Патологическая анатомия / Педиатрия / Патологическая физиология / Оториноларингология / Организация системы здравоохранения / Онкология / Неврология и нейрохирургия / Наследственные, генные болезни / Кожные и венерические болезни / История медицины / Инфекционные заболевания / Иммунология и аллергология / Гематология / Валеология / Интенсивная терапия, анестезиология и реанимация, первая помощь / Гигиена и санэпидконтроль / Кардиология / Ветеринария / Вирусология / Внутренние болезни / Акушерство и гинекология Parasitologie médicale / Anatomie pathologique / Pédiatrie / Physiologie pathologique / Oto - rhino - laryngologie / Organisation du système de santé / Oncologie / Neurologie et neurochirurgie / Héréditaire, Maladies de la peau et maladies sexuellement transmissibles / Histoire de la médecine / Maladies infectieuses / Maladies infectieuses / Immunologie et Allergologie / Hématologie / Intuition Anesthésiologie et réanimation, premiers secours / Hygiène et contrôles sanitaires / Cardiologie / Vétérinaire / Virologie / Maladies internes / Obstétrique et gynécologie
Accueil
À propos du projet
Nouvelles de la médecine
Aux auteurs
Livres sous licence de médecine
<< à venir Suivant >>

La goutte

(Poclos grec - jambe, agra - capture, littéralement «pied dans un piège») est connu depuis l'Antiquité, mais sa description classique est associée au nom d'un clinicien anglais du XVIIe siècle, T. Sydengamma. Il s'agit de la troisième arthropathie la plus courante (après la PR et la DOA), survenant à la fois dans les formes aiguës (sub-aiguës) et chroniques. Sa fréquence en Europe et aux États-Unis se situe entre 0,01 et 0,3% des cas, et entre 1,5 et 1 parmi les maladies à caractère rhumatismal. En général, les hommes (80 à 98%) ont entre 35 et 50 ans.

Étiologie et pathogenèse.

La goutte fait référence aux maladies «d'erreurs de métabolisme» et d'arthropathie microcristalline, associées à une hyperuricémie presque constante - augmentation de l'acide urique sérique (plus de 0,25 à 0,32 mol / l) et de la perte de microcristaux d'acide urique dans les tissus de l'articulation, du rein, paroi vasculaire, moins souvent - cœur, yeux, etc. Sans perte de microcristaux d'acide urique dans les tissus corporels, la goutte n'est pas une maladie, il n'y a qu'un facteur de risque significatif pour son développement - l'hyperuricémie.

Distinguer la goutte primaire (héréditaire) associée à des défauts héréditaires de certains systèmes enzymatiques, entraînant soit une hyperproduction d’acide urique dans le corps (forme métabolique), soit une violation de son excrétion par les reins (forme rénale), ou les deux (méthodes mixtes). formulaire). La goutte fait souvent partie du soi-disant syndrome métabolique héréditaire, qui comprend également l'obésité, le diabète, l'hyperlipidémie et l'hypertension artérielle. Beaucoup moins souvent, on parle de goutte secondaire associée à une hyperuricémie acquise, importante et prolongée (leucémies au cours de leur traitement par cytostatiques, ce qui conduit à une dégradation massive des cellules sanguines avec la libération de bases de purine nucléaire, une atteinte rénale avec une violation de leur fonction de libération d'azote, une avance chronique intoxication, certaines malformations cardiaques congénitales bleuâtres). Un point très important dans la pathogenèse de la goutte est que la précipitation de microcristaux d'acide urique dans les tissus s'accompagne d'une inflammation réactive avec destruction (synovite au niveau des articulations, néphrite interstitielle au niveau des reins). L’agressivité de la synovite goutteuse chronique est très semblable à celle de la synovite dans la PR; elle a donc pour conséquence une polyarthrite invalidante, déformante, défigurante au cours des stades avancés, qui se distingue peu de la PR. Les facteurs de risque généralement acceptés pour le développement de la goutte sont l'augmentation de l'apport alimentaire d'aliments contenant un excès de purines (viande, notamment cerveau, foie, langue, rognons, poisson, champignons, légumineuses, arachides, chocolat, épinards), lipides, glucides, alcool, thé , café, en mangeant en général et faible activité physique.

Tableau clinique.

