 à 7 jours, les méninges sont impliquées dans le processus pathologique, qui se manifeste par une nouvelle augmentation de la température, des maux de tête, des vomissements, une sensibilité accrue au toucher, une raideur de la nuque et une faiblesse musculaire plus tard.

Dans certains cas, le stade paralytique se produit. Dans le contexte d'une augmentation de la température, une paralysie flasque unilatérale et bilatérale se développe, principalement des extrémités. Ils affectent certains groupes musculaires ou, dans les cas graves, se propagent aux muscles respiratoires.

La forme bulbaire de la poliomyélite, qui affecte les centres respiratoires et vasomoteurs situés dans la moelle oblongue, est la plus dangereuse. Après la baisse de la température, une période commence pendant laquelle la fonction des muscles affectés est restaurée en quelques jours. Dans les cas graves, la récupération peut durer plusieurs mois, voire des années. Une récupération complète n'est pas toujours possible.

Complications: pneumonie, atélectasie pulmonaire, myocardite interstitielle; avec des formes de boulevard, une expansion aiguë de l'estomac, de graves troubles gastro-intestinaux avec saignement, ulcères, perforation et iléus se développent parfois.

Probabilités de développer des «scénarios» de la maladie: 80 à 90% est une maladie bénigne, dans les 10% restants, elle provoque une paralysie. En cas de paralysie, environ 25% ont des troubles graves, environ 25% une paralysie moyenne et 50% sont guéris. La mortalité varie de 1 à 4%.

Diagnostic et diagnostic différentiel. Avec des manifestations typiques chez un patient avec une forme paralytique, sa reconnaissance n'est pas difficile. La poliomyélite se caractérise par une apparition fébrile aiguë, un développement rapide de la paralysie flasque, leur asymétrie, une lésion prédominante des extrémités proximales, une dynamique particulière des changements du liquide céphalo-rachidien. Des difficultés importantes sont la reconnaissance de la poliomyélite au stade préparatoire précoce et de ses formes non paralytiques.

Le diagnostic est posé sur la base des symptômes cliniques (symptômes méningés, faiblesse des groupes musculaires individuels, affaiblissement des réflexes tendineux), des prérequis épidémiologiques (présence de la polio dans l'environnement du patient, heure d'été) et des données des tests de laboratoire (isolement du virus dans les cultures tissulaires, CSC et précipitation avec un antigène spécifique dans des sérums appariés).

Le diagnostic différentiel est établi avec la myélite aiguë, la polyradiculonévrite, le botulisme, l'encéphalite à tiques, la méningite séreuse, la paralysie diphtérique, les maladies de type polio causées par les virus ECHO et Coxsackie.

La vaccination est la principale composante de la prévention de la polio.
Le recours généralisé à la vaccination dans les pays développés a conduit à la disparition presque complète de la maladie.

Efficacité vaccinale. Un seul vaccin antipoliomyélitique oral donne un effet de 50%. La triple vaccination induit une immunité chez 95% des vaccinés. Une efficacité réduite est observée, en règle générale, dans les pays du tiers monde, en particulier là où il fait chaud (le vaccin est sensible à la chaleur).

Durée de l'action. Immunité à vie.

Vaccin vivant et mort:

Vaccin vivant atténué Seibin - Le vaccin vivant oral (VPO) donne une meilleure immunité, cette forme est généralement recommandée, mais elle comporte le risque de paralysie.

Vaccin Multivalent Inactivé (IPV). Les personnes vaccinées avec ce vaccin sont moins immunisées contre la souche sauvage du poliovirus, bien qu'elles soient protégées contre le stade pralitique de la maladie.

Effets secondaires. Le VPO est l'un des vaccins les plus sûrs. Dans les cas les plus rares (1 pour plusieurs millions de doses de vaccin), des cas de poliomyélite paralytique associée au vaccin ont été décrits (tous les cas de paralysie post-vaccinale ont été causés par la première ou la deuxième vaccination avec un vaccin antipoliomyélitique oral). La poliomyélite paralytique associée au vaccin (AVPP) est plus susceptible de se produire chez les personnes immunodéficientes lorsque la première dose du vaccin est administrée. Plus fréquent chez les personnes de plus de 18 ans. Actuellement, il n'y a pas de méthodes autres que le travail actif pour identifier les individus présentant des états d'immunodéficience pour identifier les individus qui peuvent éprouver une telle réaction indésirable.

Pour éviter même un nombre aussi insignifiant de complications aux États-Unis, le soi-disant schéma de vaccination séquentielle contre la polio a été recommandé jusqu'à présent, dans lequel le cours de la vaccination commence par l'introduction du VPI (les 2 premières doses), puis la vaccination se poursuit avec un vaccin oral vivant. Depuis le 1er janvier 2000, aucun vaccin vivant n'a été utilisé aux États-Unis. Depuis 1979, 144 cas de poliomyélite ont été signalés aux États-Unis, et tous étaient le résultat de l'utilisation du VPO. Jusqu'à récemment, les avantages du VPO (immunité intestinale, distribution secondaire) l'emportaient sur le risque de poliomyélite associée au vaccin. Aujourd'hui, le risque de contracter la polio sauvage aux États-Unis est négligeable, et il a donc été décidé de passer à la vaccination inactivée. Actuellement, la littérature ne décrit pas de cas de complications graves post-vaccination en réponse à l'introduction du VPI. Parmi les réactions bénignes, il y a une légère douleur ou un gonflement au site d'injection.

