Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Infection Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

Pancréatite chronique

La pancréatite chronique est une maladie inflammatoire chronique progressive du pancréas, qui se manifeste par un processus inflammatoire-dégénératif chronique du tissu glandulaire, qui se traduit par le développement d'une sclérose organique avec la perte de ses fonctions exo et endocriniennes.

ETIOLOGIE ET ​​PATHOGENESE La pancréatite chronique est une maladie poliomyélitique. La pancréatite aiguë peut précéder chronique. Le plus souvent, la pancréatite chronique se forme progressivement à la suite d'une exposition à certains facteurs:

1. Nutrition irrégulière non systématique.

2. Consommation fréquente d'aliments épicés et gras.

3. L'alcoolisme chronique, en particulier en combinaison avec une déficience systématique en protéines et en vitamines.

4. Maladies infectieuses (oreillons, hépatite aiguë, tuberculose, syphilis).

5. Maladies de la vésicule biliaire et des voies biliaires.

6. hémochromatose.

Hyperparathyroïdie.

Hyperlipoprotéinémie.

9. Lésions vasculaires.

10. Facteurs duodénaux primaires: oddite, papillose scléreuse, diverticules para-papillaires.

11. Allergie et autoallergie.

12. Prédisposition héréditaire.

Les principaux mécanismes pathogéniques de la pancréatite chronique comprennent l'effet spécifique de l'alcool sur les glandes, le retard de la sécrétion et l'activation intra-organique des enzymes pancréatiques (principalement la trypsine et les phospholipases), qui procèdent à l'autolyse du parenchyme glandulaire. L'action des kinines sur les vaisseaux sanguins entraîne le développement d'un œdème de la glande.

Les propriétés hydrophiles des produits de dégradation dans les foyers de nécrose du tissu pancréatique contribuent à l'œdème, ce qui entraîne une prolifération réactive du tissu conjonctif entraînant un durcissement de l'organe. Cependant, l’abus d’alcool seul ne suffit pas pour le développement de la pancréatite. Une certaine prédisposition immunogène est nécessaire. Il est à noter que les personnes du groupe sanguin 1 (0) sont plus souvent malades. Dans la pancréatite chronique, des anticorps contre le tissu pancréatique et des complexes immuns circulants sont détectés. Le tissu pancréatique peut être un auto-antigène, de sorte que les récidives de la pancréatite peuvent contribuer au développement de réactions immunologiques, lesquelles entraînent à leur tour le développement de lésions pancréatiques et, en conséquence, de modifications fibreuses.

La pathogenèse de la pancréatite chronique est associée à la propagation de l'infection par le canal pancréatique jusqu'à son parenchyme des voies biliaires ou du duodénum 12 ™. Il existe souvent des conditions favorables à l'écoulement de la bile dans le canal pancréatique. L'infection peut pénétrer dans le pancréas par les voies lymphogène et hématogène.



PATHOMORPHOLOGIE. La pancréatite chronique est divisée en sclérosante primitive et récurrente.

Une pancréatite chronique sclérosante primitive se développe le plus souvent chez l'homme, rarement associée à une atteinte des voies biliaires, à l'absence de signes de digestion du tissu pancréatique, à une fibrose interstitielle et à une atrophie du parenchyme, à une dilatation des conduits, recouverte d'un secret épais.

La pancréatite chronique récurrente est caractérisée par des crises douloureuses récurrentes, souvent associées à des lésions des voies biliaires et du duodénum 12 '™, prédominant chez la femme. Dans les tissus des glandes, on détermine les foyers de nécrose de diverses prescriptions, la fibrose, les infiltrats inflammatoires, la régénération du parenchyme.

Morphologiquement, la pancréatite chronique sclérosante primitive est caractérisée par une sclérose pancréatique progressive.

Selon le tableau morphologique, la pancréatite récurrente chronique présente des similitudes avec la pancréatite nécrotique aiguë hémorragique, mais la taille des foyers de nécrose du parenchyme et du tissu adipeux est plus petite. Outre les modifications aiguës, les foyers de calcification, les pseudokystes, les champs cicatriciels, ainsi que les zones de parenchyme bien préservé sont également déterminés.