La manifestation classique de la goutte est considérée comme l'arthrite mono (oligo) la plus aiguë, qui se développe en quelques heures, généralement la nuit, dans la première articulation métatarsophalangienne du pied. Cette arthrite est accompagnée de douleurs aiguës ("jambe dans le piège"), le livide se développe rapidement, puis le bleuté, gonflement chaud au toucher des tissus mous; la température corporelle s'élève à 38–40 ° C. Dans l'analyse clinique du sang, une leucocytose est détectée (10–20); ESR 30-50 mm / h.

Souvent, toutes ces manifestations cliniques sont confondues avec les phlegmon du pied ou de l'érysipèle pour les médecins et prescrivent un traitement inapproprié.

Une vague d'arthrite aiguë dure 6-7 jours et s'atténue progressivement. Les premières années de la goutte sont paroxystiques: 2 à 3 fois par an, sans cause apparente, l’arthrite aiguë décrite ci-dessus se produit et de plus en plus d’articulations, généralement des membres, peuvent être impliquées dans le processus pathologique. Aux 4e et 8e années de la goutte, dans la région des articulations touchées ou des tendons régionaux, ainsi que dans la région des oreillettes, se forment des aponévroses des muscles crâniens, des formations tubéreuses sous-cutanées de densité moyenne, indolores. La peau qui les recouvre n'est pas modifiée, légèrement jaunâtre translucide. Ce sont les soi-disant ganglions goutteux, ou tophi (grec. Tophus - pierre poreuse, tuf), qui n’est autre que le dépôt de microcristaux d’acide urique dans un tissu conjonctif dense. Les tofus ont tendance à s'ouvrir, puis une petite masse blanchâtre se détache d'eux. C’est à ce stade de la tophus que la maladie commence déjà à être considérée comme une goutte, c’est-à-dire souvent entre 4-8 et 12 ans. Mais il existe des cas où les médecins prennent même une décharge de tophus pour du pus et ne diagnostiquent pas la goutte même pendant cette période, bien qu'un test au murexide avec des masses minuscules de tophus donne une couleur violette pathognomonique pour les cristaux d'acide urique (murexide - un mélange d'acide nitrique et d'ammoniac).

Très souvent, parallèlement à une arthropathie goutteuse, le rein goutteux se développe progressivement (protéinurie, cylindrurie, microhématurie, isosténurie, augmentation de la pression artérielle avec occasionnelle colique rénale). Le développement de la lithiase urinaire est l’un des signes caractéristiques de la goutte.
Histologiquement, le rein goutteux comprend des tophi dans le parenchyme rénal, des calculs d’urate, une néphrite interstitielle, une glomérulosclérose, une artériose et une artériolosclérose avec le développement d’une néphrocyrrhose. La finale urémique n’est pas rare en cas de goutte. Les cas d'insuffisance rénale aiguë résultant d'un blocage aigu des tubules rénaux contenant de l'urate lors de crises dites de goutte sont décrits comme des cas rares. La goutte d'autres organes (valves cardiaques, péricarde) est très rare. L'arthropathie goutteuse est agressive et conduit à une polyarthrite déformante très similaire à la PR. Souvent, le diagnostic de PR se poursuit pendant des années, de sorte qu'il n'existe pas de traitement adéquat. L'agressivité de l'arthropathie goutteuse se traduit par des modifications radiographiques - apparition de défauts ronds et estampés des épiphyses des os entourés d'une bordure sclérotique, ainsi que des racèmes (ronds et ovales), qui détruisent souvent l'os cortical (os tophi). Les érosions osseuses sont possibles à la fois aux localisations centrale et régionale intra-articulaire et périarticulaire.

Diagnostic et diagnostic différentiel.

Le diagnostic de la goutte est justifié par la présence de facteurs de risque pertinents, y compris l'hérédité, le développement caractéristique d'arthropathie, l'observance précoce de la néphropathie, la présence d'hyperuricémie (concentration d'acide urique dans le sang de plus de 9 mg après trois jours de régime bezurinovoy - à l'exception de la viande, du poisson, du foie, des foie, des légumineuses, du chocolat ) et hyperuricurie (dans l'urine quotidienne, la teneur en acide urique est supérieure à 700 mg), modifications radiologiques caractéristiques, enfin, en effectuant un test au murexide avec le contenu de tophi chez le sujet. verre. Dans le liquide synovial au microscope, des cristaux d’acide urique caractéristiques sont détectés.