Contre-indications:

Pour le VPO: immunodéficience (congénitale ou acquise).

Pour le VPO: contact avec des patients immunodéprimés. Dans ces conditions, OPV peut être remplacé par IPV.

Pour le VPO: maladies oncologiques.

Pour le VPO, complications neurologiques liées à l'administration précédente du vaccin.

Pour le VPI: réactions anaphylactiques à la néomycine et à la streptomycine.

La présence d'une maladie modérée ou grave est une contre-indication temporaire pour le VPI et le VPO. Cependant, une maladie bénigne, y compris une diarrhée modérée, n'est pas une contre-indication.

En général, ni le VPO ni le VPI ne doivent être administrés aux femmes enceintes, sauf si une protection immédiate est nécessaire (auquel cas le VPO doit être utilisé).

1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997

Fig. 3. L'incidence de la polio (nombre absolu de cas)

Les épidémiologistes pensent qu'en fait, l'incidence est beaucoup plus élevée que celle enregistrée, car de nombreux cas de la maladie sont sous d'autres diagnostics et ne tombent pas dans les statistiques officielles. En 1995, une flambée de poliomyélite a été observée en République tchétchène - 143 personnes sont tombées malades et 3 autres personnes sont tombées malades en Ingouchie voisine.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a développé un programme de vaccination élargi dans le but d'éradiquer la poliomyélite dans le monde d'ici l'an 2000. Selon les experts de l'OMS, l'éradication de la poliomyélite n'est possible qu'après avoir atteint 90% de la couverture vaccinale pour tous les vaccins à travers le pays ou la région et la présence d'anticorps vaccinés à plus de 80%.

En Russie en 1996, beaucoup de travail a été fait pour prévenir la polio. À la suite des Journées nationales de vaccination, environ 99% des enfants de moins de 3 ans ont été vaccinés deux fois. En avril et mai 1997, deux cycles de vaccination contre la polio ont également été menés. Grâce à une campagne de vaccination sans précédent, il a été possible de prendre le contrôle et de réduire l'incidence de la polio dans le pays à des cas isolés. En 1996, seuls 3 cas de poliomyélite ont été enregistrés dans les régions de la République tchétchène où aucune vaccination de masse n'a été effectuée. En 1997, un seul cas de la maladie a été enregistré en Russie.

Vaccin contre la polio, type oral 1, 2, 3

Vaccin vivant contre la polio (Russie).

Composition: la préparation trivalente contient: virus de la polio atténués, type 1 - au moins 1 000.; type 2 - pas moins de 100 000; type 3 - au moins 300 000. Les préparations uniques contiennent moins de 107 unités infectieuses dans 1 ml.

Contre-indications:

maladies aiguës accompagnées de fièvre ou de troubles systémiques; états d'immunodéficience, hémopathies malignes et néoplasmes; troubles neurologiques accompagnant la vaccination précédente avec le vaccin contre la polio. Effets indésirables:

les complications allergiques sous la forme d'une éruption cutanée ou d'un œdème de Quincke sont extrêmement rares; les maladies associées aux vaccins sont extrêmement rares à la fois chez les vaccinés et au contact avec les vaccinés, qui ne sont pas observés plus de 1 à 3 cas pour 3 millions de vaccinés.

Tetracoccus 05

Vaccin pour la prévention de la coqueluche, de la diphtérie, du tétanos et de la polio Aventis Pasteur (France). Composition:

Anatoxine diphtérique purifiée - 30 ME.

Anatoxine tétanique purifiée - 60 ME.

Bordetella pertussis - minimum 4 ME.

Vaccin inactivé pour la prévention de la polio causée par le virus des 1er, 2e et 3e types - à la 1ère dose de vaccin.

Contre-indications:

encéphalopathie progressive, avec ou sans crises; réaction sévère à l'administration précédente d'un vaccin contenant un composant coquelucheux; une augmentation de la température corporelle à 40 ° C et au-dessus, un syndrome de pleurs prolongé, des convulsions, un choc (si cela se produit dans les 48 heures après l'administration du médicament). Effets indésirables:

un érythème ou un compactage peut survenir au site d'injection; augmentation de la température corporelle (jusqu'à 38–39 ° С);

9. Zak. 361 en règle générale, les effets indésirables sont faciles et transitoires, en particulier si des salicylates, des barbituriques ou des antihistaminiques sont administrés à titre prophylactique; dans de très rares cas, le composant coquelucheux peut provoquer des réactions neurologiques (convulsions, encéphalite, encéphalopathie). Dans le même temps, ces complications post-vaccinales sont observées 100 à 1000 fois moins souvent que les complications résultant de la coqueluche.

Politique Imovax

Vaccin antipoliomyélitique inactivé. (Aventis Pasteur, France).