CLASSIFICATION DE LA PANCRÉATITE CHRONIQUE

(A.S. Loginov, 1980)

1. Formes cliniques:

1.1 Cholécystopancréatite.

1.2 Pancréatite récurrente.

1.3 Pancréatite non récurrente.

1.4 Pancréatite douloureuse.

1.5 Pancréatite indolore (latente).

1.6. Pancréatite pseudo-tumorale.

1.6.1. Avec cholestase;

1.6.2. En violation de la perméabilité intestinale. 1.7. Pancréatite calcifiante.

2. L'état fonctionnel du pancréas:

2.1-fonction excrétrice:

2.1.1 Hypersécrétion;

2.1.2. Lacune: a) compensée;

b) décompensé. 2.2 Fonction intra-sécrétoire

2.2.1. Appareil insulaire hyperfonctionnel;

2.2.2. Hypofonction de l'appareil insulaire.

3. Phase de la maladie:

3.1. Aggravation

3.2 Remission.

4. Complications:

4.1 Syndrome de trouble de la digestion intestinale (diarrhée pancréatique)

4.2. Le diabète.

4-Z. coma hyperosmolaire en période de rechute.

4-4. Dégénérescence grasse du foie.

4.5 Cachexie.

EXEMPLE DE FORMULATION DE DIAGNOSTIC

1. Pancréatite chronique récurrente avec altération modérée de la fonction pancréatique exocrine, stade de rémission.

2. Pancréatite chronique pseudotumorale, avec cholestase, stade aigu.

La CLINIQUE de la pancréatite chronique est très diverse. À bien des égards, le tableau clinique de la maladie est dû à une phase de développement, comporte plusieurs stades et se caractérise par une tendance à des exacerbations périodiques.

Le syndrome de la douleur est le symptôme le plus important de la pancréatite chronique. La douleur est généralement ressentie dans la région épigastrique. En fonction de la localisation préférentielle du processus pathologique et des complications, la douleur peut être localisée dans l'hypochondre droit (avec localisation dans la tête pancréatique), dans l'épigastre (avec implication de son corps dans le processus), dans l'hypochondre gauche (avec lésion de la queue). La douleur de Neoedko irradie dans le dos (au niveau du X-XI de la vertèbre thoracique) ou a un caractère environnant, augmente dans la position couchée et peut s’affaiblir en position assise, en particulier avec un léger virage en avant. La douleur peut être périodique et durer de quelques heures à plusieurs jours, généralement après un repas, en particulier aiguë et grasse, de l’alcool ou persistante, aggravée après un repas.

La douleur peut être pressant, ennuyeux, caractère brûlant. La nature de la douleur dans la pancréatite chronique change souvent au cours de la journée: avant le déjeuner, les patients sont moins susceptibles ou ne se plaignent pas du tout, après le déjeuner, la douleur apparaît et est particulièrement aggravée le soir. Douleur persistante due à une inflammation résiduelle dans le pancréas et au développement de complications telles qu'un pseudokyste, un rétrécissement ou un canal du pancréas, une papillite sténotique, un solarium.

La pancréatite chronique survient relativement rarement sans douleur intense, alors que d'autres signes de cette maladie apparaissent.

Le deuxième syndrome clinique de pancréatite chronique est dyspeptique. La pancréatite chronique se caractérise par les exceptions suivantes: perte d’appétit, soif, nausée, vomissements, aversion pour les aliments gras, flatulence, diarrhée et émaciation. Les vomissements n'apportent pas de soulagement. Les patients atteints de pancréatite chronique présentant des signes évidents d'insuffisance pancréatique exocrine sont caractérisés par une diarrhée pancréatique accompagnée d'une libération de fétide avec un éclat brillant de matières fécales. Souvent, les patients souffrent de constipation ou d’alternance constipation et diarrhée. L’émaciation est très importante et peut se développer en peu de temps. Cela peut être dû à une tendance à la vidange rapide des intestins et à une absorption réduite. Pendant la rémission, tous les phénomènes dyspeptiques peuvent disparaître complètement ou être légers.

De nombreux patients se plaignent de faiblesse générale, de fatigue, d'adynamie, de troubles du sommeil. Des modifications de la tête pancréatique dues à un œdème ou au développement d'une fibrose peuvent entraîner une compression du canal biliaire principal et le développement d'une jaunisse obstructive. La jaunisse persistante en tant que symptôme tardif est plus souvent provoquée par une sténose du canal biliaire due à une sclérose de la tête de la glande.

On observe souvent chez les patients irritabilité, insomnie, somnolence, vertiges, évanouissements, convulsions avec symptômes d'hypoglycémie.