Le diagnostic différentiel de la goutte et de la PR n'est pas difficile, il est plus difficile de différencier la goutte de la chondrocalcinose (pseudogoutte). La chondrocalcinose survient généralement chez les personnes âgées (plus souvent chez les hommes), caractérisée, de même que la goutte, par une arthropathie aiguë périodique avec des lésions des articulations du genou (généralement toutes les articulations) et une symphyse. Souvent provoqué par d'autres maladies aiguës (y compris la goutte). L'essence de cette arthropathie microcristalline est le dépôt de microcristaux dans le cartilage des articulations, le plus souvent du pyrophosphate de calcium. La maladie pathogénique est associée à une hyperfonction des glandes parathyroïdes. Il est considéré comme pathognomonique de détecter des microcristaux de pyrophosphate de calcium dans le liquide synovial et une détection par rayons X de la calcification du cartilage hyalin ou fibreux, caractérisée par une lésion du ménisque du genou. La chondrocalcinose est parfois associée à la goutte.

Traitement.

Tous les patients atteints de goutte subissent des restrictions alimentaires, une diminution du contenu calorique total des aliments, une restriction drastique des aliments riches en purines (voir ci-dessus), une consommation d'alcool abondante (jusqu'à 2 litres par jour), l'élimination de l'alcool et des aliments à base de produits laitiers et végétaux. En cas de crise de goutte aiguë, on utilise des AINS: butadiène, 0,15 g, 4 fois par jour, pendant les trois premiers jours, puis 0,15 g, 3 fois par semaine. Au lieu du butadion, de la réopirine, de l'indométacine peut être administrée et, en l'absence d'effet, de la prednisone (25-30 mg / jour). L’acide acétylsalicylique ne doit pas être administré car il n’est efficace qu’à des doses importantes et souvent toxiques (au moins 4 g / jour). Avec une évolution progressive de la goutte, un traitement de fond à long terme contre la goutte ou une réduction de la synthèse d'acide urique dans le corps [uricostatics - allopurinol (miluritis) à une dose quotidienne de 0,3-0,4 g pendant au moins 12 mois est nécessaire, ou l'excrétion d'acide urique dans l'urine (Urikozuriki - Anthurum, Benemid, Etamide; Anturan 0,1 g 3-4 fois par jour). Simultanément avec les derniers médicaments prescrits boisson abondante et bicarbonate de sodium jusqu'à 3 g par jour.

En cas d'atteinte rénale, l'uricosuriki n'est pas prescrit. L'allopurinol est contre-indiqué aux dommages au foie, aux ulcères gastriques et duodénaux, aux maladies de la peau.







Références:

http: // www.doctor.ru































Ministère de la santé et du développement social de la Fédération de Russie

GOU VPO Académie de médecine de l'État de Krasnoïarsk

Département de médecine interne, Faculté de pédiatrie





La tête Département: prof. Kharkov E.I.

Enseignant: Davydov E.L.















Barrages

"Goutte"