Composition: Vaccin inactivé pour la prévention de la polio causée par le virus des 1er, 2e et 3e types - à la 1ère dose de vaccin.

Contre-indications:

maladies infectieuses aiguës; réactions allergiques confirmées à la streptomycine.

Effets indésirables:

réactions locales: érythème mineur au site d'injection; réactions générales: rarement - une augmentation de la température corporelle.

Entièrement Sabin Vero

Vaccin vivant contre la polio (Aventis Pasteur, France).

Composition: virus de la polio vivant des 1er, 2e et 3e types - 1 dose.

Contre-indications:

immunodéficience congénitale ou acquise. Effets indésirables:

extrêmement rarement - réactions allergiques; développement possible d'une maladie associée au vaccin chez les personnes vaccinées ou en contact avec des personnes vaccinées avec une fréquence de 1 million sur 3.
<< Précédente Suivant >>
= Passer au contenu du manuel =

Virus de la polio

  1. Abstrait. Virus. Caractéristiques de l'ontogenèse et du cycle de reproduction des virus contenant de l'ADN et de l'ARN., 2008
    Caractéristiques de l'ontogenèse et du cycle de reproduction des virus contenant de l'ADN et de l'ARN. Virus, caractéristiques de leur structure et de leur activité. Classification. différences, structures,
  2. La culture des virus de la grippe humaine en laboratoire, le cercle d'hôtes parmi les animaux de laboratoire et l'isolement du virus du matériel clinique
    B.R.DAUDLE et G.S. SCHILD aux virus de la grippe (Schafer, 1955). En 1931, Shope passa la grippe porcine «classique» en administrant par voie intranasale un filtrat de sécrétions respiratoires. Premières données sur
  3. . Virus satellites
    Les virus satellites, ou satellites, ne sont pas de grosses molécules d'ARN, dont la réplication est impossible en l'absence d'un autre virus (apparemment, même les virus ont leurs propres parasites!). Les virus satellites se trouvent parmi les virus végétaux et beaucoup moins fréquemment parmi les bactériophages et les virus animaux. L'adénosatellite2 en est un exemple. Il existe deux classes de molécules satellites:
  4. Sujet: Génétique des virus
    L'importance de la virologie dans le développement de la génétique. Organisation de l'appareil génétique des virus. Différences dans les génomes des virus à ARN et à ADN. Variabilité de la modification des virus: mélange phénotypique, polyploïdie. Types de variation génétique des virus: mutacine, recombinaison, erreurs de copie des génomes. Mutations dans les virus et leur classification. Mutations spontanées et induites,
  5. Objet: Systématique et nomenclature des virus
    Le royaume des virus. Définition des virus comme formes spéciales d'organisation vivante. Virus humains, animaux, insectes, plantes, bactéries. Viroïdes, prions. Principes de classification et de taxonomie des virus: famille, genre,
  6. Plantes et virus
    La grande majorité des virus végétaux, et leur nombre total atteint 700, appartient au nombre de petits virus, dont le génome est représenté par de l'ARN simple brin. Il y a beaucoup moins de virus végétaux contenant de l'ARN double brin, et jusqu'à récemment, un seul virus à ADN était connu. La question de savoir pourquoi les virus prévalent parmi les virus végétaux, dont le génome est représenté par des virus simple brin
  7. Virus et apoptose
    Induction de l'apoptose. Actuellement, il existe de nombreux exemples dans lesquels la mort d'une cellule infectée par un virus est due à la participation active de la cellule hôte elle-même, induisant un certain nombre de changements biochimiques et morphologiques, définis comme la mort cellulaire programmée ou l'apoptose. La clé de la question en discussion est de savoir si l'apoptose découle d'une inhibition induite par le virus.
  8. . Champignons et virus
    Trois groupes de mycovirus ont été enregistrés par le Comité international de taxonomie des virus. Les représentants les plus étudiés de la famille des Totiviridae. La plupart de ces virus se présentent sous la forme d'un icosaèdre d'un diamètre de 30 à 45 nm, et leurs capsides sont constituées d'une protéine de type uniforme enveloppant l'ARN double brin. Les virus se trouvent dans de nombreuses espèces de champignons, auxquels ils ne causent pas de dommages évidents.
  9. Arthropodes et virus
    Les arthropodes sont l'un des types d'animaux les plus nombreux au monde (plus d'un million d'espèces sont connues!). Par conséquent, la question de la relation entre eux et les virus nécessite une discussion particulière. D'une part, les arthropodes agissent comme porteurs de virus; De plus, l'interaction entre eux est de la nature du neutralisme ou du commensalisme. Cependant, les interactions du type
  10. Protozoaires et virus
    Relativement récemment, des virus ont également été détectés dans les protozoaires - Trichomonas vaginalis, Giardia lamblia, Leishmania braziliensis, Eimeria spp. et Babesia spp. Tous ces virus ont des propriétés similaires, à savoir qu'ils contiennent de l'ARN double brin, dont la taille est de 5 à 7 kpb, et ont une forme sphérique ou icosaédrique d'un diamètre de 30 à 40 nm. Parmi les virus, les protozoaires sont meilleurs
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2019
info@medicine-guidebook.com