Un examen objectif attire l'attention sur l'émaciation, la sécheresse de la peau, la langue vernie et, parfois, la couleur jaune. La peau présente souvent des taches rouge vif dispersées dans tout le corps, principalement sur l'abdomen, la poitrine, le dos (symptôme de "gouttelettes rouges").

Souvent, en cas de douleur intense, les patients adoptent une position forcée: ils s’assoient les jambes pliées au niveau des genoux et mènent à l’estomac.

La palpation de l'abdomen est déterminée par la douleur dans la région épigastrique et dans les deux hypochondries. En cas de pancréatite chronique, la douleur peut être déterminée à la pointe Desjardins, située sur la ligne allant du nombril à l'aisselle, à 5 à 7 cm du nombril (tête du pancréas). Il existe une zone pancréato-duodénale de Chauffard. Si vous tracez une perpendiculaire de la pointe de Desjardins à la ligne de front, vous obtenez un triangle où la douleur est déterminée. La pointe de Mayo-Robson se trouve sur la ligne allant du nombril au milieu de l’arc costal gauche, à une distance de 5 à 7 cm de cette ligne (queue du pancréas). Zones détectées d'hyperalgésie cutanée correspondant à l'innervation du segment thoracique VIII.

Parfois, une pancréatite chronique, une pleurésie du côté gauche, une ascite survient.

Complications. La pancréatite chronique peut entraîner les complications suivantes:

1. Abcès du pancréas.

2. Kystes ou calcifications du pancréas.

3. Diabète sucré de gravité variable.

4. Thrombose de la veine splénique.

5. Sténose inflammatoire cicatricielle du canal principal avec développement d'une jaunisse obstructive.

6. Péri-pancréatite, qui se produit lorsque l'inflammation du pancréas se propage à sa capsule ou aux organes voisins.

7. Dommages au foie et aux voies biliaires. '' 8. Cancer du pancréas.

9. Les complications rares d’une pancréatite sévère peuvent

être une ascite "pancréatique" et un abcès interlobe intestinal.



Le diagnostic de la pancréatite chronique présente des difficultés considérables.

La méthode de recherche coprologique n'a pas perdu de sa valeur. Dans les troubles digestifs pancréatiques, la digestion des graisses est la plus perturbée. L'examen scopologique révèle la stéatorrhée, le creato et l'amilorrhée.

Pour le diagnostic des maladies du pancréas, des méthodes sont utilisées pour déterminer les enzymes pancréatiques dans le sérum et l'urine.

L'étude de la fonction exocrine du pancréas est réalisée par la méthode de l'intubation duodénale utilisant divers stimulants de la sécrétion pancréatique: sécrétine, pan-créosimine ou céruléine. Dans la pancréatite chronique, il y a une diminution des bicarbonates et de toutes les enzymes.

Pour étudier la fonction intrasécréteuse pancréatique avec une glycémie à jeun normale, un test de tolérance au glucose est utilisé.

Les méthodes radiologiques sont largement utilisées dans le diagnostic de la pancréatite. Dans la vue d'ensemble de la cavité abdominale, il est parfois possible de trouver des parties calcifiées des zones de la nécrose antérieure, des calculs des conduits des glandes.

La duodénoscopie révèle une augmentation de la tête du pancréas.

Une angiographie sélective est réalisée à la clinique pour le diagnostic différentiel avec un processus néoplasique et dans les formes douloureuses graves de pancréatite chronique.

La tomodensitométrie revêt une grande importance dans le diagnostic de la pancréatite chronique.

L'échographie du pancréas a été largement utilisée en clinique. Signes échographiques de la pathologie pancréatique:

1. Changer la structure.

2. Redimensionnement.

3. Changer le contour.

Le diagnostic différentiel de la pancréatite chronique doit d’abord être réalisé avec une tumeur pancréatique, une cholécystite chronique, une cholélithiase, une gastro-duodénite, un ulcère peptique, dans lequel on observe une douleur dans la moitié supérieure de l’abdomen, semblable à celle d’une pancréatite chronique. Les phénomènes dyspeptiques, les symptômes de troubles digestifs et l'absorption observés au cours de la pancréatite, nécessitent de différencier cette maladie de l'entérite chronique et de l'entérocolite, de la fibrose kystique, etc. Le tableau de diagnostic différentiel des principales maladies chroniques du pancréas est présenté. Tableau Diagnostic différentiel des principales maladies chroniques du pancréas