<< à venir Suivant >>
= Aller au contenu du tutoriel =

La goutte

  1. La goutte
    Goutte (P) - une maladie causée par une violation de l'échange de purines; caractérisée par une hyperuricémie, une arthrite aiguë récurrente, puis chronique, ainsi que des lésions rénales. L'essence de la maladie est une violation de l'échange d'acide urique, entraînant la formation de joints et la formation de cristaux de cellulose périarticulaires d'urate monosodique, ce qui conduit au développement de l'arthrite. Outre
  2. La goutte
    Blocage physique La goutte est un trouble métabolique caractérisé par une augmentation du taux d'acide urique dans le sang et par le dépôt de ses sels dans les articulations et les reins. Cette maladie touche principalement les hommes et les sels sont le plus souvent déposés dans les gros orteils, les genoux ou les pieds. Blocage émotionnel Si un gros orteil est touché, la goutte est un signe qu'une personne
  3. La goutte
    Cause Troubles métaboliques associés à des erreurs diététiques (excès de graisse, protéines, sel et plats de viande riches en purines). Avec un excès de purines dans le sang, il se forme un excès d'acide urique, les reins ne parviennent pas à sa sortie et les cristaux d'acide urique se déposent dans les articulations. Une grande quantité d'alcool rend également difficile l'élimination de l'acide urique du corps. Les causes moins courantes de la goutte sont
  4. La goutte
    - maladie métabolique chronique et progressive, se traduisant par une augmentation du contenu en acide urique dans le sang et par le dépôt de cristaux d'urate dans les tissus du système musculo-squelettique et des organes internes. Les principales manifestations cliniques Dans une clinique de goutte, la plus typique est une attaque aiguë d'arthrite goutteuse, qui est plus fréquente chez les hommes de plus de 30 ans.
  5. Pathologie de l'échange de purines. La goutte
    La goutte est le principal syndrome clinique causé par le trouble du métabolisme des purines. On entend par goutte un groupe hétérogène de troubles du métabolisme de la purine, se manifestant par une hyperuricémie sévère, une arthrite (généralement mono-articulaire), un dépôt de cristaux de monohydrate d'acide urique sodique dans les tissus (bosses goutteuses - tophi urici), une néphropathie uraturique et
  6. Goutte (chiffre? 10)
    La définition La goutte est une maladie génétiquement déterminée (enzymopathie), basée sur une augmentation de la synthèse de purines, une formation excessive d’acide urique, conduisant à une arthrite "cristalline" récurrente, des lésions systémiques sous forme de néphropathie de l’acide urique, de la lithiase urinaire, une néphropathie interstitielle. Des statistiques Hyperuricémie asymptomatique (supérieure à 0,07 g / l - 7,0%%)
  7. Nutrition pendant l'exacerbation de la goutte
    Le traitement d'une crise de goutte aiguë comprend le repos au lit, un traitement diététique strict et un traitement médicamenteux. Pour toute la période d'exacerbation, excluez les produits à base de viande et de poisson. Les aliments sont principalement des aliments liquides (lait, produits laitiers, gelée, boissons aux fruits, jus de légumes et de fruits, thé léger au lait ou au citron, soupes de légumes, céréales liquides). Il est nécessaire de veiller à ce que le patient ne
  8. 85.SPODGRA. ÉTIOLOGIE, PATHOGENÈSE, CLINIQUE, DIAGNOSTIC, PRINCIPES DE TRAITEMENT.
    La goutte fait référence aux douleurs dues aux erreurs de métabolisme et aux arthropathies microcristallines, associées à une hyperuricémie presque constante (^ dans l'urine urinaire) et à la libération de microcristaux d'acide urique dans les tissus de l'articulation, des reins, de la paroi vasculaire et moins souvent du cœur. les yeux Étiologie - distingue la goutte primaire (héréditaire) - un défaut des systèmes enzymatiques; leucémie secondaire au cours de la période de traitement avec les cytostatiques,
  9. Goutte et autres violations de l'échangeur Purine
    William N. Kelly, Thomas D. Palilla (William N. Kelley, Thomas D. Patella) Le terme "goutte" désigne un groupe de maladies qui, une fois pleinement développées, se manifestent: 1) une augmentation du niveau d'urates dans le sérum; 2) attaques répétées d'arthrite aiguë caractéristique, dans lesquelles on peut trouver dans les leucocytes du liquide synovial des cristaux de monohydrate de monosodium disodium sodium; 3)
  10. DÉFORMATION DE L’OSTEOARTHROSE. La goutte
    DETECTION DE L'OSTEOARTHROSE (DOA). En 1911, à Londres, au Congrès international des médecins, toutes les maladies des articulations étaient divisées en deux groupes: inflammatoire primaire et dégénératif primaire. La polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante appartiennent au premier groupe. Le représentant du deuxième groupe est une ostéoarthrose déformante (AOD), qui est: une maladie dégénérative dystrophique
  11. ALIMENTATION
    ALIMENTATION
  12. Exemple de menu pour la semaine avec goutte LUNDI
    Sur un estomac vide: bouillon de dogrose. Premier petit déjeuner: thé au lait, salade de concombre à la crème sure. Le deuxième petit déjeuner: jus de fruits. Déjeuner: soupe de riz avec pommes de terre sur bouillon de légumes, galettes de chou frit, compote de fruits secs. Déjeuner: décoction de rose sauvage. Dîner: omelette, carotte zrazy aux pruneaux, thé au citron. Pour la nuit: kéfir. MARDI Nastoshak: bouillon de hanches. Premier petit déjeuner: thé au lait, salade avec
Portail médical "MedguideBook" © 2014-2016
info@medicine-guidebook.com