Indicateur

Pancréatite chronique

Cancer du pancréas

Fibrose kystique

Chr. entérite et autres xp. maladies de l'intestin grêle

Début

Souvent après une pancréatite aiguë

Imperceptible

Dès le plus jeune âge

Dans certains cas, après une entérite aiguë, une entérocolite

L'âge préférentiel du patient

D'âge moyen

Les personnes âgées

Enfants, rarement chez les personnes âgées et moyennes

D'âge moyen

Étage prédominant

Plus souvent féminin

Mâle

Peu caractéristique

Peu caractéristique

Étiologie et principaux facteurs prédisposants

Alcoolisme, manger trop, manger des aliments épicés et gras, attaques de cholécystite, cholélithiase

L'étiologie est inconnue, se produit souvent dans le contexte de la pancréatite chronique.
Les facteurs de risque de cancer connus importent

Défaut génétique des systèmes enzymatiques des cellules sécrétoires des glandes exocrines

Violations systématiques

tu es

Les douleurs

Stupide, rarement puissant, localisé dans l’épigastre et dans l’hypochondre gauche, souvent encerclant, puissant et douloureux à un stade ultérieur

De nature diverse

Peu caractéristique

Caractère faible, souvent de nature spastique, d'intensité modérée, souvent après avoir mangé, avant et immédiatement après une selle.

L'appétit

Réduit

Réduit, dans certains cas pervers

à la viande)

Souvent élevé

Réduit

Maladies concomitantes communes

Cholécystite chronique, cholélithiase, cholangite, hépatite alcoolique

Dans certains cas, des lésions inflammatoires chroniques d’autres parties du tube digestif

Pneumonie chronique, bronchectasie

Colite chronique, gastrite hyposécrétoire chronique et autres maladies de l'appareil digestif

Des indicateurs

Pancréatite chronique

Cancer du pancréas

Fibrose kystique

H. entérite et autres h. maladies de l'intestin grêle

Jaunisse

Rarement vu (sous-chelone, mécanique), légèrement prononcé

Avec la défaite de la tête du pancréas caractéristique (mécanique, sévère)

Absent

Lorsqu'il est associé à une cholangite, une hépatite

Le contenu des enzymes pancréatiques dans le contenu duodénal

Réduit

Normal ou réduit.

Réduit

Normal ou légèrement réduit

Changement ESR

Normal ou modérément accéléré

Accélération progressive

Peu de caractère

Normal ou modérément accéléré

Dynamique de la masse corporelle

Souvent - déclin progressif

Poku rapide

Danemark jusqu'à cachexia

Déclin progressif

Déclin progressif

Les résultats des ultrasons, scanner, radionucléide

Modifications principalement diffuses (foyers détectés en présence de kystes, zones de nécrose antérieure dues à des exacerbations du processus dans le passé)

Lésion habituellement détectée (tumeur)

Changements diffus, souvent signes de fibrose avec

plusieurs petits kystes

Les changements ne sont pas caractéristiques, parfois, mais au type de pancréatite secondaire (co-induite).

Échange de glucides

Peut être violé

Peut être violé

Pas cassé

Pas cassé

Teneur en sodium et en chlore de la sueur

Normal

Normal

Rarement élevé

Normal

Courant

Sans traitement, le plus souvent lentement progressive, avec des rémissions périodiques et des exacerbations

Progrès rapides

Progressant

Sans traitement, le plus souvent lentement progressive

TRAITEMENT En période d'exacerbation de la maladie, le traitement est effectué à l'hôpital.





Dans les 2-3 premiers jours, un «repos fonctionnel» du pancréas est nécessaire. Attribuer l'appétit et laisser prendre un liquide à raison de 1-1,5 l / jour (200-250 ml 5 à 6 fois par jour) sous forme d'eau minérale Borzhom, jermuk sous forme de chaleur, sans gaz, à petites gorgées, ainsi que de thé faible bouillon de hanches (1-2 tasses par jour).

Avec une exacerbation moins prononcée, les aliments doivent être fractionnés 5 à 6 fois par jour en petites portions sous forme de bouillie en purée, de soupes aux mucosités, de soufflés à la vapeur et de kissels. À mesure que l'exacerbation est éliminée, le régime alimentaire se développe. La nourriture est prise sous forme de chaleur.

Lorsque le traitement médicamenteux de la pancréatite chronique est nécessaire pour atteindre les objectifs suivants:

1. Soulagement de la douleur pancréatique.

2. Normalisation des processus digestifs dans l'intestin grêle, altérée en raison du manque d'enzymes pancréatiques.

3. Normalisation des processus d'absorption dans l'intestin grêle.

4. Compensation de l'insuffisance intestinale par l'administration d'albumine, de plasma et d'autres médicaments à visée nutritionnelle parentérale.

5. Compensation de l'insuffisance endocrine pancréatique.

En règle générale, au cours de la période d'exacerbation, il se produit en premier lieu une quantité accrue d'enzymes protéolytiques, à mesure que leur inhibition se détériore, et ces enzymes contribuent à la digestion des tissus du pancréas. Par conséquent, lors de l'exacerbation, des préparations anti-enzymatiques sont prescrites (contrycal - 20 000 U / jour, trasilol - 50 000 U / jour, fierté - jusqu'à 100 000 U / jour), dont la dose dépend de la force de l'exacerbation. Ces médicaments sont réinjectés environ une semaine avant de soulager la douleur.

При наличии болевого синдрома при хроническом панкреатите следует попытаться установить, обусловлены они отеком, хроническим периневральным воспалением, соляритом, или закупоркой главного протока камнем. В зависимости от причины подбираются и лекарственные препараты.

Для снятия болей больным назначают антихолинергические средства (сульфат атропина 0,5-1 мл 0,1% раствора подкожно, платифил-лин 1 мл 0,2% раствора подкожно, метапин 1-2 мл 0,1% раствора подкожно, гастроцепин или пиренцепин 1 ампула внутримышечно или внутривенно), миотропные спазмолитики (но-шпа, гидрохлорид папаверина), анальгетики (анальгин 2 мл 50% раствора, баралгин 5 мл), антигистаминные препараты (димедрол 2 мл 1% раствора, супра-стин 1-2 мл 2% раствора, тавегил 2 мл 0,1% раствора). Только при отсутствии эффекта прибегают к помощи наркотических средств (промедол). Морфин противопоказан, так как он усиливает спазм

сфинктера печеночно-поджелудочной ампулы и ухудшает отток панкреатического сока и желчи, тем самым он может способствовать про-грессированию патологического процесса в поджелудочной железе. У некоторых больных сильные боли удавалось копировать паранефраль-ной или паравертебральной новокаиновой блокадой. В некоторых случаях для купирования болевого синдрома (болевая форма) используются физиотерапевтические процедуры: электродренинг (вариант методики электрофореза) - 5000ЕД контрикала в 2 мл 50% раствора димексида УВЧ в атермической дозировке и другие физиотерапевтические методы.

При отечной форме в комплекс лечебных мероприятий включают мочегонные средства (диакарб, фуросемид, гипотиазид, верошпирон). Курс лечения — 2-3 недели.

Если у больных хроническим панкреатитом появляются признаки внешнесекреторной недостаточности поджелудочной железы, о чем можно судить при возникновении у больных диспептических явлений, «панкреатогенных» поносов, характерных изменений результатов ко-прологических исследований (стеарея, креато- и амилорея) - необходимо назначение ферментных препаратов, облегчающих переваривание в тонком кишечнике пищевых веществ. В настоящее время таких препаратов выпускается много. Можно указать некоторые из них:

абомин, дигестал, мезим-форте, меркензим, нигедаза, ораза, панзи-норм-форте, панцитрат, панкреатин, панкурмен, полизим, пролипаза, солизим, трифермент, фестал и др.

У больных с повышенной или нормальной желудочной секрецией ферменты до еды и в сочетании с антацидами, предпочтительно жидкими или гелеобразными, в том числе и «щелочной» минеральной водой, так как они наиболее активны при нейтральной или слабощелочной реакции среды. Ферментные препараты рекомендуют принимать, сочетая их с блокаторами Hg рецепторов (циметидин, ранитидин, фа-мотидин и др.).

Используют следующие схемы комбинированного лечения при панкреатической внешнесекреторной недостаточности:

1. Ферментный + антацидный препарат.

2. Ферментный препарат + блокатор Hg рецепторов (циметидин, ранитидин, фамотидин и др.).

3. Ферментный + антацидный препарат + блокатор Hg рецепторов

4. Ферментный + блокатор Hg рецепторов + антихолинергический препарат.

Каждому больному с учетом тяжести заболевания следует подобрать индивидуальную дозу ферментных препаратов. Эффективность лечения препаратами панкреатических ферментов и контроль правильности и адекватности подобранной дозы препаратов осуществляется с учетом динамики субъективных ощущений больных и объек

тивных показателей: уменьшение или исчезновение диспептических явлений, метеоризма, нормализации частоты стула и характера испражнений, результатов копрологических микроскопических исследований, тенденция к положительной динамике массы тела больного.

Следующее направление терапевтических мероприятий при хроническом панкреатите - компенсация нарушенных процессов всасыва-,ния в тонкой кишке в результате нарушения пищеварительных процессов и вторичного воспалительного поражения слизистой оболочки тонкой кишки. Первый фактор удается компенсировать в большинстве случаев адекватной дозой панкреатических ферментов. Для уменьшения воспалительных процессов в слизистой оболочке используют лекарственные средства, обладающие защитным действием на слизистую оболочку (нитрат основной висмута, каолин, карбонат кальция). Можно использовать лекарственные растения: настой из корневища лапчатки (15 г на 200 мл воды), настой или отвар плодов черемухи (10 г на 200 мл воды), настой соплодий ольхи (10 г на 200 мл воды), настой травы зверобоя (10 г на 200 мл воды), настой цветков ромашки (10-20 г на 200 мл воды).

При выраженных явлениях мальабсорбции и значительном поху-дании больных назначают препараты для парентерального питания (гидролизат казеина, аминокровин, фибриносол, амикин, полиалгин, липофундин и др). С целью устранения гипопротеинемии можно использовать плазму крови.

Для улучшения усвоения белка назначают больным анаболические стероидные гормоны: метандростенолон (дианобол, неробол), ретаболил.

При нарушении всасывания в тонкой кишке у больных хроническим панкреатитом отмечаются признаки витаминной недостаточности. Больным показаны поливитамины, особенно Bg, Bg, Big, никотиновая кислота, аскорбиновая кислота, а также витамины А и Д.

При недостатке в организме ионов железа, витамина В^з может возникать полидефицитная анемия, при недостаточном всасывании ионов кальция развивается остеопороз, поэтому следует обеспечить их дополнительное введение, лучше — парентерально.

При лечении вторичного (симптоматического) сахарного диабета у больных хроническим панкреатитом, помимо соответствующей диеты, " следует использовать пероральные сахароснижающие препараты.

Больным хроническим панкреатитом периодически 3-4 раза в год проводят лечение препаратами, оказывающими стимулирующее дей-- ствие на метаболические процессы (пентоксил 0,2-0,4 г на прием, ме-тилурацил 0,5-1 г 3-4 раза в день). Курс лечения одним из этих препаратов 3-4 недели.

Хирургическое лечение показано при тяжелых болевых формах хронического панкреатита, когда боли не купируются никакими тера-





певтическими мероприятиями: при рубцово-воспалительном стенози-ровании общего желчного и(или) главного протоков, абсцедировании или развитии кисты железы.

ПРОГНОЗ И ТРУДОВАЯ ЭКСПЕРТИЗА. Во время обострения хронического панкреатита больной временно утрачивает трудоспособность. Лечение следует проводить в условиях стационара. Если у больного остается периодически возникающая боль, трудовая деятельность, связанная с физической нагрузкой, напряжением мышц брюшного пресса, сотрясением тела, не возможна. Недопустимы неблагоприятные внешние условия (охлаждение, перенагревание тела) и работа, связанная с частыми командировками. При ограничении трудоспособности больного с утратой квалификации больному предоставляется III группа инвалидности.

При частых рецидивах, тяжелом течении, выраженном болевом синдроме, поносе, присоединении диабета, больные признаются инвалидами II группы.

В тяжелых случаях заболевания при псевдотуморозной форме, тяжелой инкреторной недостаточности (некомпенсируемый диабет) больные признаются инвалидами I группы.

Littérature

1. Губергриц А.Я. Хронические болезни поджелудочной железы. — Киев: Здоровье, 1984, С.126.

2. Скуя Н.А. Заболевания поджелудочной железы. - М.: Медицина, 1986, С.239.

3. Григорьев П.Я., Яковенко Э.П. Диагностика и лечение хронических болезней органов пищеварения. - М: Медицина, 1990, С.383.

4. Внутренние болезни: лекции для студентов и врачей./Под ред. Б.И.Шулутко. - Санкт-Петербург, 1992, С.591.

5. Руководство по гастроэнтерологии. Под ред.Ф.И.Комарова. — М.:Медицина, 1996. - Т.З. - С.81-110.

6. Внутренние болезни. Под ред.Т.Р.Харрисона. - М.:Медицина, 1996. - Т. 7. - С.304-313.

<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

ХРОНИЧЕСКИЙ ПАНКРЕАТИТ

  1. Pancréatite chronique
    Clinique La pancréatite chronique est une inflammation chronique du tissu pancréatique, entraînant une fibrose, une perte de tissu exocrine et, par conséquent, un dysfonctionnement glandulaire. Марсельско-римская классификация хронического панкреатита включает три типа: 1. Хронический кольфицирующийся панкреатит, составляющий 80 % всех случаев хронического панкреатита и возникающий на фоне
  2. 70. ПАНКРЕАТИТ ХРОНИЧЕСКИЙ
    la base de la maladie est le développement du processus inflammatoire-sclérotique, entraînant une diminution progressive des fonctions de la sécrétion externe et interne; le parenchyme pancréatique est induré (induration) en raison de la prolifération du tissu conjonctif, de l'apparition de cicatrices fibreuses, de pseudokystes et de calcifications. Classification • Pancréatite chronique calcifiée • Obstructive chronique
  3. Pancréatite chronique chez les enfants
    Code de protocole: 07-075v Profil: pédiatrique Stade: patient hospitalisé Objectif du stade: 1. réalisation de la rémission clinique et en laboratoire; 2. soulagement de la douleur, des syndromes dyspeptiques et diarrhéiques; 3. Normalisation des enzymes sanguines et urinaires. Durée du traitement (jours): 14 Codes CIM: K86.0 Pancréatite chronique d'origine alcoolique K86.1 Autres pancréatites chroniques K86.2 Kyste du pancréas
  4. Хронический панкреатит (шифры К 86.0; К 86.1)
    La définition La pancréatite chronique est une lésion du pancréas dont les signes morphologiques caractéristiques sont des récidives d'inflammation avec lésion du tissu glandulaire, dont l'issue se traduit par une atrophie des éléments glandulaires et leur remplacement par du tissu conjonctif. équivalents cliniques - le développement de la défaillance d'organe exocrine et intrasécrétoire. Des statistiques Fréquence des aigus
  5. Pancréatite chronique
    ХРОНИЧЕСКИЙ ПАНКРЕАТИТ (ХП) - воспалительно-дистрофическое заболевание железистой ткани поджелудочной железы с нарушением проходимости ее протоков; la dernière étape est la sclérose du parenchyme de l'organe avec la perte de ses fonctions exocrines et endocriniennes. La CP est une maladie progressive du pancréas. Dans la phase initiale de la maladie, les phénomènes d'oedème
  6. Pancréatite chronique
    La pancréatite chronique est une maladie inflammatoire progressive caractérisée par un durcissement croissant (remplacement du tissu ganglionnaire par un tissu conjonctif) et une destruction progressive, segmentaire ou diffuse de tissu exocrin. Classification. 1. Par origine: primaire et secondaire. 2. Selon le formulaire: 1) récurrent; 2) avec une douleur persistante; 3) latent. 3. par
  7. Питание при хроническом панкреатите
    La pancréatite chronique survient le plus souvent après une infection aiguë, mais elle peut aussi être primaire, par exemple chez les patients atteints de cirrhose du foie, d'hépatite chronique, de maladies duodénales, en présence de calculs dans les voies biliaires, parfois d'athérosclérose et de malnutrition chez les alcooliques, de maladies allergiques, etc. L'essentiel dans le traitement de la pancréatite chronique est correctement construit.
  8. 5.6. ХРОНИЧЕСКИЙ ПАНКРЕАТИТ (ХП)
    Цели лечения в период выраженного обострения ХП: 1. Купирование боли 2. Подавление секреции поджелудочной железы 3. Подавление активности ферментов поджелудочной железы 4. Противовоспалительная терапия 5. Снижение гипертензии в протоке поджелудочной железы 6. Борьба с интоксикацией, обезвоживанием, электролитными расстройствами, сосудистой недостаточностью
  9. PANCRÉATITE AIGUË
    Clinique La pancréatite aiguë est une inflammation du pancréas, qui repose sur une violation de sa fonction enzymatique. Il est provoqué par un alcoolisme chronique, des maladies chroniques de la cavité abdominale, des infections, des intoxications. Caractérisé par une douleur abdominale aiguë avec irradiation dans la région épigastrique, dos, nausée, vomissement, fièvre, tachycardie. Parfois, sur ce fond se développent
  10. Pancréatite aiguë
    La pancréatite aiguë est une inflammation aiguë du pancréas. ETIOLOGIE ET ​​PATHOGENÈSE Causes de la pancréatite aiguë: abus d'alcool et d'aliments épicés ou gras; Disease maladie de calculs biliaires; Injuries blessures du pancréas; Strict sténoses non traumatiques des canaux pancréatiques; ¦ заболевания двенадцатиперстной кишки (язва, дуоденостаз). Острый деструктивный панкреатит — это первично асептический
  11. Inflammation du pancréas (pancréatite)
    La pancréatite est une maladie polyétiologique du pancréas résultant de l'autodestruction du tissu par ses enzymes protéolytiques lipolytiques et activées. Les modifications inflammatoires du pancréas se produisent en réponse à la nécrose de ses tissus. Il existe des pancréatites aiguës et chroniques. En outre, on diagnostique souvent chez les enfants une pancréatite réactive,
  12. Pancréatite aiguë
    1. Décrire la physiopathologie de la pancréatite. Экзокринная поджелудочная железа вырабатывает ряд пищеварительных ферментов, необходимых для расщепления белков, жиров и полисахаридов. Ces enzymes sont synthétisées sous une forme pro-enzyme inactive et ne sont activées qu’après la sécrétion dans l’intestin grêle. Lorsqu’on observe la pancréatite, l’activation prématurée des enzymes dans la glande elle-même et non dans l’intestin en raison de:
  13. PANCRÉATITE AIGUË
    Au cours des dernières années, la mortalité par pancréatite aiguë a considérablement diminué, ce qui est associé à une augmentation des options de traitement. Le pronostic de la pancréatite aiguë dépend directement du stade de la maladie. Au premier stade, le taux de mortalité est le plus bas (1 à 3%) et au troisième stade, il atteint 80 à 100% [Hartig V., 1982]. Ainsi, plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic. Changements physiopathologiques.
  14. PANCREATITE
    Pancréatite - inflammation du pancréas, une maladie polyétiologique dont les causes peuvent être divisées en 3 groupes - mécanique - dyskinésie biliaire; neurohumoral - troubles du métabolisme des graisses; effets toxicoallergiques - maladies infectieuses, en particulier infections virales, réactions allergiques, troubles du système immunitaire. Les symptômes Épuisement et volume
  15. Aliments pour la pancréatite aiguë
    Поджелудочная железа играет важную роль в жизнедеятельности человека. Il produit et sécrète dans la lumière du duodénum un suc actif dont les substances décomposent les éléments constitutifs des aliments - protéines, lipides, glucides - en composés simples, qui sont ensuite absorbés par la muqueuse intestinale, pénètrent dans le sang, sont capturés par les cellules des organes, participant au métabolisme cellulaire,
  16. Pancréatite aiguë
    La pancréatite aiguë est une lésion inflammatoire aiguë du pancréas caractérisée par une autolyse (due à l'activation de ses propres enzymes) et une dystrophie de la glande. Étiologie: 1) lésion du parenchyme pancréatique; 2) troubles obstructifs dans les anomalies congénitales du pancréas; 3) causes dysmetaboliques; 4) troubles circulatoires aigus; 5) toxique et
  17. PANCRÉATITE AIGUË
    La pancréatite aiguë est une maladie étiologique aiguë du pancréas de nature inflammatoire et dégénérative. Il survient chez les enfants de tous les groupes d'âge, mais plus souvent à l'âge de 11 à 14 ans. Dans l’étiologie de la pancréatite aiguë chez l’enfant, la principale place est occupée (J.P. Gudzenko, 1980) par des facteurs alimentaires (violation du régime alimentaire, abus de mets glucidiques extractifs, gras,
  18. Pancréatite aiguë
    Par pancréatite aiguë, on entend un processus inflammatoire aigu du pancréas de nature enzymatique, accompagné du développement d'une nécrose pancréatique, accompagné d'une intoxication croissante. Les principales causes sont la cholélithiase, la consommation d'alcool, les traumatismes. Facteur prédisposant - obésité. Выделяют: 1. Отечную форму острого панкреатита. 2. pancréatonécrose hémorragique.
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com